CROCE BENEDETTO (1866-1952)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après Francesco De Sanctis, Benedetto Croce a été le maître le plus influent et le plus suivi de la critique littéraire italienne, dont une large part porte encore son empreinte. Philosophe de tendance hégélienne, historien des idées, la doctrine qu'il a formulée en matière d'esthétique littéraire pose tout ensemble la spécificité de la création, qui est toujours un acte lyrique, et sa force d'intégration, qui absorbe et valorise, dans cet acte même, biographie, histoire et idéologie, sans que celles-ci soient jamais le motif ou l'objet suffisants de l'œuvre poétique.

Le philosophe

Né à Pescasseroli (Abruzzes), Benedetto Croce appartient à une famille de grands propriétaires terriens et de magistrats, et son enfance se passe dans un milieu austère et laborieux. Il est attiré très jeune par des recherches de caractère érudit, portant principalement sur l'Italie méridionale, et ses premières publications sont des recueils de variétés historiques et folkloriques, des biographies, des études sur l'importance de l'occupation espagnole. Ces travaux l'absorbent de 1886 à 1892, et il ne les abandonnera jamais totalement. Ils lui fourniront la documentation de ses ouvrages historiques sur l'Italie méridionale, mais ne satisfont qu'en partie son besoin d'une certitude à la fois concrète et universelle.

Croce est ainsi amené à réfléchir sur la signification de l'histoire ; en 1893, il publie La Storia ridotta sotto il concetto generale dell'arte, où l'on trouve le double refus qui marque toute sa pensée : celui de l'idéalisme hégélien, très vivant à Naples, et qui aboutit à l'apriorisme historique ; celui du positivisme, encore vigoureux mais déjà en crise. Il croit trouver une voie satisfaisante dans le marxisme, pour lequel il s'enthousiasme (1895-1896), mais qu'il abandonne rapidement, lui reprochant son instrumentalisme.

C'est surtout contre l'esthétique positiviste qu'il écrit son Estetica (Esthétique, 1902), où il affirme, à la suite de De Sanctis, le caractère non intellectuel de l'art, qui est unité intuitive de la forme et du contenu, activité créatrice indépendante de l'intellect et de la volonté, sans être pour autant autonome. Croce considère toute œuvre poétique comme un langage nouveau, ce qui l'amène à insister sur le caractère individuel du langage, opposé au caractère social de la langue. L'Esthétique lui pose de nouveaux problèmes, notamment en ce qui concerne les rapports de l'activité artistique avec les autres activités humaines. Il décide donc d'illustrer son esthétique par des essais de critique littéraire, et de compléter sa philosophie de l'esprit par une logique et une éthique.

Pour sa Logica come scienza del concetto puro (1909), Croce se met à lire Hegel, qu'il ne connaissait qu'à travers Marx et Engels. Il refuse la critique du principe de non-contradiction et oppose à la dialectique des contraires celle des distincts. Aux trois catégories du beau, du vrai et du bien, il ajoute celle de l'utile, ou économique, qu'il a conservée du marxisme. Le réel se résout tout entier dans les quatre catégories, dont les deux premières sont de caractère théorique (connaissance esthétique de l'individuel et connaissance philosophico-scientifique de l'universel) et les deux autres de caractère pratique (volition utilitaire de l'individuel, volition éthique de l'universel).

La nature, chaos de la sensation et du sentiment brut, est la matière de ces formes, et Croce l'intègre à l'esprit pour éviter le dualisme, qui introduirait la transcendance. Dans le même but, les quatre catégories ne sont pas hiérarchisées, mais s'impliquent dans un mouvement régressif et circulaire, si bien que Croce affirme à la fois l'unité de l'esprit et son caractère dynamique.

Dans son éthique (Filosofia della pratica, 1909), il insiste sur le caractère immanent de la morale, critiquant à la fois l'utilitarisme marxiste et le moralisme abstrait de Kant et de Herbart.

Affirmer l'immanence et le caractère dynamique de l'esprit, c'est en affirmer l'historicité et, pour la quatrième partie de sa philosophie, consacrée à l'histoire (Teoria e storia della storiografia, 1912), Croce se met à l'étude de Vico, dont il retient l'identification du certum (donnée de fait) au verum (élaboration conceptuelle des faits), ce qui l'amène à identifier la définition au jugement, l'histoire à la philosophie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CROCE BENEDETTO (1866-1952)  » est également traité dans :

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Dans le chapitre « Une problématique originale »  : […] Sensible à l'importance de toutes ces orientations et soucieux de les faire converger en une enquête cohérente, Focillon, dans la Vie des formes (Paris, 1934), rappelait éloquemment que « l'œuvre d'art n'existe qu'en tant que forme », mais que, d'autre part, la forme tend toujours à signifier autre chose et plus qu'elle-même. Il se trouvait ainsi formuler l'essentiel d'une problématique qui n'a c […] Lire la suite

CHABOD FEDERICO (1901-1960)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 692 mots

C'est à ses origines et à sa naissance valdotaines que Federico Chabod doit d'avoir toujours pratiqué parfaitement les deux langues, le français et l'italien. Mais son tour d'esprit, sa culture, l'organisation philosophique de sa pensée appartiennent à l'Italie. Il est nourri de néo-hégélianisme et il a reconnu Benedetto Croce comme son maître en publiant par exemple ses Studi di storia di Rinasc […] Lire la suite

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 959 mots

Dans le chapitre « Destin de la civilisation »  : […] C'est en Allemagne que la réaction contre l'intellectualisme a été la plus vive. Elle y a coïncidé avec la contestation nationaliste de la société des « philistins ». Tandis que le néo-kantisme d'Ernst Mach et de Richard Avenarius maintenait la critique du matérialisme de L. Büchner et d'Ernst Haeckel à un haut niveau scientifique, à partir de Hans Driesch et de Georg Simmel s'amorçait une série d […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - Esthétique et philosophie

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 7 348 mots

Dans le chapitre « L'esthétique subjectiviste »  : […] L'esthétique subjectiviste est d'abord une réflexion sur la perception esthétique. Au début du xx e  siècle, cette réflexion s'est placée sous l'égide de la psychologie, et le concept clé qu'elle a mis en œuvre est celui d' Einfühlung (à quoi répond alors, en gros, chez Croce, le concept d'intuition). Cette esthétique en effet est toujours soucieuse d'assurer sa pertinence et son autonomie ; elle […] Lire la suite

VÉRISME

  • Écrit par 
  • André GAUTHIER, 
  • Angélique LEVI
  •  • 5 013 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Naturalisme et vérisme, une filiation contestée »  : […] Si les Français ignorent souvent le vérisme et les quelques authentiques chefs-d'œuvre qu'il a produits, ou ne le considèrent qu'a travers son expression musicale, la critique italienne de son côté a fait montre d'un certain provincialisme, pour ne pas dire de chauvinisme, dans ses jugements sur les rapports du mouvement avec le naturalisme. Les uns méconnurent les mérites du naturalisme pour mon […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles BOULAY, « CROCE BENEDETTO - (1866-1952) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/benedetto-croce/