• Mes Favoris
  • JOURNAUX INTIMES VIENNOIS (J. Le Rider)

    Carte mentale

    Élargissez votre recherche dans Universalis

    « De la vaporisation et de la centralisation du moi. Tout est là. » Il y a fort à parier que la fin du xxe siècle n'a rien de proprement nouveau à ajouter aux lignes qui ouvrent Mon Cœur mis à nu de Baudelaire. Si le journal intime se polarise tantôt sur la dispersion, tantôt sur le rassemblement, il ne cesse de nouer un dialogue à la fois fructueux et déceptif avec l'œuvre elle-même. Il arrive même qu'il la remplace, alors que sa contribution à la connaissance de soi est rien moins qu'avérée. Jacques Le Rider n'ignore rien de la nature paradoxale du journal intime, ni de sa teneur littéraire, ni de ses attendus psychologiques et philosophiques. Avec son étude consacrée aux Journaux intimes viennois (P.U.F., Paris, 2000), l'auteur de Modernité viennoise et crises de l'identité (1990) renoue avec un domaine d'élection et une méthode « transversale » qu'il avait appliquée avec bonheur dans son essai Les Couleurs et les mots (1997).

    Jacques Le Rider

    Jacques Le Rider

    Photographie

    À travers ses essais mais aussi ses nombreuses traductions, Jacques Le Rider nous a permis de renouveler notre connaissance et notre perception des littératures germaniques. 

    Crédits : L. Monier/ Editions Bertillat

    Afficher

    Tout à fait conscient de la part de risque qu'il y a à juxtaposer un genre et une époque – en l'occurrence la modernité viennoise, qui s'élabore à partir de 1890 et trouve des prolongements jusqu'en 1938 –, Jacques Le Rider se consacre ici à une série de lectures précises qui tissent l'histoire culturelle du journal intime autour de plusieurs références fédératrices. L'analyse des textes connus ou moins connus de Schnitzler et Zweig, Musil et Wittgenstein, Kraus ou Lou Andréas-Salomé, mais aussi de Theodor Herzl, Peter Altenberg ou de l'impératrice Élisabeth s'appuie en même temps sur une tradition qui se défie de la notation intime, de l'autographie ou « de l'utilité de la mémoire pour la vie ». Tout en soulignant sa pertinence, c'est en effet en passant outre le soupçon nietzschéen, formulé dans la Seconde Considération intempestive, que l'auteur met en place l'analyse d'un genre qui ne se réduit en aucun cas à la description d'une intériorité soudain offerte. Dé [...]


    1  2  3  4  5
    pour nos abonnés,
    l’article se compose de 2 pages


    Écrit par :

    • : professeur d'études cinématographiques et d'esthétique à l'université de Paris-Est-Marne-la-Vallée

    Classification

    Pour citer l’article

    Marc CERISUELO, « JOURNAUX INTIMES VIENNOIS (J. Le Rider) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/journaux-intimes-viennois/