BRAGG sir WILLIAM HENRY (1862-1942) & sir WILLIAM LAWRENCE (1890-1971)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des carrières plus indépendantes

Au sortir de la guerre, William Henry Bragg obtient le poste de professeur de physique au University College de Londres, avant d’être nommé en 1923 à la chaire de chimie de la Royal Institution, où il dirige le laboratoire Davy-Faraday. Il le dynamise en attirant de jeunes chercheurs, tout en centrant son activité sur l’étude des composés organiques par spectroscopie X. Quant à son fils, il obtient en 1919 le poste de professeur de physique à l’université de Manchester où il succède à Ernest Rutherford (1871-1937) et y développe le groupe de recherche cristallographique. Moins de quinze ans après son père, il devient à son tour membre de la Royal Society en 1921 et épouse, la même année, Alice Hopkinson qui sera sa compagne jusqu’à la fin de ses jours. William Lawrence Bragg se concentre sur l’étude des silicates et publie la structure du béryl (Be3Al2Si6O18) en 1926 avec son étudiant Joseph West. La méthode qu’il utilise repose sur les séries de Fourier à deux dimensions pour calculer les densités d’électrons projetées sur les faces des cristaux, une approche proposée antérieurement par son père et qui deviendra standard (le point crucial étant la détermination de la phase de l’amplitude diffractée).

William Lawrence Bragg s’intéresse ensuite à la structure métallique des alliages, pour comprendre leurs propriétés, observées à la suite d’un refroidissement brusque. Après avoir dirigé le National Physical Laboratory de 1937 à 1938, il succède de nouveau à Ernest Rutherford à la chaire professorale du Cavendish Laboratory de l’université de Cambridge. Son père devient président de la Royal Society de 1935 à 1940 et décède à Londres le 10 mars 1942.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Autres références

«  BRAGG sir WILLIAM HENRY (1862-1942) & sir WILLIAM LAWRENCE (1890-1971)  » est également traité dans :

CARBONATES

  • Écrit par 
  • Marc DARDENNE, 
  • André JAUZEIN
  •  • 5 064 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre «  Minéraux du groupe de la calcite »  : […] La structure de la calcite, dont les autres minéraux du groupe sont isostructuraux, a été décrite pour la première fois par Bragg en 1937 ; elle peut se déduire de celle du chlorure de sodium ( halite ), en imaginant des ions calcium à la place des ions sodium, des ions carbonate à la place des ions chlore, en imaginant aussi que la structure cubique est comprimée suivant l'un des axes ternaires A […] Lire la suite

CHLORURES NATURELS

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 1 222 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Halite »  : […] Le chlorure de sodium naturel ou « sel gemme » se rencontre presque uniquement dans des séquences salines nées de l'évaporation de bassins marins épicontinentaux ou de lacs salés. Il provient aussi, en très petites quantités, de la condensation de vapeurs volcaniques et d'efflorescence en régions arides. La structure du cristal de halite fut la première à être analysée aux rayons X (Bragg, 1914)  […] Lire la suite

CRISTAUX

  • Écrit par 
  • Marc AUDIER, 
  • Michel DUNEAU
  •  • 7 291 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Études de la structure atomique des cristaux »  : […] L'identification de la structure et de l'organisation des atomes dans un cristal fait principalement appel à sa propriété de diffracter un rayonnement électromagnétique (X, gamma) ou corpusculaire (électrons, neutrons...) de longueur d'onde comparable aux paramètres du réseau cristallin. William Lawrence Bragg (1890-1971) proposa une explication très simple des résultats des premières expériences […] Lire la suite

DIFFRACTION DES RAYONS X

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 360 mots
  •  • 2 médias

La thèse de William Lawrence Bragg (1890-1971), publiée en 1913 dans les comptes-rendus de la Cambridge Philosophical Society et titrée Diffraction d'ondes courtes électromagnétiques par un cristal , marque la naissance de l'étude moderne des solides, et en particulier des cristaux. Après ses études à Adélaïde en Australie (sa ville natale), puis à l'université de Cambridge (Royaume-Uni), W. L.  […] Lire la suite

IONIQUES STRUCTURES

  • Écrit par 
  • Michel POUCHARD
  •  • 2 137 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Rayons ioniques »  : […] W. L. Bragg en 1920, puis V. M. Goldschmidt en 1926, étudiant de manière systématique un grand nombre de structures ioniques, montraient que les ions pouvaient être considérés comme des sphères électriquement chargées possédant des rayons bien caractéristiques et constants ; en particulier, dans la série des halogénures alcalins, les variations régulières des distances internucléaires cation-anio […] Lire la suite

SPINELLES

  • Écrit par 
  • Joseph BOLFA
  •  • 3 130 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Structure »  : […] La structure du spinelle proprement dit MgAl 2 O 4 , dont les autres minéraux du groupe sont isostructuraux, a été décrite par W. H. Bragg et S. Nishikawa en 1915. Le groupe spatial est F d 3 m . La maille unité, correspondant à huit moles, a pour arête a  = 0,809 nm. Les ions Mg 2+ sont placés dans la maille comme les atomes de carbone dans le diamant, c'est-à-dire aux sommets et au milieu des […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian BRACCO, « BRAGG sir WILLIAM HENRY (1862-1942) - & sir WILLIAM LAWRENCE (1890-1971) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bragg-sir-william-henry-et-sir-william-lawrence/