GORGONE, iconographie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des trois sœurs appelées Gorgones, Euryalé, Sthéno et Méduse, la dernière, seule à être mortelle, est la plus fameuse en raison de son pouvoir de pétrifier les humains qui rencontrent son regard et de sa fin tragique. C'est presque toujours Méduse qui apparaît figurée, dès l'époque grecque archaïque et durant toute l'Antiquité classique, dans une grande variété de contextes (vases, monnaies, intailles et camées, appliques de bronze ou de terre cuite, sculpture monumentale), mais sous des apparences très constantes. Qu'elle soit vue en pied, notamment dans la scène où le héros argien Persée lui tranche la tête, ou que son image soit réduite à cette tête, trophée ou masque, son visage monstrueux est toujours montré de face, large et aplati, muni d'oreilles de bovidé, de crocs de fauve et d'une langue énorme pendant de sa bouche distendue. Ses yeux révulsés fascinent par leur fixité, des serpents se mêlent à sa chevelure et souvent se nouent sous son menton et autour de sa taille. Elle est pourvue d'ailes, parfois d'un arrière-train de bovidé et, à ces caractères mi-humains mi-animaux, s'ajoutent des traits masculins, barbe et pilosité. Au fronton du temple d'Artémis à Corfou (vers 590), elle s'agenouille en un mouvement de course, le corps athlétique vu de profil ; dans une métope provenant du temple C de Sélinonte, vers 540 (musée de Palerme), Persée l'égorge en présence d'Athéna, qui lui a prêté son bouclier poli pour qu'il puisse atteindre son adversaire en se guidant sur son reflet, cette image atténuée ne possédant pas le même pouvoir mortifère que le regard direct du monstre. La tête de Méduse ou Gorgoneion orne l'égide de l'Athéna Parthénos, puisque Persée en fit don à la déesse sa protectrice ; il se voit aussi en ornement ou épisème du bouclier d'Achille. Destiné, lorsqu'il figure sur le vêtement d'Athéna, à semer la panique dans les rangs des ennemis, comme un emblème pétrifiant de la mort qui les attend, il protège par contrecoup celui qui l'arbore sur sa cuirasse. Au fond des coupes à vin le masque parfois quasi grotesque de la Gorgone a une signification plus ambiguë : sert-il à exorciser par cette image grimaçante la peur de l'altérité qui se révèle dans l'ivresse ou de cette altérité absolue qu'est la mort ?

Méduse

Dessin : Méduse

Méduse est une créature monstrueuse à la tête ornée de serpents vivants. C'est la seule des trois gorgones qui soit mortelle. Dans son palais, elle pétrifiait de son regard les humains. Seul Persée parvient à l'approcher et à lui couper la tête. Cette même tête se retrouve sur les... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Coupe Attique

Photographie : Coupe Attique

Coupe Attique à figures noires décorée d'une tête de Gorgone entourée de quatre yeux, 500 av. J.-C. Céramique. Ashmolean Museum, Oxford, Grande-Bretagne. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La fortune du motif revient à l'époque de la Renaissance, grâce aux collections d'objets antiques et à la relecture des auteurs classiques. Dans la collection de gemmes de Laurent de Médicis figurait un camée d'une taille exceptionnelle, connu sous le nom de « tasse Farnèse » (Musée archéologique de Naples) ; l'une des faces offre une image raffinée de la tête de Méduse, les cheveux ondulants disposés en rayons. Inspiré par ces objets précieux, Andrea del Verrocchio a orné d'une tête de Méduse le buste en terre cuite de Julien de Médicis, frère de Laurent (National Gallery, Washington). Le duc Côme Ier de Médicis commanda à Benvenuto Cellini une statue de bronze qui orne la loge des Lanciers à Florence, Persée brandissant la tête du monstre qui gît décapité et convulsivement crispé sous ses pieds. Goût archéologique ou croyance superstitieuse dans les vertus apotropaïques du Gorgoneion, ce motif orne les bustes du même Côme, celui en marbre par Baccio Bandinelli, et celui en bronze par Cellini (Museo nazionale, Florence), Leone Leoni le reprend pour la statue funéraire de Gian Giacomo de Médicis à la cathédrale de Milan. Les exploitations narratives sont plus rares : citons le tableau de Luca Giordano, Phinée et ses compagnons changés en pierre lors des noces de Persée et d'Andromède, d'après le chant V des Métamorphoses d'Ovide (commerce d'art, Londres). Le thème renaît aussi sous la forme de boucliers circulaires ou rondaches, sculptés ou peints : ainsi celui que Léonard de Vinci peignit aux dires de Vasari, ou celui de Caravage (Offices, Florence). Rubens a repris le thème de la tête tranchée grouillant de serpents dans un tableau de teintes livides (Kunsthistorisches Museum, Vienne), Bernin en a sculpté une tête d'expression tourmentée (palais des Conservateurs, Rome). Claude Lorrain illustre les thèmes cosmogoniques de L'Origine du corail, formé, selon Ovide, du sang de la Méduse dégouttant sur de [...]

Persée, B. Cellini

Photographie : Persée, B. Cellini

Benvenuto Cellini, Persée, 1545-1554, bronze et socle en marbre, hauteur 320 cm. Loggia dei Lanzi, Florence. Détail du Persée brandissant la tête de Méduse : vue de face montrant l'accomplissement auquel est parvenu le sculpteur dans le ciselage du bronze. 

Crédits : T. Kulgarin/ Shutterstock

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Méduse

Méduse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Coupe Attique

Coupe Attique
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Persée, B. Cellini

Persée, B. Cellini
Crédits : T. Kulgarin/ Shutterstock

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, maître de conférences en histoire de l'art des Temps modernes à l'université de Provence

Classification

Pour citer l’article

Martine VASSELIN, « GORGONE, iconographie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gorgone-iconographie/