THOMSON sir JOSEPH JOHN (1856-1940)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Cheetham Hill, dans la banlieue de Manchester, le 18 décembre 1856, John Joseph Thomson entra au Trinity College de Cambridge en 1876 et y fit toute sa carrière. En 1884, il succéda à lord Rayleigh à la prestigieuse chaire Cavendish de physique expérimentale. Marié en 1890, il eut deux enfants dont George Paget Thomson, Prix Nobel de physique en 1937 pour ses travaux sur la diffraction des électrons par les cristaux. Le 30 avril 1897, Thomson annonce la découverte de l'électron pendant son cours du soir à la Royal Institution. C'est pour ce travail qu'il reçut le prix Nobel de physique en 1906.

Joseph Thomson

Joseph Thomson

photographie

Le Britannique Joseph Thomson (1856-1940), Prix Nobel de physique, en 1906, pour ses recherches sur la conduction de l'électricité par les gaz. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

La détermination par Thomson en 1897 du rapport de la masse à la charge des particules présentes dans les rayons cathodiques signe la découverte de l'« atome d'électricité » baptisé électron trois ans plus tôt par le physicien irlandais George Stoney. Thomson, médiocre expérimentateur mais chercheur imaginatif, avait conçu dans son laboratoire de Cambridge un montage permettant de suivre la trajectoire de rayons issus d'un tube cathodique (l'ancêtre des tubes de télévision) et soumis à un champ magnétique ou électrique. L'utilisation de cathodes différentes (en aluminium et en platine), de divers gaz dans le tube (hydrogène, air et dioxyde de carbone) et d'intensités de champs variées le convainquit que la déflexion des rayons provenait de particules électriquement chargées universelles ; il en conclut dans un célèbre article paru dans le Philosophical Magazine que les rayons cathodiques étaient constitués de matière dans un nouvel état, un état où la subdivision de la matière est bien plus extrême que dans les gaz... cette matière étant la substance même dont les éléments chimiques sont faits.

Quelques mois plus tard, Thomson et son collègue John Sealy Edward Townsend déterminaient approximativement la charge de l'électron en analysant la taille des gouttelettes d'eau produites par le passage de particules chargées dans un air humide (phénomène qui sera à la base des détecteurs de particules appelés chambres à brouillard).

En 1912, Thomson découvrit une nouvelle méthode de séparation des atomes et des molécules par l'action de champs électromagnétiques, ouvrant la voie au spectrographe de masse inventé peu après par Francis Aston. Cette méthode permit à Thomson d'identifier l'isotope 22 du néon. Anobli en 1908, il vit un de ses étudiants, Ernest Rutherford, lui succéder en 1919 comme professeur au laboratoire Cavendish. Il est mort le 30 août 1940 à Cambridge.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  THOMSON sir JOSEPH JOHN (1856-1940)  » est également traité dans :

ASTON FRANCIS WILLIAM (1877-1945)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 472 mots

Chimiste et physicien britannique, né à Harborne, Aston obtient, en 1892, une bourse qui lui permet d'effectuer des travaux de stéréochimie avec Frankland. Après avoir suivi un cours de chimie des fermentations, il est chimiste de brasserie à Wolverhampton (1900-1903), mais, en 1903, il est de retour à l'université de Birmingham en qualité de chercheur auprès du physicien Poynting ; puis, professe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-william-aston/#i_3294

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 238 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'atome de Thomson-Lorentz »  : […] Ce ne fut qu'à la fin du xix e siècle que la notion d'atome comme particule indivisible fut mise en doute. Les expériences sur les décharges électriques dans les gaz raréfiés et l'étude des rayons cathodiques ont amené à la découverte de très légères particules, chargées électriquement, les électrons . Dotés d'une charge né […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atome/#i_3294

COMPTON EFFET

  • Écrit par 
  • Michel BAUBILLIER, 
  • Bernard PIRE
  •  • 2 554 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Aspect corpusculaire de la lumière »  : […] Les premières mesures précises concernant la diffusion des rayonnements électromagnétiques par la matière furent effectuées par Hewlett à l'aide d'un faisceau de rayons X mous (peu énergiques). Il existait déjà une théorie de la diffusion, inventée par J. J.  Thomson. Elle était fondée sur des mouvements oscillatoires des électrons atomiques induits par le rayonnement primaire, entraînant l'émissi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/effet-compton/#i_3294

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Fermions

  • Écrit par 
  • Jean-Eudes AUGUSTIN, 
  • Michel PATY, 
  • Bernard PIRE
  •  • 16 242 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Découverte de l'électron »  : […] L'électron a été la première particule élémentaire mise en évidence et son acceptation par la communauté scientifique a duré près d'un siècle, depuis la caractérisation des lois de l'électrolyse par Faraday en 1833 jusqu'à la reconnaissance de l'électron vers 1920. Mais la détermination de la masse et de la charge du corpuscule par Joseph John Thomson en 1897 marque la date de la découverte de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-fermions/#i_3294

SPECTROMÉTRIE DE MASSE

  • Écrit par 
  • Michel de SAINT SIMON
  •  • 7 086 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Historique »  : […] Apparue au début du xx e  siècle, la spectrométrie de masse a apporté des éléments clés pour la compréhension du noyau atomique. Elle est issue de la découverte, par Eugen Goldstein en 1886, des rayons canaux dus aux ions positifs et de leur analyse par un champ magnétique, par Wilhelm Wien en 1898. En 1912, Joseph John Thomson obtient des spectr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spectrometrie-de-masse/#i_3294

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « THOMSON sir JOSEPH JOHN - (1856-1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomson-sir-joseph-john/