Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AVALOKITEŚVARA

Le mot « Avalokiteśvara » vient du sanskrit ava, de haut en bas ; lokita, racine lok, voir, regarder ; īśvara, seigneur, maître, donc « Seigneur qui regarde d'en haut », sous-entendu « avec commisération » ; il est appelé aussi Lokeśvara (loka, monde visible, īśvara). La traduction du terme varie selon les pays asiatiques ; en Chine, Kouan (che) yin, Kouan-tseu-ts'ai ; au Japon, Kwannon, Kannon ; au Vietnam, Quan An ; au Tibet, Chenresi.

Avalokiteśvara apparaît dans les textes et les documents figurés vers les débuts de l'ère chrétienne. Les plus anciens recueils qui le mentionnent – les deux Sukhāvatīvyūha, « Développement sur l'Heureuse » (nom du paradis d'Amitābha) et l'Amitāyur-buddhānusmṛti, « Souvenir sur le bouddha Amitāyus » – auraient été traduits du sanskrit en chinois soit vers les iie-iiie siècles, soit plus probablement au ve ; Avalokiteśvara y est déjà associé au bouddha de l'Ouest, Amitābha ou Amitāyus (c'est pourquoi certains auteurs modernes lui supposent une origine iranienne, contestée par ceux qui voient en lui un reflet de notions purement indiennes). Le célèbre « Lotus de la Bonne Loi » (Saddharmapunḍarīka) contient un chapitre, « Exposé des transformations d'Avalokiteśvara », nommé « Qui fait face à tout », peut-être interpolé, mais qui figure pourtant dans les traductions chinoises dès le ve siècle. On y trouve entre autres les « litanies » d'Avalokiteśvara dont le nom invoqué libère de tous dangers, et l'affirmation qu'Avalokiteśvara peut revêtir n'importe quel aspect pour convertir les êtres. Avalokiteśvara détient et enseigne la « formule en six syllabes » oṃ maṇi padme hūṃ, par laquelle il est encore invoqué aujourd'hui. Les Sādhana, textes d'évocation (viie-xie siècles), exaltent souvent cette même formule et renferment des descriptions d'Avalokiteśvara ; son iconographie révèle parfois une influence çivaïte.

Avalokitesvara, E. Haas - crédits : Ernst Haas/ Getty Images

Avalokitesvara, E. Haas

En iconographie, les caractéristiques principales d'Avalokiteśvara sont la présence, dans sa coiffure, d'un bouddha, généralement en méditation, et de la fleur de lotus, nelumbium (padma), que porte sa main gauche, et qui lui vaut le surnom de Padmapāṇi (« main au lotus »). Il revêt des formes innombrables, la plus simple étant celle à une face et deux bras, la main droite faisant un geste soit de sauvegarde, soit de don, la main gauche tenant le lotus ; il peut alors être entouré d'assistants, ou encadré par les « périls » dont il délivre ses fidèles. La forme la plus complexe illustre plastiquement l'épithète « Qui fait face à tout » : elle comprend onze visages correspondant aux onze directions (points cardinaux, collatéraux, zénith, nadir, centre) et (symboliquement) mille bras dont la plupart sont disposés en auréole et dont chaque paume de main est marquée d'un œil, dénotant le geste qui secourt, dès que le regard a vu la détresse à secourir. Très répandue au Népal et au Tibet, cette forme y a reçu une interprétation ésotérique. En Chine, peut-être par contamination avec une déesse mère, Avalokiteśvara est souvent représenté sous l'aspect féminin de la Kouan-yin, donneuse d'enfants.

— Marie-Thérèse de MALLMANN

Bibliographie

C. Bautze-Picron, « Some Aspects of the iconography of Avalokiteśvara in the “Pāla-Sena” stone sculpture », in South Asian Archaelogy 1985, Leyde, 1989

B. Bhattacharyya éd., Sâdhanamâlâ, vol. I (Gaekwad's Oriental Series, XXVI), Baroda, 1925

N. Chutivongs, The Iconography of Avalokiteśvara in Mainland South-East Asia, Bangkok, 1982

M. T. de Mallmann, Introduction à l'étude d'Avalokiteśvara, Paris, 1948 ; « Un point d'iconographie indo-javanaise : Khasarpana et Amoghapasa », in Art. Asiae, 1948 ; « Notes sur les[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Marie-Thérèse de MALLMANN. AVALOKITEŚVARA [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Avalokitesvara, E. Haas - crédits : Ernst Haas/ Getty Images

Avalokitesvara, E. Haas

Autres références

  • BODHISATTVA AVALOKITEŚVARA, art kmer (Thaïlande)

    • Écrit par
    • 170 mots

    Ayant renoncé à acquérir le statut de Buddha pour mieux conduire les êtres au salut, Avalokiteśvara est l'intercesseur par excellence dans le bouddhisme du Grand Véhicule (Mahāyāna), dont la diffusion à travers toute l'Asie a été accompagnée de celle de son image. Ici, utilisant les qualités plastiques...

  • BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme chinois

    • Écrit par et
    • 4 679 mots
    • 5 médias
    ...censées se produire aux Wutaishan, montagnes du nord-est du Shanxi ; Puxian (Samantabhadra), qui se manifeste sur le mont Emei, au Sichuan ; Guanyin (Avalokiteçvara), la Kannon japonaise, Bodhisattva sauveur et compatissant conçu en Chine sous des apparences féminines et adoré en particulier dans l'île...
  • BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme tibétain

    • Écrit par
    • 5 604 mots
    • 5 médias
    ...peintures qui en sont faites. La dévotion s'adresse moins au Buddha Shākyamuni qu'aux buddha et bodhisattva avec une piété toute particulière envers Avalokiteśvara, considéré, depuis le xiie siècle au moins, comme le patron spécifique du Tibet. Son mantra, la célèbre formule en six syllabes ...
  • BOUDDHISME (Arts et architecture) - Représentations des Bodhisattva

    • Écrit par
    • 1 501 mots
    • 2 médias
    Avalokiteśvara, émanation du Buddha Amitābha dont la figurine en méditation orne sa coiffure, est le plus célèbre des Bodhisattva. « Protecteur de l'Univers » (lokanātha), son activité inlassable dans ce domaine, détaillée dans le « Lotus de la Bonne Loi » (Saddharmapuṇḍarikasūtra...
  • CORÉE - Arts

    • Écrit par , et
    • 11 380 mots
    • 4 médias
    ...se distingue par sa pesanteur et son volume, tandis que le visage s'éclaire d'un sourire ingénu qui sera transmis au Japon au cours du viie siècle. On retrouve ce sourire dans une statuette d'Avalokiteçvara (Bodhisattva de la miséricorde) dont le corps gracile et légèrement hanché se dessine sous le...
  • Afficher les 9 références