Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HYPNOSE

Séance d'hypnose

Séance d'hypnose

L'hypnose est un état de conscience particulier encore mal défini ; connue depuis la plus haute antiquité, elle a été et reste entourée d'un halo de mystère auprès du grand public, pour qui elle revêt une apparence magique exerçant à la fois un effet d'attraction et de crainte.

Malgré les études expérimentales qui ont été entreprises depuis la fin du xviiie siècle, sa nature profonde n'a pas encore été dévoilée. Mais certaines de ses manifestations sont maintenant mieux comprises par les chercheurs. La relation entre l'hypnotiseur et l'hypnotisé représente, en effet, la forme la plus ancienne de la relation psychothérapique. La psychanalyse s'est édifiée en bonne partie sur l'étude et la critique de cette relation ; elle l'a, à son tour, rendue plus intelligible en permettant d'entrevoir les lois qui la régissent. L'état hypnoptique lui-même, qui est spécifiquement de nature psychophysiologique, puisqu'il se situe à un carrefour entre le corps et l'esprit, constitue un riche terrain d'observation.

Après une longue éclipse, l'hypnose paraît constituer à nouveau un objet d'actives recherches scientifiques. Ce regain d'intérêt se manifeste dans différents domaines de la connaissance, notamment en psychanalyse, psychologie, philosophie et sociologie.

Du magnétisme animal aux écoles de Nancy et de la Salpêtrière

Le problème de la définition de l'hypnose est difficile puisqu'on n'a pas encore d'explication satisfaisante de cet état. Parmi les descriptions qui en ont été données, la plus élaborée est celle de l'Association médicale britannique (1955) : « L'hypnose est un état passager d'attention modifiée chez le sujet, état qui peut être produit par une autre personne et dans lequel divers phénomènes peuvent apparaître spontanément ou en réponse à des stimuli verbaux ou autres. Ces phénomènes comprennent un changement dans la conscience et la mémoire, une sensibilité accrue à la suggestion et l'apparition chez le sujet de réponses et d'idées qui ne lui sont pas familières dans son état d'esprit habituel. En outre, des phénomènes comme l'anesthésie, la paralysie, la rigidité musculaire et des modifications vaso-motrices peuvent être, dans l'état hypnotique, produits et supprimés. »

Le phénomène qu'on appelle actuellement l'hypnose est connu par son utilisation thérapeutique depuis les temps les plus anciens. C'étaient souvent les prêtres qui en faisaient usage. Il n'entra dans la phase expérimentale qu'en 1776 avec Franz Anton Mesmer, sous le nom de «  magnétisme animal ». D'après lui, il existait un fluide universel pouvant se transmettre d'un sujet à un autre : à l'aide de passes, l'opérateur provoquait des « crises » de nature convulsive et obtenait ainsi une distribution du fluide plus harmonieuse et curative dans le corps malade. Ces théories dépourvues de fondement scientifique ont néanmoins posé pour la première fois le problème d'une relation dynamique entre le malade et son thérapeute.

En 1784, au milieu de discussions passionnées sur le magnétisme animal, Louis XVI nomma une commission composée de savants éminents pour vérifier les assertions de Mesmer. Dans deux rapports célèbres, les membres de cette commission condamnèrent le magnétisme animal : ils conclurent à l'inexistence du fluide et attribuèrent à l'imagination certains des effets d'ordre physiologique et curatif obtenus. Ainsi, sans s'en douter, les rapporteurs, en mettant l'accent sur le pouvoir de l'imagination, préfigurèrent l'avènement de la médecine psychologique. Dans la même année 1784, un élève de Mesmer, le marquis de Puységur, décrivit le somnambulisme artificiel sans crise convulsive, qui permet une communication verbale avec le sujet. Il inaugura ainsi la[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en médecine, directeur d'enseignement clinique à la faculté de médecine Lariboisière-Saint-Louis, université de Paris-VII

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Séance d'hypnose

Séance d'hypnose

Charcot

Charcot

Autres références

  • ABRÉACTION

    • Écrit par Pierre-Paul LACAS
    • 419 mots

    Terme utilisé en psychiatrie et en psychothérapie et qui traduit l'allemand Abreagiren, mot inconnu sans doute avant Breuer et Freud. Dans le sens le plus général, l'abréaction désigne toute décharge émotionnelle qui permet à un sujet d'extérioriser un affect lié à un souvenir traumatique...

  • BERNHEIM HIPPOLYTE (1840-1919)

    • Écrit par Léon CHERTOK
    • 424 mots

    Médecin français, fondateur de l'école dite de Nancy qui se rendit célèbre par l'étude des phénomènes de suggestion et d'hypnotisme. Né à Mulhouse, Bernheim fit ses études secondaires et supérieures à Strasbourg. Reçu docteur en médecine en 1867, pour une thèse sur la myocardite aiguë, il devient...

  • BRAID JAMES (1795-1860)

    • Écrit par Léon CHERTOK
    • 516 mots

    Chirurgien écossais, James Braid est le premier expérimentateur médical de l'hypnotisme, terme qui fut d'abord employé par lui et qu'il accrédita. Né à Rylaw House, dans le Fifeshire, où son père était propriétaire terrien, il fait ses études à l'université d'Édimbourg et devient médecin à Leith,...

  • FARIA JOSÉ CUSTODIO DE, dit L'ABBÉ FARIA (1755 env.-1819)

    • Écrit par Jacques POSTEL
    • 358 mots

    Prêtre, professeur de philosophie et magnétiseur, élève de Franz Mesmer. D'origine portugaise, Faria est né à Goa (Inde). Après un doctorat en théologie à Rome, il s'installe à Paris en 1788. Il participe de façon assez obscure à la Révolution française et se retrouve, sous l'Empire, professeur de...

  • Afficher les 10 références

Voir aussi