CROCE BENEDETTO (1866-1952)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le dernier Croce

Après 1931, la pensée de Croce ne subira plus guère de modifications ; toutefois, La Storia come pensiero e come azione (1938), et La Poesia (1936) semblent témoigner d'un certain renouvellement.

Il expose dans le premier de ces ouvrages son historicisme absolu : l'histoire englobe toutes les activités de l'esprit, elle est affirmation de la créativité et de la liberté humaines. L'homme doit lutter pour éviter qu'une des catégories n'envahisse l'esprit et ne donne lieu à l'esthétisme, à l'intellectualisme, à l'utilitarisme ou au moralisme. Il doit s'opposer avec plus de force encore à la menace des « contraires » : laid, faux, « vital », mal. C'est ce combat sans cesse renouvelé et jamais totalement victorieux qui donne son sens à la vie. Croce aboutit ainsi à une sorte de religion de l'activité humaine, assez fortement teintée de stoïcisme.

La Poesia reprend le concept de totalité de l'art. Cependant, les scories intellectualistes ou moralistes ne donnent plus lieu à des œuvres négatives, mais à des œuvres belles à leur manière (« littérature »), et dont les meilleurs exemples sont les Essais de Montaigne, Le Prince de Machiavel, et même Les Trois Mousquetaires (œuvres de réflexion et de persuasion politique, philosophique et morale, ou de pur divertissement). Ses goûts le portent de plus en plus vers la littérature classique, au sens profond du terme (Poesia antica e moderna, 1941), et il refuse, comme entachés de « décadentisme », pratiquement tous les écrivains du xxe siècle (Letture di poeti, 1950).

Les deux courants contre lesquels Croce lutte avec le plus de vigueur dans les vingt dernières années de sa vie sont l'irrationalisme et l'esthétisme (« décadentisme », poésie pure). Ils se rejoignent dans le concept multiforme et complexe du « vital », auquel il oppose la primauté de la morale. Après la guerre, il fait montre d'un anticommunisme acharné.

L'influence de Croce a été considérable [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  CROCE BENEDETTO (1866-1952)  » est également traité dans :

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Dans le chapitre « Une problématique originale »  : […] Sensible à l'importance de toutes ces orientations et soucieux de les faire converger en une enquête cohérente, Focillon, dans la Vie des formes (Paris, 1934), rappelait éloquemment que « l'œuvre d'art n'existe qu'en tant que forme », mais que, d'autre part, la forme tend toujours à signifier autre chose et plus qu'elle-même. Il se trouvait ainsi formuler l'essentiel d'une problématique qui n'a c […] Lire la suite

CHABOD FEDERICO (1901-1960)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 692 mots

C'est à ses origines et à sa naissance valdotaines que Federico Chabod doit d'avoir toujours pratiqué parfaitement les deux langues, le français et l'italien. Mais son tour d'esprit, sa culture, l'organisation philosophique de sa pensée appartiennent à l'Italie. Il est nourri de néo-hégélianisme et il a reconnu Benedetto Croce comme son maître en publiant par exemple ses Studi di storia di Rinasc […] Lire la suite

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 959 mots

Dans le chapitre « Destin de la civilisation »  : […] C'est en Allemagne que la réaction contre l'intellectualisme a été la plus vive. Elle y a coïncidé avec la contestation nationaliste de la société des « philistins ». Tandis que le néo-kantisme d'Ernst Mach et de Richard Avenarius maintenait la critique du matérialisme de L. Büchner et d'Ernst Haeckel à un haut niveau scientifique, à partir de Hans Driesch et de Georg Simmel s'amorçait une série d […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - Esthétique et philosophie

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 7 348 mots

Dans le chapitre « L'esthétique subjectiviste »  : […] L'esthétique subjectiviste est d'abord une réflexion sur la perception esthétique. Au début du xx e  siècle, cette réflexion s'est placée sous l'égide de la psychologie, et le concept clé qu'elle a mis en œuvre est celui d' Einfühlung (à quoi répond alors, en gros, chez Croce, le concept d'intuition). Cette esthétique en effet est toujours soucieuse d'assurer sa pertinence et son autonomie ; elle […] Lire la suite

VÉRISME

  • Écrit par 
  • André GAUTHIER, 
  • Angélique LEVI
  •  • 5 009 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Naturalisme et vérisme, une filiation contestée »  : […] Si les Français ignorent souvent le vérisme et les quelques authentiques chefs-d'œuvre qu'il a produits, ou ne le considèrent qu'a travers son expression musicale, la critique italienne de son côté a fait montre d'un certain provincialisme, pour ne pas dire de chauvinisme, dans ses jugements sur les rapports du mouvement avec le naturalisme. Les uns méconnurent les mérites du naturalisme pour mon […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles BOULAY, « CROCE BENEDETTO - (1866-1952) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/benedetto-croce/