ARHAT ou ARHANT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme arhat ou arhant (de la racine arh, mériter), que l'on peut traduire par « saint », désigne dans le bouddhisme ancien le stade le plus élevé dans la progression religieuse pour les adeptes du Petit Véhicule, stade qui fait suite aux étapes de srotaāpanna, de sakrdāgāmin et d'anāgāmin.

Les caractéristiques principales de l'état d'arhat sont les suivantes : les impuretés du sujet sont détruites (āsravasksaya) ; il sait qu'elles sont détruites (āsravaksayajnāna) ; il sait aussi qu'elles ne renaîtront plus (anutpādajnāna). En cela l'arhat est semblable au Buddha (qui a longtemps été considéré comme un arhat), mais sans les qualités « positives » de ce dernier : enseignement, conversion des êtres, initiatives, surtout le suprême et parfait Éveil (anuttarasamyaksambodhi, privilège des buddha et des bodhisattva.)

Avec l'essor du Mahāyāna, l'arhat a cessé d'être tenu pour un idéal et a été supplanté dans ce rôle par le bodhisattva. On a insisté sur le côté égoïste de l'arhat (appelé de plus en plus souvent srāvaka : élève) qui se contente de rechercher son salut propre et d'atteindre le nirvāna, alors que le bodhisattva a en vue le suprême et parfait Éveil ainsi que la conversion et le salut de l'humanité tout entière.

La tradition indienne veut que le Buddha ait chargé seize arhat (leur nombre a varié de quatre à huit puis à seize) de protéger la Loi et de la garder après sa mort, sans entrer dans le nirvāna, jusqu'à l'apparition d'un nouveau Buddha. Puis ces seize sont devenus dix-huit en Chine (tradition picturale mais sans base textuelle). Les seize et les dix-huit arhat sont l'objet, en Chine, de nombreuses représentations tant en sculpture qu'en peinture.

—  Jean-Christian COPPIETERS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARHAT ou ARHANT  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des Gupta au XIIe siècle »  : […] La transformation la plus importante du bouddhisme est la formation d'une nouvelle branche qui n'a pas fait disparaître les anciennes écoles, mais a donné une nouvelle histoire à la religion. Il n'y a pas de date de schisme qui en marque la naissance. Il y a constitution progressive de nouvelles orientations, le plus souvent dues à de fortes personnalités. Elle se sont donné le nom de Mahāyāna (« […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-indien/#i_44834

MAHĀDEVA

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 412 mots

Moine bouddhiste dont la personnalité reste énigmatique, Mahādeva serait à l'origine, d'après de nombreuses sources, du premier schisme qui, à la connaissance des historiens, avait divisé la communauté ( samgha ) des disciples du Bouddha sans doute en ~ 340 environ. Face aux propositions qu'il défendait, les moines se seraient séparés en deux clans : ceux qui avec lui l'emportèrent, les plus nombr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahadeva/#i_44834

MAHĀYĀNA ou GRAND VÉHICULE

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 1 365 mots

L'appellation bouddhiste de Mahāyāna, traduite communément par « Grand Véhicule », est un terme polémique du bouddhisme. Avec son pendant péjoratif, le Hīnayāna (« Petit Véhicule »), le Mahāyāna forme un couple conceptuel qui, à l'instar de la distinction chrétienne entre Ancien et Nouveau Testament, reflète une vision progressiste de l'histoire religieuse et implique une hiérarchie, admise par l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahayana-grand-vehicule/#i_44834

MOKṢA

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 222 mots

Dans l'hindouisme, le terme sanskrit mokṣa , ou moksha (« libération »), désigne la délivrance ultime par laquelle se trouve brisé tout lien avec le cycle des renaissances. En principe, le mokṣa n'est possible que par la mort, mais certains pensent qu'il peut s'obtenir au cours de la vie, quand on adopte l'état du « renonçant solitaire », devenant ainsi un « délivré vivant » ( jīvana - mukta ). L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moksa/#i_44834

SAINTETÉ

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Yves CONGAR, 
  • Louis GARDET, 
  • Françoise MALLISON
  • , Universalis
  •  • 7 167 mots

Dans le chapitre « Les étapes de la sainteté »  : […] Une notion très proche, à certains égards, de celle de sainteté existe dans le bouddhisme et y tient une place fort importante. Le mot ārya , qui désignait dans l'Inde antique les gens de haute naissance et que l'on traduit en conséquence généralement par « noble », a pris le sens de « saint » dans la terminologie bouddhique. En effet, est ārya ce qui appartient à la Voie ( mārga ) de la délivran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saintete/#i_44834

TĪRTHAMKARA

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 475 mots

Les tīrthamkara ou tīrthakara , qu'on appelle aussi jinas (« vainqueurs ») ou arhants (« saints parfaits »), sont, dans le jaïnisme, des personnages qui, parvenus à l'omniscience, s'incarnent sur Terre à tour de rôle pour guider les hommes dans la vraie voie du salut ( tīrthaṅkara , en sanskrit, veut dire « faiseur de gué », « passeur »), et dont seuls les deux derniers, Pār'sva et surtout Vardha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tirthamkara/#i_44834

ZEN

  • Écrit par 
  • Claude GRÉGORY
  •  • 18 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Bodhi »  : […] Les maîtres du chan récuseraient à coup sûr notre exposé de śūnyatā , pour le motif sans réplique que le langage se pare de sa seule insuffisance en un domaine qui le déborde de tout côté. Néanmoins la littérature abonde : non seulement les sūtra du groupe de la Mahāprajñāpāramitā dont le chan se recommande, mais davantage les enseignements, les traités, les commentaires et les morceaux consacré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zen/#i_44834

Pour citer l’article

Jean-Christian COPPIETERS, « ARHAT ou ARHANT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arhat-arhant/