BRAGG sir WILLIAM HENRY (1862-1942) & sir WILLIAM LAWRENCE (1890-1971)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le retour en Angleterre et une collaboration père et fils

En 1909, William Lawrence Bragg intègre à son tour le Trinity College de Cambridge où il suit les enseignements de Joseph John Thomson (1856-1940) et de James Hopwood Jeans (1877-1946), ainsi que ceux de Charles Thomson Rees Wilson (1869-1959), dans le domaine de l’optique (diffraction), qui le marquent plus particulièrement. La famille Bragg venait de rentrer en Angleterre, son père ayant accepté un poste de professeur à l’université de Leeds. William Henry Bragg poursuit sa discussion sur la nature des rayons X avec Arnold Johannes Wilhelm Sommerfeld (1868-1951) qui occupe la chaire de physique théorique à Munich. Ce dernier est partisan d’une théorie ondulatoire et se confronte à son compatriote Johannes Stark (1874-1957) qui opte pour une interprétation en termes de corpuscules (quanta d’énergie). Pour Sommerfeld, la diffraction des rayons X confirmerait leur nature ondulatoire. C’est dans l’institut de physique théorique qu’il dirige que Walter Friedrich (1883-1968) et Paul Knipping (1883-1935), sur l’instigation de Max von Laue (1879-1960), observent en 1912 la diffraction des rayons X par des cristaux du sulfate de cuivre (penta hydraté) et des cristaux de sulfure de zinc (blende). Des plaques photographiques disposées autour du cristal révèlent des pics d’intensité diffractés (déviation des rayons X selon certaines directions privilégiées) au voisinage de la direction du faisceau incident. William Henry Bragg a très vite en main ces clichés et en discute avec son fils. Après s’être procuré l’article de Laue retraçant cette expérience, William Lawrence Bragg comprend que ce sont les plans réticulaires parallèles (plans géométriques passant par des nœuds du réseau) dans le cri [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Autres références

«  BRAGG sir WILLIAM HENRY (1862-1942) & sir WILLIAM LAWRENCE (1890-1971)  » est également traité dans :

CARBONATES

  • Écrit par 
  • Marc DARDENNE, 
  • André JAUZEIN
  •  • 5 064 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre «  Minéraux du groupe de la calcite »  : […] La structure de la calcite, dont les autres minéraux du groupe sont isostructuraux, a été décrite pour la première fois par Bragg en 1937 ; elle peut se déduire de celle du chlorure de sodium ( halite ), en imaginant des ions calcium à la place des ions sodium, des ions carbonate à la place des ions chlore, en imaginant aussi que la structure cubique est comprimée suivant l'un des axes ternaires A […] Lire la suite

CHLORURES NATURELS

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 1 222 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Halite »  : […] Le chlorure de sodium naturel ou « sel gemme » se rencontre presque uniquement dans des séquences salines nées de l'évaporation de bassins marins épicontinentaux ou de lacs salés. Il provient aussi, en très petites quantités, de la condensation de vapeurs volcaniques et d'efflorescence en régions arides. La structure du cristal de halite fut la première à être analysée aux rayons X (Bragg, 1914)  […] Lire la suite

CRISTAUX

  • Écrit par 
  • Marc AUDIER, 
  • Michel DUNEAU
  •  • 7 291 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Études de la structure atomique des cristaux »  : […] L'identification de la structure et de l'organisation des atomes dans un cristal fait principalement appel à sa propriété de diffracter un rayonnement électromagnétique (X, gamma) ou corpusculaire (électrons, neutrons...) de longueur d'onde comparable aux paramètres du réseau cristallin. William Lawrence Bragg (1890-1971) proposa une explication très simple des résultats des premières expériences […] Lire la suite

DIFFRACTION DES RAYONS X

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 360 mots
  •  • 2 médias

La thèse de William Lawrence Bragg (1890-1971), publiée en 1913 dans les comptes-rendus de la Cambridge Philosophical Society et titrée Diffraction d'ondes courtes électromagnétiques par un cristal , marque la naissance de l'étude moderne des solides, et en particulier des cristaux. Après ses études à Adélaïde en Australie (sa ville natale), puis à l'université de Cambridge (Royaume-Uni), W. L.  […] Lire la suite

IONIQUES STRUCTURES

  • Écrit par 
  • Michel POUCHARD
  •  • 2 137 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Rayons ioniques »  : […] W. L. Bragg en 1920, puis V. M. Goldschmidt en 1926, étudiant de manière systématique un grand nombre de structures ioniques, montraient que les ions pouvaient être considérés comme des sphères électriquement chargées possédant des rayons bien caractéristiques et constants ; en particulier, dans la série des halogénures alcalins, les variations régulières des distances internucléaires cation-anio […] Lire la suite

SPINELLES

  • Écrit par 
  • Joseph BOLFA
  •  • 3 130 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Structure »  : […] La structure du spinelle proprement dit MgAl 2 O 4 , dont les autres minéraux du groupe sont isostructuraux, a été décrite par W. H. Bragg et S. Nishikawa en 1915. Le groupe spatial est F d 3 m . La maille unité, correspondant à huit moles, a pour arête a  = 0,809 nm. Les ions Mg 2+ sont placés dans la maille comme les atomes de carbone dans le diamant, c'est-à-dire aux sommets et au milieu des […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian BRACCO, « BRAGG sir WILLIAM HENRY (1862-1942) - & sir WILLIAM LAWRENCE (1890-1971) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bragg-sir-william-henry-et-sir-william-lawrence/