CROCE BENEDETTO (1866-1952)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La critique littéraire

Il publie dans les mêmes années ses premiers essais de critique littéraire, qui portent sur la « littérature de la nouvelle Italie », c'est-à-dire essentiellement sur Carducci, D'Annunzio et le vérisme. Il refuse le raffinement décadent de Pascoli, D'Annunzio et Fogazzaro, et admire l'idéal moral de Carducci, un peu fruste mais solide. D'une façon analogue, il apprécie le sens du concret des écrivains véristes. Mais, opposant la froideur de Capuana à la richesse humaine de Verga (1907), il conclut que le dogme naturaliste de l'impassibilité a amené ce dernier, non pas à faire abstraction de ses sentiments, mais à les dominer, à les intégrer à son univers intérieur, qui s'exprime ainsi tout entier dans son œuvre. L'œuvre est donc l'expression de la « personnalité poétique » de l'auteur, distincte de sa « personnalité pratique ».

Croce est amené par là à considérer le problème du contenu de l'art, qui restait à l'arrière-plan dans l'Esthétique : c'est le sentiment (nature, matière), élaboré dans la pureté de la forme. Tout art véritable est par conséquent poésie lyrique (Saggio sul carattere lirico dell'arte, 1908). Cette conception de l'art comme romantisme dompté lui permet de réfuter les interprétations « décadentistes » de l'Esthétique (forme sans contenu) et d'illustrer sa dialectique de la circularité en montrant qu'il n'y a pas d'activité esthétique coupée des autres activités humaines.

Croce applique à sa méthodologie critique sa conception de l'histoire et de l'esthétique : l'histoire littéraire s'identifie à la critique littéraire, qui consiste à définir la personnalité poétique de l'écrivain. Étant expression individuelle, l'œuvre s'élève au-dessus de l'époque historique et du courant littéraire où elle a pris naissance, et la critique est donc monographique.

Croce s'est efforcé de projeter les problèmes qui le préoccupaient dans un système philosophique cohérent, harmonieux et solide. Son immanentisme, par exemple, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CROCE BENEDETTO (1866-1952)  » est également traité dans :

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Dans le chapitre « Une problématique originale »  : […] Sensible à l'importance de toutes ces orientations et soucieux de les faire converger en une enquête cohérente, Focillon, dans la Vie des formes (Paris, 1934), rappelait éloquemment que « l'œuvre d'art n'existe qu'en tant que forme », mais que, d'autre part, la forme tend toujours à signifier autre chose et plus qu'elle-même. Il se trouvait ainsi formuler l'essentiel d'une problématique qui n'a c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-le-discours-sur-l-art-l-histoire-de-l-art/#i_2621

CHABOD FEDERICO (1901-1960)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 692 mots

C'est à ses origines et à sa naissance valdotaines que Federico Chabod doit d'avoir toujours pratiqué parfaitement les deux langues, le français et l'italien. Mais son tour d'esprit, sa culture, l'organisation philosophique de sa pensée appartiennent à l'Italie. Il est nourri de néo-hégélianisme et il a reconnu Benedetto Croce comme son maître en publiant par exemple ses Studi di storia di Rinasc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/federico-chabod/#i_2621

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 959 mots

Dans le chapitre « Destin de la civilisation »  : […] C'est en Allemagne que la réaction contre l'intellectualisme a été la plus vive. Elle y a coïncidé avec la contestation nationaliste de la société des « philistins ». Tandis que le néo-kantisme d'Ernst Mach et de Richard Avenarius maintenait la critique du matérialisme de L. Büchner et d'Ernst Haeckel à un haut niveau scientifique, à partir de Hans Driesch et de Georg Simmel s'amorçait une série d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decadence/#i_2621

ESTHÉTIQUE - Esthétique et philosophie

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 7 348 mots

Dans le chapitre « L'esthétique subjectiviste »  : […] L'esthétique subjectiviste est d'abord une réflexion sur la perception esthétique. Au début du xx e  siècle, cette réflexion s'est placée sous l'égide de la psychologie, et le concept clé qu'elle a mis en œuvre est celui d' Einfühlung (à quoi répond alors, en gros, chez Croce, le concept d'intuition). Cette esthétique en effet est toujours soucieuse d'assurer sa pertinence et son autonomie ; elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-esthetique-et-philosophie/#i_2621

VÉRISME

  • Écrit par 
  • André GAUTHIER, 
  • Angélique LEVI
  •  • 5 009 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Naturalisme et vérisme, une filiation contestée »  : […] Si les Français ignorent souvent le vérisme et les quelques authentiques chefs-d'œuvre qu'il a produits, ou ne le considèrent qu'a travers son expression musicale, la critique italienne de son côté a fait montre d'un certain provincialisme, pour ne pas dire de chauvinisme, dans ses jugements sur les rapports du mouvement avec le naturalisme. Les uns méconnurent les mérites du naturalisme pour mon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verisme/#i_2621

Pour citer l’article

Charles BOULAY, « CROCE BENEDETTO - (1866-1952) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/benedetto-croce/