DUMÉZIL GEORGES (1898-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il ne suffit pas de dire que Georges Dumézil a fait progresser, dans le domaine qui est le sien, la recherche et l'interprétation ; ce sont en réalité des habitudes mêmes de pensée, une vision intellectuelle de l'homme, de la vie et du monde qu'il nous a obligés à revoir de fond en comble. Par là, il se range parmi les grands créateurs dans les disciplines fondamentales que sont la philologie, l'étude des mentalités, l'histoire des religions, auxquelles il a définitivement conféré leurs lettres de noblesse.

Enfant brillamment doué, né à Paris, en 1898, d'un père polytechnicien, Dumézil s'intéressa très tôt à des matières telles que le grec ancien et le sanskrit. Quand, à sa sortie de l'École normale supérieure, après avoir passé l'agrégation, il prend, en 1920, son premier poste de professeur au lycée de Beauvais, il a déjà, confusément peut-être, le sentiment de ce qui passionnera toute une vie de recherche exemplaire : cette volonté de comparer des textes et des habitudes apparemment fort éloignés dans le temps et dans l'espace. Dès cette époque, il dépose, en effet, les sujets de ses thèses de doctorat (qui seront toutes deux publiées en 1924), l'une consacrée au Festin d'immortalité, étude mythologique comparée indo-européenne, l'autre au Crime des Lemniennes, rites et légendes du monde égéen. Son idée fondamentale est qu'il existe une grande communauté indo-européenne, que son œuvre va s'efforcer de définir, si ramifiée et diversifiée qu'elle soit depuis quelque quatre mille ans.

Dumézil assimile alors avec une confondante maîtrise toute une série de langues anciennes, qui vont du sanskrit au dialecte des Oubykhs en passant par le vieux norrois.

Dès 1929, avec le Problème des Centaures, il inaugure cette science que l'on appelle « étude comparative des religions des peuples indo-européens ». La rencontre, décisive pour lui, du sinologue Marcel Granet, en 1933, l'aide à prendre conscience de l'existence de mécanismes, de « structures » mentales profondes qui dictent, chez des peuples différents, quoique reliés les uns aux aut [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  DUMÉZIL GEORGES (1898-1986)  » est également traité dans :

LE CRIME DES LEMNIENNES. RITES ET LÉGENDES DU MONDE ÉGÉEN (G. Dumézil)

  • Écrit par 
  • John SCHEID
  •  • 1 392 mots

Combien des livres écrits par Georges Dumézil dans les années 1940 ou 1950 ont été envoyés au pilon ! On mesure l'incroyable gâchis de cette destruction quand on se rappelle que Dumézil n'a cessé de reprendre ses travaux, de les amplifier et de les perfectionner ; disposer des versions précédentes est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-crime-des-lemniennes-rites-et-legendes-du-monde-egeen/#i_8452

L'IDÉOLOGIE TRIPARTIE DES INDO-EUROPÉENS, Georges Dumézil - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 135 mots

Placé avant les grands tableaux philologiques et littéraires de la série Mythe et épopée (1968-1973), L'Idéologie tripartie des Indo-Européens (1958) se présente en réalité comme un bilan des travaux liés à la découverte capitale que Dumézil (1898-1986), renonçant à l'herméneutique frazérienne perceptible dans ses premières recherches de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ideologie-tripartie-des-indo-europeens/#i_8452

ARYENS

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 030 mots

Francisé en « aryen », le terme sanskrit ārya (avestique, airya ) signifie « excellent, honorable, noble ». Ainsi se désignent, avec la morgue coutumière des conquérants, les populations de langue indo-européenne qui, vers la fin du III e  millénaire avant l'ère chrétienne, s'établissent sur le plateau iranien pour pénétrer dans le Pendjab entre l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aryens/#i_8452

AUGURES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BRISSON
  •  • 778 mots

À Rome, membres d'un collège sacré, recrutés par cooptation et inamovibles. De quatre ( ?) à la fin du ~ iv e siècle, leur nombre fut porté à six en ~ 300, puis à quinze par Sylla, à seize enfin par César. L'institution de ce collège remonte aux temps les plus archaïques de Rome et n'a pas dû évoluer sensiblement au cours de l'histoire : comme l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augures/#i_8452

CHARACHIDZÉ GEORGES (1930-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 398 mots

Linguiste et historien des religions, Georges Charachidzé a enseigné à l'École pratique des hautes études et à l'Institut national des langues et civilisations orientales. Né à Paris, il est le fils d'un journaliste et député condamné à mort en 1920, après la révolution bolchévique, contraint de quitter la Géorgie et d'émigrer en France, où il se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-charachidze/#i_8452

FONDATEUR MYTHIQUE

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 787 mots

Le problème du rapport entre la mythologie et la réalité se pose tout particulièrement dans le cas des fondations de cités, de nations, d'institutions, de religions : on rencontre là des personnages héroïques, affectés d'une biographie prise dans sa continuité, distincts des dieux, lesquels se situent dans un registre imaginaire et religieux. Dès l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondateur-mythique/#i_8452

GUYONVARC'H CHRISTIAN-JOSEPH (1926-2012)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves PLOURIN
  •  • 434 mots

Linguiste, philologue, spécialiste du monde celtique ancien, Christian-Joseph Guyonvarc'h a profondément renouvelé notre connaissance du monde celtique. Il est né le 18 octobre 1926, à Auray. Son enfance se déroule entre deux mondes. D'un côté Lorient, de l'autre la Bretagne intérieure, où la vie quotidienne est liée à la pratique du breton jusque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christian-joseph-guyonvarc-h/#i_8452

HORATIUS COCLÈS (fin -VIe s.)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 739 mots

Horatius Coclès appartient à la galerie des héros antiques qui illustrent les premiers temps de la République romaine. Son action se situerait juste après 509 avant J.-C., date à laquelle la chute des rois étrusques et l'instauration de la République provoquent une guerre entre Rome et le puissant roi étrusque de Clusium, Porsenna. Durant ce confl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horatius-cocles/#i_8452

INDO-EUROPÉENS (archéologie)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 5 144 mots

Dans le chapitre « La mythologie comparée »  : […] L'effondrement du III e  Reich portera un sérieux discrédit à la théorie nordique et, pendant le quart de siècle suivant, les études indo-européennes délaisseront la recherche du berceau originel. En outre, la méthode structuraliste avait dans le même temps permis d'ouvrir, avec les travaux d'Émile Benveniste et de Georges Dumézil, de nouvelles pi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indo-europeens/#i_8452

MAGIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Roger BASTIDE
  •  • 11 230 mots

Dans le chapitre « Magie et préhistoire »  : […] Les deux aspects fondamentaux de la magie – la foi dans la puissance du nom et de la parole et la science du geste et de l'image – sont étroitement associés, dès leurs origines préhistoriques, à la conception centrale d'une relation mimétique puis d'un rapport analogique entre le signe et l'objet du rite, opération primordiale d'anticipation de l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magie/#i_8452

MYTHE - Approche ethnosociologique

  • Écrit par 
  • Pierre SMITH
  •  • 3 708 mots

Dans le chapitre « Les mythes étudiés en eux-mêmes »  : […] Bien qu'il se situe en dehors du domaine strict de l'ethnologie, Georges Dumézil doit être considéré comme le précurseur de l'analyse structurale des mythes ; dans ses travaux sur les mythes et l'idéologie des divers peuples indo-européens de l'Antiquité, il découvre comment la confrontation de plusieurs mythes permet de dégager des structures qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-approche-ethnosociologique/#i_8452

POLYTHÉISME

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 4 132 mots

Dans le chapitre « Les structures élémentaires des panthéons »  : […] Des ensembles polythéistes, en général, on peut dire, d'une part, qu'ils constituent des systèmes de classification de puissances et de pouvoirs ; de l'autre, que ce sont des modes de pensée étroitement intriqués dans l'organisation et le fonctionnement du social et du politique. L'hypothèse initiale est qu'un panthéon n'est ni une troupe confuse, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polytheisme/#i_8452

ROMAN - Roman et société

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 700 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du mythe au roman »  : […] La dualité complémentaire du social et de l'individuel ne caractérise pas seulement les contenus, les thèmes, la substance du roman : elle appartient consubstantiellement au romanesque en tant qu'ouvrage, en tant que fait de culture et de civilisation. À moins de jouer sur les mots, et de ranger dans le romanesque les aventures d'Ulysse, les exploi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-roman-et-societe/#i_8452

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 7 018 mots

Dans le chapitre « Genèse de la religion romaine »  : […] Cette religion, devenue essentiellement politique à la fin de la République, a connu, depuis les origines de Rome, une évolution constante, dont certains facteurs (action des pontifes, sous la dépendance des autorités politiques, auxquelles ils appartiennent eux-mêmes, rôle des décemvirs et des Livres sibyllins ) nous sont saisissables. Mais l'obsc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-la-religion-romaine/#i_8452

SCIENCES SOCIALES PRÉHISTOIRE DES

  • Écrit par 
  • Bernard-Pierre LÉCUYER
  •  • 17 534 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le census romain et la table de mortalité d'Ulpien »  : […] Avec les notions bibliques et les pratiques chinoises connues à partir du xvii e  siècle en Europe occidentale à travers les rapports divers des missionnaires, ce sont les concepts et les usages romains qui ont le plus fortement influencé la naissance en Occident de la comptabilité sociale et des recherches sociales quantifiées. La tradition remon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prehistoire-des-sciences-sociales/#i_8452

TRIPARTIE IDÉOLOGIE INDO-EUROPÉENNE

  • Écrit par 
  • Christian-Joseph GUYONVARC'H
  •  • 512 mots

Dès ses premiers ouvrages, Georges Dumézil ( Jupiter-Mars-Quirinus , Mitra-Varuna , Horace et les Curiaces , Servius et la Fortune , Tarpeia , Naissance de Rome , Naissance d'archanges , L'Héritage indo-européen à Rome , Les Dieux des Germains , Les Dieux des Indo-Européens ) a dégagé et étudié, en conjuguant les ressources de la philologie et de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ideologie-indo-europeenne-tripartie/#i_8452

VEDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 13 414 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les trois fonctions »  : […] À la question : « Combien de dieux ? » un rishi répondit : « Trente-trois mille trois cent trente-trois ! » Il enseignait par ce chiffre symbolique à la fois l'importance numérique de la population divine et son organisation. Les dieux ne sont pas une foule, mais une société, évidemment analogue à celle des hommes. Georges Dumézil s'est employé à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/veda/#i_8452

Pour citer l’article

Régis BOYER, « DUMÉZIL GEORGES - (1898-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-dumezil/