BIBLEVue d'ensemble

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En amont et en aval du moment décisif de sa constitution dernière, par le versant de sa genèse et par celui de son destin, la Bible a marqué non seulement de son empreinte mais aussi en quelque sorte de son être la nature même d'une importante partie de la civilisation et de la culture.

Sans la Bible, le discours, autrement dit la façon non seulement de parler et d'écrire, mais aussi de juger et de penser, de créer et de rêver, serait en effet tout autre. Les rapports entre les hommes sont eux-mêmes définis par des lois dont les racines sont pour beaucoup bibliques. Or la Bible porte elle-même l'empreinte profonde de plusieurs autres cultures, antérieures et contemporaines. Bien plus, en se formant, elle a drainé les eaux de civilisations antiques, des civilisations égyptienne et sémite surtout, en son premier temps, et, pour sa part plus tardive, des civilisations orientale et hellénique.

La Bible a restitué par la suite ce qu'elle avait pris, au cours d'une très longue carrière où l'on n'a cessé de l'écrire et de la dire, et, pour ce faire, d'abord de la traduire. Paradoxalement, quel que soit l'arsenal linguistique dont dispose le savant qui la scrute dans ses langues dites originales – l'hébreu, l'araméen et le grec –, on peut affirmer aisément que la Bible comme Bible n'a vraiment d'autre histoire que celle de ses versions : née comme traduction dans l'Alexandrie hellénistique du iiie siècle avant J.-C., elle est également grecque par le nom qu'elle y reçut, hè Biblos, « le Livre ». Dans l'Antiquité et jusqu'à nos jours, elle n'a pu s'imposer que parce qu'elle fut toujours traduction. Il n'y a même de Bible véritable qu'avec l'habit d'une vulgate, c'est-à-dire quand la totalité des membres d'une communauté peut la reconnaître et la lire en sa langue propre. Après sa phase de fécondation et de gestation, qui fut hébraïque, la Bible naquit grecque pour mûrir et s'épanouir ensuite dans une multitude de langues, qui sont autant de langues bibliques en quelque sorte originales.

Ce paradoxe en commande ou en reflète bien d'autres. La Bible se présente comme un livre unique, que son nom même désigne d'emblée comme tel ; mais elle est aussi une vraie bibliothèque, évoquant et signifiant les longues étapes d'une évolution culturelle et religieuse dont on ne cessa dans le passé et dont on ne cesse aujourd'hui de décrire l'ordonnance et de démontrer la logique.

Car la Bible, selon les yeux qui la regardent, apparaît soit comme le comble de l'anarchie, soit comme le sommet de la cohérence. En fait, sa cohérence est anarchie dans la mesure où elle trouve en chaque lieu et chaque moment son principe nouveau, dont le lecteur seul est maître. Et son anarchie est cohérence dans la mesure où toute dérive qu'elle révèle ou engendre n'est en fait qu'une trajectoire nouvelle de sens qui vient croiser quelque part la somme totale des autres. La Bible est rigide et dure ; elle est « règle » ou « canon ». Elle est souple et libre ; elle est « livre » et « lecture ». Durant son histoire, elle a fait condamner et fut elle-même, toute ou en partie, condamnée, parfois juge et parfois accusée, mais toujours pour des causes qui, objectivement, engageaient l'homme et avec lui le monde.

En bref, si l'on peut dire qu'écrire est l'un des synonymes de vivre, on peut dire dès lors que la Bible, écriture « sainte », différente et distincte de toute autre, ou « Écriture », est – pour le savant qui peine à la comprendre et pour l'honnête homme qui la sait approcher, lui, de bien des façons que la culture spontanément propose – la réalisation symbolique unique du vivant lui-même. Elle est un cosmos ou un monde scripturaire, le cosmos ou le monde en écriture. Traduit dans le langage qui est le sien, cela peut se dire ainsi : « inspirée » par l'Esprit-Saint, la Bible fait le récit des actes mêmes de l'Esprit.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BIBLE  » est également traité dans :

BIBLE - Ancien et Nouveau Testament

  • Écrit par 
  • Paul BEAUCHAMP, 
  • Xavier LÉON-DUFOUR, 
  • André PAUL
  •  • 10 302 mots
  •  • 1 média

La notion biblique de testament, que le christianisme a valorisée en la mettant au pluriel (Ancien Testament et Nouveau Testament), pluriel dont le concept de bible (livre) fut et demeure l'agent unificateur, est la confluence, repérable comme processus à travers l'histoire littéraire d'Israël, dans se […] Lire la suite

BIBLE - Les livres de la Bible

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SANDOZ
  •  • 7 684 mots
  •  • 4 médias

La Bible a été longtemps le seul recueil littéraire connu de la culture ancienne du Proche-Orient et elle en reste un des témoins majeurs, même si les découvertes du xixe siècle ont permis de la replacer dans un contexte plus large. À ce seul titre, elle mérite l'intérêt de l'homme cultivé. Mais cet intérêt est en […] Lire la suite

BIBLE - Les traductions

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 3 150 mots

Dès l'Antiquité préchrétienne, la Bible a été traduite – il faudrait dire, plus adéquatement, produite – dans une multitude de langues. Dans ce processus, on doit, en fait, distinguer deux moments : d'une part, celui des versions « anciennes », qui se prolonge jusqu'au Moyen Âge avec la traduction en slavon de Cyrille […] Lire la suite

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

La seconde moitié du xxe siècle a connu une véritable révolution et pour la diffusion et pour l'étude de la Bible. On a parlé à juste raison du « renouveau biblique ». L'Église catholique, surtout dans les dispositions du concile Vatica […] Lire la suite

BIBLE - L'inspiration biblique

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 4 573 mots
  •  • 1 média

Le mot « inspiration » est fondamental dans le vocabulaire chrétien. Par le canal de la Vulgate, il vient directement de l'adjectif latin inspiratus. En II Timothée (iii, 16), saint Paul affirme en effet que « toute l'Écriture » est « inspirée de Dieu » (en grec : théopneusto […] Lire la suite

BIBLE - Bible et archéologie

  • Écrit par 
  • Pierre BORDREUIL, 
  • Arnaud SÉRANDOUR
  •  • 7 877 mots
  •  • 1 média

Les pionniers de l'archéologie proche-orientale, au xixe siècle, entendaient surtout confirmer sur le terrain les informations tirées de la Bible. À cette époque, en effet, la Bible était considérée pratiquement comme un document historique. Cependant, les théologiens protestants allemands avaient commencé à lui a […] Lire la suite

LA BIBLE (trad. 2001)

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 011 mots

L'événement de la première rentrée littéraire française du xxie siècle a accompli la prédiction d'André Malraux : il a été d'ordre spirituel. Après six ans de travail, l'équipe de vingt écrivains et vingt-sept exégètes réunie par les éditions Bayard autour des Français Frédéric Boyer (écrivain) et Marc Sevin (exégète) et du Canadien Jean-Pierre Prévos […] Lire la suite

LA BIBLE DÉVOILÉE (I. Finkelstein et N. A. Silberman)

  • Écrit par 
  • André LEMAIRE
  •  • 979 mots

Ce livre, traduit de l'anglais The Bible Unearthed par Patrice Ghirardi (La Bible dévoilée. Les nouvelles révélations de l'archéologie, Bayard, Paris, 2002), présente un essai à la fois audacieux et tonique des apports de l'archéologie des cinquante dernières années à la compréhensio […] Lire la suite

AARON

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 385 mots
  •  • 1 média

On ne sait guère d'où vient le nom d'Aaron, peut-être d'Égypte comme celui de Moïse, dont, selon la Bible, Aaron aurait été le frère. Les traditions le concernant doivent être soumises à la critique et bien discernées l'une par rapport à l'autre. La figure postexilique d'Aaron est plus complexe et plus élaborée que celle d'avant l'Exil. Dans les divers récits du Pentateuque, le nom d'Aaron est sou […] Lire la suite

ABRAHAM

  • Écrit par 
  • René Samuel SIRAT
  •  • 880 mots

La Bible nous présente Abram (Père puissant), surnommé par la suite Abraham (Père d'une multitude de nations, ou selon l'akkadien : Aimant le Père), comme l'ancêtre commun des Ismaélites et des Israélites. L'histoire d'Abraham – le premier monothéiste – et celle de ses pérégrinations occupent une place importante dans le livre de la Genèse ( xii-xxv ). […] Lire la suite

Pour citer l’article

André PAUL, « BIBLE - Vue d'ensemble », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-vue-d-ensemble/