BRAGG sir WILLIAM HENRY (1862-1942) & sir WILLIAM LAWRENCE (1890-1971)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Physiciens britanniques, le père et le fils travaillent ensemble sur la diffraction des rayons X pour les cristaux et établissent, en 1912, la loi reliant la direction de diffraction aux distances entre plans réticulaires.

William Henry Bragg et William Lawrence Bragg

William Henry Bragg et William Lawrence Bragg

photographie

Les physiciens britanniques William Henry Bragg (1862-1942) et son fils William Lawrence Bragg (1890-1971), tous deux lauréats du prix Nobel de physique en 1915, pour l'étude des cristaux par diffraction des rayons X. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Se servant de leur loi, ils étudient la structure des cristaux, en particulier les halogénures alcalins, ce qui leur valut le prix Nobel de physique en 1915.

En 1935, sir Henry émet l'hypothèse qu'il existe dans les cristaux des fissures, inobservables avec les moyens de l'époque. Ces fissures sont actuellement connues sous le nom de dislocations. Il a été élu à la Royal Society en 1906.

Sir Lawrence, travaillant avec Linus Pauling, met en évidence la structure tétraédrique du silicate (1929). En 1926, il a montré que la densité électronique dans la maille cristalline peut s'écrire sous la forme d'une somme d'ondes sinusoïdales de densité, dont les périodes sont celles des plans réticulaires.

Les études que sir Lawrence a effectuées avec Tammann, Bethe et Hume-Rothery sur les composés intermétalliques l'ont conduit à la notion de structure, qu'il développe en 1947.

La structure cristalline d'un métal peut être représentée par un assemblage de bulles de savon identiques restant au contact les unes des autres, grâce à la tension superficielle. Les assemblages formés font apparaître des structures que l'on suppose exister dans les métaux et simulent les effets qui ont été observés tels que les limites de grains, les dislocations ou les atomes interstitiels.

—  Alain LE DOUARON

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BRAGG sir WILLIAM HENRY (1862-1942) & sir WILLIAM LAWRENCE (1890-1971)  » est également traité dans :

CARBONATES

  • Écrit par 
  • Marc DARDENNE, 
  • André JAUZEIN
  •  • 5 064 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre «  Minéraux du groupe de la calcite »  : […] La structure de la calcite, dont les autres minéraux du groupe sont isostructuraux, a été décrite pour la première fois par Bragg en 1937 ; elle peut se déduire de celle du chlorure de sodium ( halite ), en imaginant des ions calcium à la place des ions sodium, des ions carbonate à la place des ions chlore, en imaginant aussi que la structure cubiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carbonates/#i_3090

CHLORURES NATURELS

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 1 222 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Halite »  : […] Le chlorure de sodium naturel ou « sel gemme » se rencontre presque uniquement dans des séquences salines nées de l'évaporation de bassins marins épicontinentaux ou de lacs salés. Il provient aussi, en très petites quantités, de la condensation de vapeurs volcaniques et d'efflorescence en régions arides. La structure du cristal de halite fut la pre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chlorures-naturels/#i_3090

CRISTAUX

  • Écrit par 
  • Marc AUDIER, 
  • Michel DUNEAU
  •  • 7 291 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Études de la structure atomique des cristaux »  : […] L'identification de la structure et de l'organisation des atomes dans un cristal fait principalement appel à sa propriété de diffracter un rayonnement électromagnétique (X, gamma) ou corpusculaire (électrons, neutrons...) de longueur d'onde comparable aux paramètres du réseau cristallin. William Lawrence Bragg (1890-1971) proposa une explication t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cristaux/#i_3090

DIFFRACTION DES RAYONS X

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 360 mots
  •  • 2 médias

La thèse de William Lawrence Bragg (1890-1971), publiée en 1913 dans les comptes-rendus de la Cambridge Philosophical Society et titrée Diffraction d'ondes courtes électromagnétiques par un cristal , marque la naissance de l'étude moderne des solides, et en particulier des cristaux. Après ses études à Adélaïde en Australie (sa ville natale), puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diffraction-des-rayons-x/#i_3090

IONIQUES STRUCTURES

  • Écrit par 
  • Michel POUCHARD
  •  • 2 137 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Rayons ioniques »  : […] W. L. Bragg en 1920, puis V. M. Goldschmidt en 1926, étudiant de manière systématique un grand nombre de structures ioniques, montraient que les ions pouvaient être considérés comme des sphères électriquement chargées possédant des rayons bien caractéristiques et constants ; en particulier, dans la série des halogénures alcalins, les variations ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structures-ioniques/#i_3090

SPINELLES

  • Écrit par 
  • Joseph BOLFA
  •  • 3 130 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Structure »  : […] La structure du spinelle proprement dit MgAl 2 O 4 , dont les autres minéraux du groupe sont isostructuraux, a été décrite par W. H. Bragg et S. Nishikawa en 1915. Le groupe spatial est F d 3 m . La maille unité, correspondant à huit moles, a pour arête a  = 0,809 nm. Les ions Mg 2+ sont placés dans la maille comme les atomes de carbone dans le d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spinelles/#i_3090

Pour citer l’article

Alain LE DOUARON, « BRAGG sir WILLIAM HENRY (1862-1942) - & sir WILLIAM LAWRENCE (1890-1971) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bragg-sir-william-henry-et-sir-william-lawrence/