BANVILLE THÉODORE DE (1823-1891)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Venu à Paris dans son enfance, Théodore de Banville se passionne très jeune pour le spectacle et pour la poésie. Avant vingt ans, il publie son premier recueil de vers ; il y manifeste déjà un talent sûr qui relève d'une conception de la poésie dont il ne se départira jamais.

S'opposant vigoureusement à la nouvelle poésie réaliste, il professe un amour exclusif de la beauté : Les Cariatides (1842) ainsi que Les Stalactites (1846) sont l'expression de cet art. Selon lui, la poésie est d'abord affaire de langage, l'émotion et le sentiment ne pouvant naître que du travail sur le style, les mots, les mètres et les rimes. Il veut obtenir une forme parfaite et se compare volontiers au sculpteur qui lentement découvre, après bien des hésitations, le geste, le mouvement qui, de surcroît, se trouvera être l'expression d'un sentiment. Il refuse le lyrisme facile et larmoyant d'un bas romantisme effusif et emphatique ; comme nombre de romantiques entre 1850 et 1870 (Gautier en premier lieu, mais aussi bientôt le Hugo des Chansons des rues et des bois), il met l'accent sur les exigences de la technique pour réagir contre ce qu'on peut considérer comme une trahison de l'originalité romantique : le débordement flou des épanchements individuels, qui engendre une nouvelle convention poétique, le vague à l'âme tournant au poncif. Aux brumes nordiques il préfère la netteté grecque et se désigne comme un précurseur du Parnasse, tant par ses thèmes que par sa foi en la pureté formelle de l'acte poétique.

Il fréquente les milieux littéraires les plus anticonformistes et se lie d'une solide amitié avec Baudelaire, avec lequel il partage le mépris d'une certaine poésie officielle et commerciale. Ses Odelettes et ses Odes funambulesques (1857) lui apportent la consécration et marquent une évolution vers plus de souplesse et de charme. Il devient une figure très importante du monde littéraire, à la fois critique dramatique, du Pouvoir (1850) puis du National (1869), et membre le plus écouté de la Revue fantaisiste (1861), où se retrouvent les poètes qui seront à l'origine du Parnasse et de tous les mouvements du siècle. Banville aura une influence déterminante sur des auteurs aussi différents que Mallarmé, Leconte de Lisle, Verlaine, Daudet, Coppée, Mendès, qu'il recevait régulièrement chez lui. Dans le même temps, il gagne en simplicité dans Les Exilés (1867) ou Les Occidentales (1869) ; mais il se détourne peu à peu de la poésie à la suite d'un violent désaccord avec le symbolisme. Il ressuscite de vieilles formes héritées du Moyen Âge, il rédige ses souvenirs, L'Ame de Paris, et donne des pièces en vers pour un théâtre réaliste. C'est néanmoins en prose qu'il donnera sa meilleure œuvre pour la scène avec Gringoire (1866) ; le jeune poète (plus imaginaire que réel) qui est le héros de cette courte pièce témoigne bien plus d'un lyrisme « engagé » que d'une gratuité esthétique de la forme : malgré son influence sur les parnassiens, Banville ne reniait pas son romantisme foncier.

Mais, déjà, il semble que son heure soit passée, et ses efforts pour se mettre à l'école de ses anciens disciples ne sont couronnés d'aucun succès. Il est assurément, de tous les poètes du xixe siècle, celui qui a le plus joué avec toutes les richesses de la poésie française, et le reproche qu'on lui a fait d'avoir manqué de sensibilité et d'imagination devrait s'effacer si l'on considère la perfection et le charme de ses vers, le bonheur et les trouvailles de ses évocations, l'influence enfin tout à fait salutaire qu'il a eue sur les poètes en les dégageant radicalement de la sensiblerie mièvre qui survivait au véritable romantisme.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université Columbia, États-Unis

Classification

Autres références

«  BANVILLE THÉODORE DE (1823-1891)  » est également traité dans :

PARNASSE, mouvement littéraire

  • Écrit par 
  • Pierre FLOTTES
  •  • 2 524 mots

Dans le chapitre « L'école parnassienne »  : […] Ce solitaire, ce lyrique torturé a fondé une école qui se veut sereine : c'est un mécanisme de la défense du Moi. C'est aussi la réaction d'un temps. Flaubert estime Leconte de Lisle tout en le trouvant trop élégiaque. Comme Baudelaire, Leconte de Lisle professe que « la moralité d'une œuvre d'art, c'est sa beauté », mais, égratigné par Baudelaire qui raille l'« école païenne », il range ce dernie […] Lire la suite

PARODIE, littérature

  • Écrit par 
  • Daniel SANGSUE
  •  • 5 269 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Fonctions, objets et moyens de la parodie »  : […] Si les conceptions des formalistes russes et des poéticiennes anglo-saxonnes que nous avons examinées pouvaient apparaître trop englobantes, on peut regretter au contraire que la définition de Genette soit, quant à elle, trop restrictive. La nécessité d'un régime purement ludique de la transformation tend à limiter la parodie au sens strict à ces activités « transformationnelles » abondamment pra […] Lire la suite

Pour citer l’article

Antoine COMPAGNON, « BANVILLE THÉODORE DE - (1823-1891) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-de-banville/