SCHNITZLER ARTHUR (1862-1931)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une éducation sentimentale

Le roman Vienne au Crépuscule (Der Weg ins Freie) est l'œuvre de Schnitzler la plus conforme au modèle européen du grand « roman de société ». Commencé dans l'été 1902, publié en 1908, ce succès de librairie présente une des fresques les plus suggestives de la métropole habsbourgeoise à l'époque de la « modernité viennoise ». L'éducation sentimentale du jeune aristocrate Georg von Wergenthin, type de l'esthète prisonnier de son narcissisme qui ne parvient ni dans ses relations amoureuses ni dans sa vie sociale à sortir de lui-même, sert de fil conducteur. Dans ce roman, élargissant la thématique de son drame Le Professeur Bernhardi (1912) qui montrait les ravages de l'antisémitisme dans le milieu médical, Schnitzler fait le tableau le plus complet qu'il ait jamais tenté de la société des Juifs assimilés de la Belle Époque viennoise. On ne pouvait plus être juif sans subir une plus ou moins grave « crise d'identité », suggère Schnitzler, tant l'antisémitisme s'était répandu et tant les stratégies de « réinvention » de la judéité étaient diverses. Certains personnages se déclarent complètement assimilés et déjudaïsés, tandis que d'autres sont d'ardents sionistes, des militants socialistes ou des êtres tourmentés par la « haine de soi juive ».

La bureaucratie et le cléricalisme habsbourgeois, peints avec férocité dans Le Professeur Bernhardi (1912), une pièce qui évoque une affaire Dreyfus transposée dans le milieu médical viennois, n'étaient pas remontés dans l'estime de Schnitzler depuis le début de la Première Guerre mondiale. Les derniers mois de la Grande Guerre, l'écrivain les avaient consacrés à fuir hors du temps présent pour revenir au xviiie siècle de Casanova : la nouvelle Le Retour de Casanova, un chef-d'œuvre, et la pièce Les Sœurs, ou Casanova à Spa sont achevés en 1918 et 1919. Schnitzler, tourné vers le passé, semblait aborder l'après-guerre à reculons.

Au reproche qui lui était souvent fait, dans les années 1920, de s'obstiner à représenter le monde d'avant la guerre, au lieu de se [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SCHNITZLER ARTHUR (1862-1931)  » est également traité dans :

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'apogée littéraire de la fin du siècle »  : […] Le néo-baroque littéraire ne représente cependant que l'un des aspects du renouvellement de la littérature autrichienne. Ce renouvellement est l'œuvre d'une génération de solitaires : des bourgeois, presque tous, qui ont perdu la confiance en eux-mêmes, souvent des juifs, tenus assez à l'écart de la société où ils vivent pour pouvoir la juger du dehors (c'est le moment où se développe l'antisémiti […] Lire la suite

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 134 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une pseudo-science ? »  : […] Les affinités de la psychanalyse avec la littérature ont parfois été dénoncées par les détracteurs de la « pseudo-science » psychanalytique qui ne voudraient voir en elle « que de la littérature ». C'est qu'au regard des disciplines scientifiques, la littérature n'est qu'un ornement de la culture et un divertissement, mais ne transmet aucun savoir : la discipline freudienne, si elle prend la litté […] Lire la suite

JOURNAUX INTIMES VIENNOIS (J. Le Rider)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 922 mots
  •  • 1 média

« De la vaporisation et de la centralisation du moi. Tout est là. » Il y a fort à parier que la fin du xx e  siècle n'a rien de proprement nouveau à ajouter aux lignes qui ouvrent Mon Cœur mis à nu de Baudelaire. Si le journal intime se polarise tantôt sur la dispersion, tantôt sur le rassemblement, il ne cesse de nouer un dialogue à la fois fructueux et déceptif avec l'œuvre elle-même. Il arrive […] Lire la suite

MITTELEUROPA

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 8 386 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La modernité, une pensée du chaos ? »  : […] La modernité, dans l'ordre esthétique et théorique, peut être interprétée comme la représentation et l'interprétation de la crise culturelle provoquée par la modernisation. Si la modernité viennoise et la modernité des métropoles centre-européennes restent une de nos références intellectuelles les plus importantes, c'est parce qu'elles ont pensé la modernité sur fond de prémonition de la fin d'un […] Lire la suite

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réception du symbolisme en Europe »  : […] Vers 1890 en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Autriche, en Hollande, en Italie, deux attitudes partagent presque toujours les lettres : nous n'avons pas besoin du symbolisme des Français ; et nous aussi nous sommes symbolistes. Deux attitudes qui peuvent être simultanées : Gabriele D'Annunzio apparaît comme un jeune poète nouveau (c'est-à-dire marqué de modernité européenne et notamment français […] Lire la suite

VIENNE AU CRÉPUSCULE, Arthur Schnitzler - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 908 mots
  •  • 1 média

Le roman Vienne au crépuscule ( Der Weg ins Freie , mot à mot : « Le Chemin de la liberté ») est l'œuvre de Schnitzler (1862-1931) la plus conforme au modèle européen du grand « roman de société ». Commencé durant l'été de 1902, publié en 1908, ce succès de librairie (en 1929, on en était déjà à la cent trente-sixième édition) présente une des fresques les plus suggestives de la métropole habsbo […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LE RIDER, « SCHNITZLER ARTHUR - (1862-1931) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-schnitzler/