COECKE VAN AALST PIETER (1502-1550)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Alost, petite ville de Flandre, où son père était échevin, mort à Bruxelles, Pieter Coecke est, avec les Flamands Lambert Lombard, Michel Coxie, Lancelot Blondeel et le Hollandais Jan van Scorel, un des hérauts de la pré-Renaissance aux Pays-Bas ; comme ces derniers, Coecke est un artiste universel, peintre, architecte, décorateur et théoricien, bref, un artiste tel qu'on l'entendait au xvie siècle, plus concepteur que réalisateur. Peu d'œuvres nous sont parvenues qu'on puisse attribuer à Coecke avec certitude et cela explique l'oubli dans lequel il était tombé, alors que de son temps il était considéré comme une figure de tout premier plan, si l'on en croit les relations des humanistes et des historiens de l'art, presque contemporains, tels Guicciardini, Vasari, Lampsonius et Van Mander. On ne sait rien de sa formation, mais il semble bien que, contrairement à la tradition établie depuis Van Mander, Coecke n'ait pas été formé à Bruxelles dans l'atelier de Van Orley, de 1517 à 1518, car l'influence « romanisante » de ce dernier et de Gossaert n'apparaît que beaucoup plus tard dans son style, et son intérêt pour la tapisserie ne se manifesta pas avant les années 1530. En 1526, établi à Anvers, il épouse Anna Mertens, fille du peintre Jan van Dornicke ; l'année suivante, il est inscrit comme franc-maître à la Gilde d'Anvers ; à la mort de son beau-père, il reprend la direction de l'atelier spécialisé dans la reproduction, destinée à l'exportation vers l'Espagne, le Portugal, l'Allemagne du Nord et vers la Pologne, de quelques thèmes religieux à succès, à partir d'une série de schémas invariables mis au point dans l'atelier même. C'est probablement autour de 1530 qu'il faut situer le séjour de Coecke à Bruxelles chez Van Orley, le grand fournisseur de cartons pour les tapissiers de cette ville. Par la suite, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  COECKE VAN AALST PIETER (1502-1550)  » est également traité dans :

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 173 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les genres : portrait et paysage »  : […] les sujets mythologiques. Une ambiguïté, hélas sans beaucoup de tension, caractérise l'œuvre de Pieter Coecke van Aelst, peintre productif et influent. Ce qu'il enseignait à ses contemporains, c'est la manière d'emprunter autant d'éléments que possible à la Renaissance sans rompre avec la tradition du xve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_27013

TAPISSERIE

  • Écrit par 
  • Pascal-François BERTRAND
  •  • 7 992 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] du deuxième quart du xvie siècle. Pierre Coeck d'Alost, qui orienta son art vers la recherche d'une plus grande unité de l'espace et d'un meilleur rendu des figures en mouvement, fournit les cartons de l'Histoire de Josué, de celle de Saint Paul et des Sept Péchés capitaux. Jean […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tapisserie/#i_27013

Pour citer l’article

Françoise HEILBRUN, « COECKE VAN AALST PIETER - (1502-1550) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pieter-coecke-van-aalst/