MORELLI GIOVANNI (1816-1891)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Patriote italien et critique d’art, né le 25 février 1816 à Vérone, mort le 28 février 1891 à Milan.

Né de parents suisses, Giovanni Morelli (de son vrai nom Nicolas Schäffer) étudie en Suisse et à l’université de Munich. Il acquiert une parfaite maîtrise de l’allemand et écrira ses principaux ouvrages dans cette langue. Il fait des études de médecine, mais n’exercera jamais. Il retourne en Italie dans les années 1840 et italianise son nom. Bien que protestant, il est élu en 1861 député de Bergame au premier Parlement italien libre. Inquiet de la montée des tendances démocratiques, il démissionne de son siège en 1870, mais est nommé sénateur en 1873. Après s’être retiré de la politique, il se consacre presque exclusivement à l’étude de l’art.

Morelli est responsable de l’adoption d’une loi, qui porte son nom, interdisant la vente d’œuvres d’art des institutions publiques ou religieuses. Il est également à l’origine de la création d’une commission chargée de nationaliser et de conserver toutes les œuvres majeures considérées comme propriété publique. C’est sans aucun doute grâce à ces dispositions que l’Italie a réussi à sauver un grand nombre de chefs-d’œuvre.

Ses études sur les œuvres des maîtres de la peinture italienne dans les musées de Dresde, de Munich, de Berlin et de Rome (Die Werke italienischer Meister in den Galerien von München, Dresden und Berlin, 1880 ; Kunstkritische Studien über italianische Malerei, Die Galerien Borghese und Doria Panfili in Rom, 1890) font date dans l’histoire de la critique d’art. Il propose dans ses ouvrages une méthodologie de l’attribution d’une rigueur scientifique caractéristique du xixe siècle. La méthode morellienne repose sur l’analyse directe de l’œuvre, en partant du principe que la peinture elle-même est la meilleure preuve. Tous les peintres, même les plus grands, se laissent aller à des automatismes dans certains détails mineurs, comme les oreilles et les ongles. Ces détails sont par conséquent les éléments les plus caractéristiques d’une œuvre et le critère d’attribution le plus sûr. Morelli et son principal disciple, Bernard Berenson, corrigeront ainsi des centaines d’erreurs d’attribution.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  MORELLI GIOVANNI (1816-1891)  » est également traité dans :

ART (L'art et son objet) - L'attribution

  • Écrit par 
  • Enrico CASTELNUOVO
  •  • 6 555 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « G. Morelli et ses précurseurs. L'attribution scientifique »  : […] Si la seconde moitié du xix e  siècle a donc été l'âge d'or de l'attribution, il est logique que cette époque ait également vu l'élaboration d'une méthodologie de l'attribution, celle qu'a proposée Giovanni Morelli dans les ouvrages qu'il a consacrés aux œuvres des maîtres italiens des musées de Dresde, de Munich, de Berlin et de Rome. Dans ces li […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-l-art-et-son-objet-l-attribution/#i_4313

CONNAISSEURS

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 2 037 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Connaisseurs, historiens et critiques »  : […] Hogarth dénonçait les procédés des faux connaisseurs. Leur prolifération au xix e  siècle va susciter une évolution dans l'attitude des experts authentiques. « La connoisseurship en peinture est devenue une technique sérieuse et, soumettant ses verdicts à des règles intelligibles, elle s'additionne volontiers de quelque philo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/connaisseurs/#i_4313

CRITIQUE D'ART

  • Écrit par 
  • Jean-Louis SCHEFER
  •  • 2 906 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire de l'art et critique d'art »  : […] Paradoxalement, une critique d'art est une histoire de l'art amputée de l'histoire : c'est une de ses définitions possibles. Et c'est bien la conclusion que l'on peut tirer, par défaut, de l'ouvrage de Lionelo Venturi : on ne peut faire l'histoire de la critique d'art que sous le nom de l'histoire de l'art, la logeant en dernier recours dans les lacunes de celle-ci, ou sous le titre peut-être plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-d-art/#i_4313

DESCRIPTION (esthétique)

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 1 143 mots

L'histoire de l'art ne peut se construire qu'à partir de l'examen attentif de l'apparence, aussi la description est-elle l'un de ses outils d'investigation fondamentaux. Des travaux, comme ceux de Philippe Hamon ( La Description littéraire : anthologie de textes théoriques et critiques , 1991) et de Roland Recht ( Le Texte de l'œuvre d'art : la description […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/description-esthetique/#i_4313

STYLE (arts)

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 2 073 mots

Dans le chapitre « Style et attributionnisme »  : […] Style dérive du latin stilus , qui désigne d'abord le poinçon servant à écrire sur des tablettes de cire, puis l'acte d'écrire lui-même et ses différents genres. Passé en français au cours du xiv e  siècle, il en vient à signifier la manière de s'exprimer, la rhétorique qui fait la singularité d'un poète et que partage, consc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style-arts/#i_4313

Pour citer l’article

« MORELLI GIOVANNI - (1816-1891) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-morelli/