Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARMÉE Doctrines et tactiques

La guerre est devenue au cours des siècles l'affrontement de groupes organisés dotés de moyens de défense et d'attaque de plus en plus perfectionnés. Le champ clos de jadis se transforme en champ de bataille, puis en théâtre d'opération terrestre, maritime, enfin aérien. À mesure que la lutte s'étend dans l'espace apparaît la dissociation entre la tactique (art de combiner les moyens militaires au combat pour en obtenir le meilleur rendement) et la stratégie au sens restreint du mot (art de faire converger les moyens militaires sur le champ de bataille jusqu'au moment du combat). À partir de cette stratégie élémentaire et jusqu'à la stratégie globale de l'État, dont la définition est essentiellement politique, apparaissent différents niveaux. Les Allemands appellent stratégie operativ, ou opérationnelle, celle qui concilie les buts de la stratégie et les possibilités de la tactique et de la technique et qui oriente l'évolution de ces dernières pour les adapter aux besoins de la stratégie. Quant à la stratégie militaire classique, Liddell Hart la définit comme l'art d'employer les forces pour atteindre les résultats fixés par la politique.

Les doctrines militaires, qu'elles soient écrites ou déchiffrées à travers les réalités de la guerre, se situent à ces différents niveaux.

Sur le plan tactique, définissant des techniques de combat, elles ont cherché à combiner d'abord choc et mouvement, puis à introduire le feu dans la manœuvre. Elles tentent actuellement d'articuler celle-ci autour du feu nucléaire. Essayant de prévoir les formes d'un futur conflit afin de déterminer les méthodes et moyens de combat adéquats, elles s'interrogent sur la nature de la guerre, sur les rapports qui existent entre la guerre et la technique, la guerre et la politique. Certaines, privilégiant les facteurs que Clausewitz nomme moraux (idéologiques, politiques, sociaux), mettent l'accent sur les motivations, avouées ou non, des antagonistes et sur l'indispensable harmonie des méthodes et du contenu politique de la lutte. D'autres expliquent l'évolution de l'art de la guerre par les innovations techniques qui déterminent des tactiques appropriées et une certaine stratégie. Jamais une telle opposition de conceptions ne s'est plus vigoureusement manifestée que dans le monde contemporain entre les théoriciens de la guerre nucléaire et ceux de la guerre révolutionnaire.

Quelques constantes

En filigrane à travers les doctrines se dessinent quelques constantes, sortes de vérités fondamentales qui soulignent combien l'essence du combat est la dialectique de deux volontés.

Un des plus anciens théoriciens militaires dont l'histoire ait conservé le souvenir, Sunzi (vie s. av. J.-C.), les avait déjà évoquées. D'un enseignement oral qui est à l'origine de tout l'art militaire chinois jusqu'à Mao Zedong se dégagent les principes suivants : imposer sa volonté à l'adversaire, l'obliger à se disperser ; agir du fort au faible, et en secret, mais être renseigné en permanence sur l'adversaire ; feindre, car tout acte de guerre est fondé sur la duperie (Mao Zedong écrira deux mille ans plus tard : « Tout l'art de la guerre est fondé sur l'art de duper ») ; fondre comme l'éclair quand l'adversaire se découvre, car la rapidité est l'essence de la guerre.

Dans sa correspondance militaire, Napoléon évoquera souvent les grands principes de l'art de la guerre et rappellera qu'Alexandre, Annibal et César leur ont été fidèles, mais, chef antidogmatique, il ne leur donnera jamais une formulation précise.

Par contre, Foch s'est attaché à les réduire à trois principes fondamentaux, qui, par leur abstraction même, peuvent s'appliquer à toutes les stratégies : économie des forces, liberté d'action,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur habilité à la recherche, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, ancien chef du service historique de l'Armée de terre

Classification

Pour citer cet article

Jean DELMAS. ARMÉE - Doctrines et tactiques [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Médias

Lazare Carnot - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Lazare Carnot

Évacuation de blessés lors de l'offensive de Champagne de septembre
    1915 - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Évacuation de blessés lors de l'offensive de Champagne de septembre 1915

Défilé militaire du 1<sup>er</sup> mai - crédits : Sovfoto/ Universal Images Group/ Getty Images

Défilé militaire du 1er mai

Autres références

  • AFGHANISTAN

    • Écrit par , , , , , , et
    • 37 316 mots
    • 19 médias
    ...sont inefficaces et la corruption prégnante. Pourtant, les États-Unis à eux seuls consacrent 47 milliards de dollars pour équiper, entraîner, financer l’Armée nationale afghane (ANA) entre 2005 et l’été de 2019. Dès lors que la mission d’entraînement de l’OTAN est considérablement réduite après 2014,...
  • ALFONSÍN RAÚL (1927-2009)

    • Écrit par
    • 528 mots

    Raúl Alfonsín, premier président argentin élu démocratiquement après la sanglante dictature militaire de 1976-1983, est mort d'un cancer, le 31 mars 2009 à Buenos Aires, à l'âge de quatre-vingt-deux ans.

    Né le 12 mars 1927 à Chascomús, dans la province de Buenos Aires, Raúl Ricardo...

  • AMÉRIQUE LATINE, économie et société

    • Écrit par
    • 13 724 mots
    • 22 médias
    L'armée a une longue tradition d'intervention dans la politique et le pouvoir en Amérique latine. L'instabilité qui y a été longtemps la règle est liée à cette tradition depuis bientôt deux siècles. Comme l'opposition ne pouvait pas s'exprimer librement, faute de démocraties solides, la révolution ou...
  • ARGENTINE

    • Écrit par , , , , , , et
    • 37 033 mots
    • 18 médias
    ...familles des victimes et de défense des droits de l'homme, mais elle met également en évidence l'implication des corps d'armée dans leur intégralité. D'autre part, dans les casernes règne l'incompréhension la plus totale : les militaires estiment avoir gagné la guerre contre la subversion et il leur...
  • Afficher les 68 références