ARS ANTIQUA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les formes polyphoniques

À l'époque carolingienne, les premiers essais consistant à doubler une voix par mouvement parallèle, selon les consonances admises, donnent naissance à l'organum parallèle comme le Rex coeli Domine (à 2 voix, Enchirias, ixe s.). Une troisième voix puis une quatrième peuvent être ajoutées. L'organum fleuri (à vocalises) comprend une phrase liturgique (tenor emprunté), exposée en valeurs longues, un double (duplum) en vocalises. Cette forme cultivée par l'école de Saint-Martial de Limoges sera amplifiée par l'école Notre-Dame (organum triplum, quadruplum) en tant que solemnisation de l'office (Léonin, Pérotin). Elle tombe en désuétude vers la fin du xiiie siècle, au profit du motet religieux, profane ou amoureux. Des paroles (motetus, motulus) sont placées sous la voix organale ; le motet comprend une teneur (vox prius facta, sur timbre préexistant), sur un mode rythmique préétabli, un double sur un rythme différent et avec des paroles différentes, en respectant les consonances parfaites, puis – en contrepoint – une troisième voix avec des paroles différentes. Les textes sont d'abord latins, puis bilingues (latin-ancien français), et français. Les sujets religieux et profanes permettent de superposer des textes avec ou sans parenté sémantique (cf. mss de Bamberg, de Montpellier). Les musiciens de l'ars nova transformeront cette forme.

Vers 1250, au nord de la Loire, le rondeau (rondel, rondellus) fait appel au style syllabique, au même texte à toutes les parties ; sa structure varie de quatre à treize vers au xiiie siècle. Adam de la Halle exploite la forme monodique (Robin m'aime, Robin m'a) et polyphonique (Li dous regard de ma dame) chantée en alternance par un soliste et par le chœur.

Rondeau de huit vers

Rondeau de huit vers

Tableau

Rondeau de huit vers: AB est le refrain; la mélodie du premier vers apparaît cinq fois et celle du second vers, trois fois. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Aux xiie et xiiie siècles, le conduit (conductus), chant latin de caractère paraliturgique, accompagne un déplacement (ex. le Conduit de l'Âne). Le sujet peut être religieux, profane, de circonstance ( [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Musique polyphonique

Musique polyphonique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Rondeau de huit vers

Rondeau de huit vers
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau





Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne, professeur à l'Institut catholique de Paris, docteur ès lettres et sciences humaines

Classification


Autres références

«  ARS ANTIQUA  » est également traité dans :

ARS NOVA - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 468 mots

XII e  siècle-début du XIV e  siècle L' ars antiqua (ou ars veterum , ou ars vetus ), que l'on peut traduire par la « vieille école », désigne, d'une manière générale, l'école musicale parisienne des xii e et xiii e  siècles ou, de manière plus restrictive, la musique française de 1230 à 1320 environ. 31 octobre 1291 ? Naissance de Philippe de Vitry, peut-être en Champagne. 1310-1318 ? Le Ro […] Lire la suite

CONTREPOINT

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 4 645 mots

Dans le chapitre « L'ars antiqua »  : […] La première étape importante de l'évolution ainsi amorcée consistera dans l'introduction du mouvement contraire. C'est ce qu'on appellera le déchant . Forme de contrepoint encore extrêmement primitive, il demeure esclave des valeurs de la mélodie initiale, puisqu'il offre à chacune de ses notes une note correspondante et de durée identique. D'où le nom de contrepoint : point contre point, note con […] Lire la suite

LÉONIN maître, lat. magister LEO ou LEONINUS (2e moitié XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 387 mots

Le premier musicien connu de l'école de Notre-Dame de Paris ( Ars antiqua ) à l'époque de l' organum à vocalises (ou organum fleuri). On ignore tout de sa vie et même de ses fonctions précises ; c'est un théoricien anglais, appelé Anonyme IV (Coussemaker, Scriptorum de musica medii aevi , 4 vol.) qui, vers 1275 — soit un siècle après — nous parle de lui : « Remarquez que maître Léonin fut un exc […] Lire la suite

PÉROTIN (XIIe-XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 2 521 mots

Dans le chapitre « Nouveautés techniques »  : […] Deux nouveautés essentielles : l'enrichissement de la polyphonie et les progrès de la notation. Avant Pérotin, l'écriture polyphonique était à deux voix (déchant et organum). Les musiciens parisiens semblent être les continuateurs des moines de Saint-Martial de Limoges, dans le domaine de l'organum en particulier. On pense généralement que, dans le Magnus Liber , les organa à deux voix doivent êtr […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Edith WEBER, « ARS ANTIQUA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ars-antiqua/