CELLINI BENVENUTO (1500-1571)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Ganymède, B. Cellini

Ganymède, B. Cellini
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Salière de François Ier, B. Cellini

Salière de François Ier, B. Cellini
Crédits : Courtesy of the Kunsthistorisches Museum, Vienna

photographie

Persée, B. Cellini

Persée, B. Cellini
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Persée, B. Cellini

Persée, B. Cellini
Crédits : David Lee/ Corbis

photographie

Tous les médias


Surpasser Michel-Ange

Irascible, il cultive la morgue et l'ironie : un ton de grand seigneur qui lui permet de discourir familièrement avec ses commanditaires. Seul le génie de Michel-Ange permettait, il le sent bien, ses fameuses colères contre Jules II. Le vieux Cellini, dans une Florence qui lui paraît mesquine, dut ciseler cette formule qu'il met dans la bouche de François Ier : « Je ne sais qui est le plus heureux, du prince qui trouve un homme selon son cœur ou de l'artiste de talent à qui un prince fournit tous les moyens d'exprimer les vastes conceptions de son esprit » (La Vie, II, 22).

Cellini cultive le goût maniériste de la prouesse, de l'exploit : faire tenir trois personnages sur une médaille minuscule, figurer toute une Ascension d'inspiration raphaélesque sur le sceau du cardinal Hercule de Gonzague (1528), traduire la monumentalité des figures allongées des tombeaux médicéens de Michel-Ange aux dimensions d'une salière (Vienne, achevée en 1543) ou, inversement, polir et « reparer » son Persée pour lui donner, sur la place de la Seigneurie, le fini d'un bibelot. Transformer ses œuvres en descriptions ornées, c'est pratiquer de même la « transposition d'art », tour rhétorique qui confère à ses productions la splendeur mythique du bouclier d'Achille chez Homère. Transgresser les règles de la morale, c'est encore se situer dans ce domaine du « génie » où l'avait précédé son « divin Michel-Ange » – avec l'étrange espérance mystique, chez cet aventurier sans scrupules, d'accéder, malgré tout, à la sainteté. Il note (La Vie, I, 128) que, depuis son emprisonnement de 1538-1539, il a vécu « le plus merveilleux des miracles qui soit arrivé à un homme », sa tête est ceinte d'une auréole. À ses amis italiens qui s'étonnaient qu'un tel prodige ne fût pas visible, il expliquait qu'« à Paris [...] on la voyait beaucoup mieux qu'en Italie ; le ciel a ici trop d'éclat ».

Persée, B. Cellini

Persée, B. Cellini

Photographie

Benvenuto Cellini, Persée, 1545-1554, bronze et socle en marbre, hauteur 320 cm. Loggia dei Lanzi, Florence. Détail du Persée brandissant la tête de Méduse, dont le corps gît aux pieds du héros. 

Crédits : AKG

Afficher

Cellini, délibérément, s'est voulu solitaire, « saturnien », en marge de son époque. Il en exprimait ainsi paradoxaleme [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, ancien élève de l'École normale supérieure, maître de conférences à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  CELLINI BENVENUTO (1500-1571)  » est également traité dans :

COLOSSAL, art et architecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 3 271 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Ambitions colossales à l'époque moderne »  : […] Les témoignages écrits sur ces statues, les énormes figures exhumées lors de fouilles comme celles qui furent découvertes sous le pontificat de Paul III (1534-1549) dans les thermes de Caracalla et qui entrèrent aussitôt dans les collections des Farnèse ( Hercule , Flore , Le Taureau du musée de Naples) ont inspiré les sculpteurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colossal-art-et-architecture/#i_2630

GORGONE, iconographie

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 066 mots
  •  • 3 médias

Des trois sœurs appelées Gorgones, Euryalé, Sthéno et Méduse , la dernière, seule à être mortelle, est la plus fameuse en raison de son pouvoir de pétrifier les humains qui rencontrent son regard et de sa fin tragique. C'est presque toujours Méduse qui apparaît figurée, dès l'époque grecque archaïque et durant toute l'Antiquité classique, dans une grande variété de contextes (vases, monnaies, inta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gorgone-iconographie/#i_2630

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Hybridisme et liberté »  : […] Curieusement, le conservatisme de la langue italienne n'a d'égal que sa réceptivité, son ouverture à toutes les influences étrangères et dialectales. Les foudres brandies par les puristes, comme les membres de l'Accademia della Crusca, sont restées sans effet ; elles n'ont jamais empêché les Italiens d'aller chercher ailleurs un bien qu'ils ne trouvaient pas chez eux. Machiavel, le premier, a déf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/#i_2630

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 194 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « La sculpture »  : […] Comme pour la peinture et l'architecture, les chefs-d'œuvre de Michel-Ange, spécialement la Victoire (1506, Palazzo Vecchio, Florence), les tombeaux des Médicis (1521-1526), la Pietà (1550-1553, Dôme, Florence), le Christ (Santa Maria sopra Minerva), fournirent aux jeunes artistes des modèles parfaits de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/#i_2630

ORFÈVRERIE

  • Écrit par 
  • Gérard MABILLE
  •  • 5 567 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « De la Renaissance au maniérisme »  : […] Les formes du gothique s'étaient si durablement imposées dans l'art des orfèvres entre le xii e et le xv e  siècle qu'elles restèrent longtemps perceptibles au xvi e  ; face aux progrès de la Renaissance, elles opposèrent même une résistance d'au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orfevrerie/#i_2630

POPE-HENNESSY JOHN (1913-1994)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 924 mots

En 1986, pour les soixante-quinze ans de sir John Pope-Hennessy, une grande exposition d'art siennois fut conjointement organisée par le Metropolitan Museum de New York et le Monte dei Paschi de Sienne. Les deux fragments de la célèbre Adoration des Mages de Sassetta (Stefano di Giovanni, vers 1400-1450), l'un à New York, l'autre demeuré à Sienne dans la collection Chigi-Sar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-pope-hennessy/#i_2630

Voir aussi

Pour citer l’article

Adrien GOETZ, « CELLINI BENVENUTO - (1500-1571) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/benvenuto-cellini/