SCHNITZLER ARTHUR (1862-1931)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre considérable du romancier et dramaturge viennois Arthur Schnitzler, moraliste lucide qui fut aussi l'auteur d'un des journaux personnels les plus importants du xxe siècle, analyse non sans pessimisme la dégradation des valeurs individuelles et culturelles. La crise du sujet qu'il représente dans ses fictions et dans ses drames rencontre en bien des points la pensée de Freud, qui lui écrivait : « J'ai eu l'impression que vous saviez intuitivement – ou plutôt par suite d'une auto-observation subtile – tout ce que j'ai découvert à l'aide d'un travail laborieux pratiqué sur autrui. »

Arthur Schnitzler

Photographie : Arthur Schnitzler

«La Pénombre des âmes», «Vienne au crépuscule», «La Nouvelle rêvée». Autant de titres qui indiquent assez la tonalité majeure des œuvres de Schnitzler: un état entre veille et sommeil, où tout peut arriver. 

Crédits : Culture Club/ Getty Images

Afficher

Fils d'un médecin renommé professeur à l'université de Vienne, Arthur Schnitzler était issu de la bonne bourgeoisie juive et avait fréquenté, comme son cadet Hugo von Hofmannsthal, le prestigieux lycée classique Akademisches Gymnasium, avant de commencer des études de médecine qui devaient le conduire jusqu'au doctorat, obtenu en mai 1885, et aux fonctions de médecin assistant à l'hôpital général et à la polyclinique de Vienne à partir de septembre 1885.

Un romancier du rêve

Ayant travaillé dans le service du psychiatre Theodor Meynert, familier des techniques psychothérapeutiques de l'hypnose et de la suggestion, parsemant ses œuvres d'études de cas qui semblent sorties des annales de la clinique, Schnitzler a souvent été considéré comme le « double » de Sigmund Freud. C'est le fondateur de la psychanalyse en personne qui rendait ainsi hommage à l'écrivain en saluant en lui son Doppelgänger.

Dans sa lettre à Arthur Schnitzler du 14 mai 1922, écrite à l'occasion du soixantième anniversaire de l'écrivain, on trouve la formule : « Pourquoi, en vérité, durant toutes ces années, n'ai-je jamais cherché à vous fréquenter et à avoir avec vous une conversation ? [...] Je pense que je vous ai évité par une sorte de crainte de rencontrer mon double. » Les membres du cercle de Freud s'intéressèrent très tôt à Arthur Schnitzler. Theodor Reik, Hanns Sachs et Alfred von Winterstein lui consacrèrent des travaux. L'ouvrage de Reik, Arthur Schnitzler psychologue, date de 1913.

De son côté, Schnitzler fut un des premiers lecteurs de L'Interprétation des rêves, avant de s'affirmer lui-même comme un des plus grands romanciers du rêve. Mais il portait sur la psychanalyse le même regard de moraliste que sur la vie psychologique de ses personnages. Il considérait l'inconscient et le « destin de pulsions » qui dominent le sujet freudien comme une construction théorique susceptible de servir de disculpation, voire de justification, à l'amoralité du désir. Dans La Nouvelle rêvée (1926) que le film de Stanley Kubrick Eyes Wide Shut (Les Yeux grand fermés, 1999) a remise au goût du jour, Fridolin quitte la sage vie quotidienne et connaît des plaisirs défendus : des conquêtes faciles, une orgie érotique. Le passage de la normalité bourgeoise à une société secrète où s'accomplit la transgression permet à Schnitzler des effets de fantastique, fondés sur l'hésitation du lecteur et des personnages qui se demandent : sommes-nous dans la réalité ou dans le rêve ? C'est la femme de Fridolin, Albertine, qui a rêvé pour de bon. Dans son rêve, elle a fait l'amour avec l'homme qu'elle avait désiré pendant ses vacances. Elle a aussi vécu en rêve une scène d'orgie au cours de laquelle elle faisait l'amour avec une foule d'hommes inconnus.

Un autre point de convergence entre l'écriture de Schnitzler et la psychanalyse freudienne est le monologue intérieur. Dans Le Sous-lieutenant Gustel (1900), on considère que Schnitzler fut le premier auteur de langue allemande à reprendre la technique narrative du monologue intérieur qu'avait expérimentée le Français Édouard Dujardin dans Les lauriers sont coupés, petit roman de 1887.

Le monologue intérieur de Mademoiselle Else (1924) contient, lui, des indications précises sur la date et le lieu de l'action : en septembre 1896, dans un hôtel de montagne du Tyrol du Sud. Victime de ses parents endettés qui n'hésitent pas à la prostituer pour qu'elle obtienne de l'argent du marchand d'art Dorsday, placée sous la protection bien ineff [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Arthur Schnitzler

Arthur Schnitzler
Crédits : Culture Club/ Getty Images

photographie

Vienne : le Graben

Vienne : le Graben
Crédits : Culture Club/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SCHNITZLER ARTHUR (1862-1931)  » est également traité dans :

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'apogée littéraire de la fin du siècle »  : […] Le néo-baroque littéraire ne représente cependant que l'un des aspects du renouvellement de la littérature autrichienne. Ce renouvellement est l'œuvre d'une génération de solitaires : des bourgeois, presque tous, qui ont perdu la confiance en eux-mêmes, souvent des juifs, tenus assez à l'écart de la société où ils vivent pour pouvoir la juger du dehors (c'est le moment où se développe l'antisémiti […] Lire la suite

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 135 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une pseudo-science ? »  : […] Les affinités de la psychanalyse avec la littérature ont parfois été dénoncées par les détracteurs de la « pseudo-science » psychanalytique qui ne voudraient voir en elle « que de la littérature ». C'est qu'au regard des disciplines scientifiques, la littérature n'est qu'un ornement de la culture et un divertissement, mais ne transmet aucun savoir : la discipline freudienne, si elle prend la litté […] Lire la suite

JOURNAUX INTIMES VIENNOIS (J. Le Rider)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 922 mots
  •  • 1 média

« De la vaporisation et de la centralisation du moi. Tout est là. » Il y a fort à parier que la fin du xx e  siècle n'a rien de proprement nouveau à ajouter aux lignes qui ouvrent Mon Cœur mis à nu de Baudelaire. Si le journal intime se polarise tantôt sur la dispersion, tantôt sur le rassemblement, il ne cesse de nouer un dialogue à la fois fructueux et déceptif avec l'œuvre elle-même. Il arrive […] Lire la suite

MITTELEUROPA

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 8 388 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La modernité, une pensée du chaos ? »  : […] La modernité, dans l'ordre esthétique et théorique, peut être interprétée comme la représentation et l'interprétation de la crise culturelle provoquée par la modernisation. Si la modernité viennoise et la modernité des métropoles centre-européennes restent une de nos références intellectuelles les plus importantes, c'est parce qu'elles ont pensé la modernité sur fond de prémonition de la fin d'un […] Lire la suite

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 890 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réception du symbolisme en Europe »  : […] Vers 1890 en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Autriche, en Hollande, en Italie, deux attitudes partagent presque toujours les lettres : nous n'avons pas besoin du symbolisme des Français ; et nous aussi nous sommes symbolistes. Deux attitudes qui peuvent être simultanées : Gabriele D'Annunzio apparaît comme un jeune poète nouveau (c'est-à-dire marqué de modernité européenne et notamment français […] Lire la suite

VIENNE AU CRÉPUSCULE, Arthur Schnitzler - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 909 mots
  •  • 1 média

Le roman Vienne au crépuscule ( Der Weg ins Freie , mot à mot : « Le Chemin de la liberté ») est l'œuvre de Schnitzler (1862-1931) la plus conforme au modèle européen du grand « roman de société ». Commencé durant l'été de 1902, publié en 1908, ce succès de librairie (en 1929, on en était déjà à la cent trente-sixième édition) présente une des fresques les plus suggestives de la métropole habsbo […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LE RIDER, « SCHNITZLER ARTHUR - (1862-1931) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-schnitzler/