VAN ORLEY BAREND (1490 env.-1541)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre de portraits et de tableaux religieux, surtout célèbre comme dessinateur de cartons de tapisseries et de vitraux, Barend van Orley est, avec l'Anversois Gossaert, son aîné de quelques années, le Liégeois Lambert Lombard, Jan van Scorel d'Alkmaar, Jan Massys et Frans Floris d'Anvers, un des représentants de la Renaissance flamande, fortement marquée par l'art italien. Barend van Orley est né à Bruxelles à une date encore controversée, 1488 ou 1489 pour certains, 1491 pour d'autres ; il est mort dans la même ville. C'est probablement auprès de son père, Valentin van Orley, fils naturel d'un noble luxembourgeois et d'une patricienne bruxelloise, peintre lui-même, et souche de toute une dynastie d'artistes qui s'éteindra dans la seconde moitié du xviiie siècle, que Barend a été formé ; l'écusson des Van Orley figure parfois sur les retables dus à Barend. Il est probable que les frères de ce dernier, et son propre père, ont travaillé dans son atelier comme collaborateurs. L'école bruxelloise est alors peu brillante, et, dès 1515, Barend van Orley reçoit la commande des portraits des six enfants de Philippe le Beau, en particulier celui du futur Charles Quint, élevés à Bruxelles par leur mère Marguerite d'Autriche, gouvernante des Pays-Bas. Ces tableaux lui vaudront en 1518 le titre de peintre officiel à la cour de Marguerite d'Autriche. L'activité de Van Orley ne se limite pourtant pas à ces commandes pour la cour ; dès 1515, il exécute des portraits de fonctionnaires ou de médecins et des retables pour les chapitres de Furnes et de Bruxelles. Impliqué avec sa famille dans une affaire d'hérésie en 1527, Van Orley dut certainement de n'avoir pas été poursuivi à la protection de Marguerite d'Autriche et ne semble pas avoir été tenu à l'écart de la cour comme on l'a parfois prétendu. En 1530, après la mort de Marguerite, il sollicite et obtient à nouveau le titre de peintre officiel auprès de la nouvelle gouvernante des Pays-Bas, Marie [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VAN ORLEY BAREND (1490 env.-1541)  » est également traité dans :

COECKE VAN AALST PIETER (1502-1550)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 1 216 mots

Né à Alost, petite ville de Flandre, où son père était échevin, mort à Bruxelles, Pieter Coecke est, avec les Flamands Lambert Lombard, Michel Coxie, Lancelot Blondeel et le Hollandais Jan van Scorel, un des hérauts de la pré-Renaissance aux Pays-Bas ; comme ces derniers, Coecke est un artiste universel, peintre, architecte, décorateur et théoricien, bref, un artiste tel qu'on l'entendait au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pieter-coecke-van-aalst/#i_21658

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 165 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les genres : portrait et paysage »  : […] La plus grande innovation iconographique est certainement l'apparition des genres qui sont indépendants du contexte de l'art religieux du xv e  siècle. On a déjà remarqué que le paysage indépendant s'est développé à partir des arrière-plans des retables. Une même tendance a stimulé l'art du portrait qui avait commencé, avec hésitation, à mener av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_21658

TAPISSERIE

  • Écrit par 
  • Pascal-François BERTRAND
  •  • 7 989 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] Dès les premières années du xvi e  siècle, les tapissiers de Bruxelles imposèrent leur production de qualité, abondamment enrichie de fils d'or et d'argent, sur le marché et supplantèrent les ateliers de Flandres et du nord de la France, de Tournai et d'Arras principalement, qui avaient livré les plus belles pièces à l'époque précédente. En 1528, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tapisserie/#i_21658

VITRAIL

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC, 
  • Louis GRODECKI
  •  • 5 925 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] Le vitrail religieux a très vite été adapté à la nouvelle esthétique italianisante ; en Italie même, des peintres tels que Domenico Ghirlandaio et Pérugin ont fait des cartons de vitraux vers 1500 ; mais le grand maître du vitrail italien au xvi e  siècle a été un Français, Guillaume de Marcillat, auteur des vitraux de la cathédrale d'Arezzo. Au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitrail/#i_21658

Pour citer l’article

Françoise HEILBRUN, « VAN ORLEY BAREND (1490 env.-1541) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/barend-van-orley/