DE SANCTIS FRANCESCO (1817-1883)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Ma vie a deux pages, l'une littéraire et l'autre politique, écrivait Francesco De Sanctis en 1869 ; ce sont deux devoirs que j'accomplirai jusqu'au bout. » S'il est vrai que son rôle politique en Italie ne fut pas négligeable, on retient surtout aujourd'hui sa conception originale de l'art comme forme, malheureusement limitée par un moralisme intransigeant.

Un critique militant

Francesco De Sanctis est né à Morra Irpina dans la province d'Avellino. Quand il eut neuf ans, on l'envoya étudier à Naples chez un oncle qui dirigeait une école privée. Les religieux qui s'occupèrent de sa première éducation firent de lui un lettré frotté d'humanisme, dont la culture et la sensibilité étaient celles d'un homme du xviiie siècle. En 1834, une maladie de son oncle l'obligea à interrompre ses études juridiques pour commencer à enseigner à son tour ; il continua par ailleurs à se perfectionner en suivant les leçons du marquis Basilio Puoti, un puriste pour qui la littérature s'arrêtait au xvie siècle. Le disciple devint bientôt un maître, en 1839, à l'école de Vico Bisi où il découvrit l'illuminisme français et italien, puis subit l'influence du néo-catholicisme et de la philosophie moderne, de Sismondi à Hegel en passant par Augustin Thierry et Kant.

La révolution de 1848 vint l'arracher à ses occupations. On le vit sur les barricades aux côtés des insurgés. Après l'échec du soulèvement, il préféra fermer son école plutôt que subir l'examen de catéchisme exigé par la loi. Dénoncé comme conspirateur, il fut arrêté et passa trente-deux mois en prison (1850-1853). Condamné au bannissement à vie, il se réfugia à Turin après sa libération. Ses cours sur Dante (1854-1855) lui valurent alors d'obtenir une chaire de littérature italienne à l'École polytechnique de Zurich, où il resta quatre ans pendant lesquels, à l'occasion de cours publics, il eut la possibilité d'élaborer sa méthode. Quand Garibaldi débarqua en Sicile, il accourut à Naples pour être nommé gouverneur de la province d'Avellino. Plusieurs [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur de langue et littérature italiennes à l'université de Dijon

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Norbert JONARD, « DE SANCTIS FRANCESCO - (1817-1883) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-de-sanctis/