LÉONIN maître, lat. magister LEO ou LEONINUS (2e moitié XIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le premier musicien connu de l'école de Notre-Dame de Paris (Ars antiqua) à l'époque de l'organum à vocalises (ou organum fleuri). On ignore tout de sa vie et même de ses fonctions précises ; c'est un théoricien anglais, appelé Anonyme IV (Coussemaker, Scriptorum de musica medii aevi, 4 vol.) qui, vers 1275 — soit un siècle après — nous parle de lui : « Remarquez que maître Léonin fut un excellent organista, qui a fait un grand livre d'organum pour le Graduel et l'Antiphonaire, afin de répandre le service divin. Ce livre a été en usage jusqu'au temps du grand Pérotin qui l'abrégea et écrivit en grand nombre des clausules ou cadences plus belles, car c'était un très bon déchanteur (optimus discantor) et meilleur que Léonin. »

Organista signifie vraisemblablement soit qu'il chantait lui-même la voix organale, soit qu'il la composait, soit qu'il la chantait et la composait ; il ne faut sans doute pas comprendre qu'il jouait de l'orgue. Le Magnus Liber organi de gradali et antiphonario pro servitio divino multiplicando, auquel il est fait allusion, comportait des pièces d'organum à deux voix ; on ne les connaît pas sous leur forme primitive, mais seulement dans la version que Pérotin en fit ; celui-ci ajouta une troisième voix. L'organum de Léonin se présente ainsi : sur les syllabes du texte liturgique (Antiphonaire, Graduel) se trouve un grave (ténor, ou teneur, c'est-à-dire « qui soutient le déchant » — discantum tenet) en valeurs longues ou très longues, au-dessus duquel la voix organale déroule des mélismes obéissant à une mesure, qui pouvaient être en partie improvisés par un « déchanteur » (discantor) exercé. L'activité de Léonin se situe vers 1180, époque où la cathédrale de Paris fut ouverte au culte (1182). Du duplum de Léonin, on passa très rapidement avec Pérotin et les compositeurs et théoriciens du xiiie siècle au triplum et au quadruplum. Parmi ces derniers, auxquels Léonin a ouvert la voie, citons Jean de Garlande (un Anglais ayant vécu à Paris et à Toulouse), Robert de Sabilon (successeur de Pérotin) et les deux Francon (de Paris et de Cologne).

—  Pierre-Paul LACAS

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  LÉONIN maître, lat. magister LEO ou LEONINUS (2 e moitié XII e s.)  » est également traité dans :

ARS ANTIQUA

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 1 899 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les maîtres »  : […] Les œuvres sont conservées dans des manuscrits ne portant généralement pas le nom de leur auteur. Les pièces polyphoniques figurent dans plusieurs manuscrits de l'école Notre-Dame, ceux de Bamberg (manuscrit d'une centaine de motets, d'origine parisienne, conservé à Bamberg), de Montpellier (H 196, faculté de médecine), de Turin, de Madrid, de Burgos, de Las Huelgas... L'activité des chantres se s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ars-antiqua/#i_14561

CONTREPOINT

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 4 645 mots

Dans le chapitre « L'ars antiqua »  : […] La première étape importante de l'évolution ainsi amorcée consistera dans l'introduction du mouvement contraire. C'est ce qu'on appellera le déchant . Forme de contrepoint encore extrêmement primitive, il demeure esclave des valeurs de la mélodie initiale, puisqu'il offre à chacune de ses notes une note correspondante et de durée identique. D'où le nom de contrepoint : point […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contrepoint/#i_14561

PÉROTIN (XIIe-XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 2 521 mots

Pérotin est un compositeur français du Moyen Âge dont le nom reste attaché à l'essor de la polyphonie et de l'école parisienne dite école de Notre-Dame. C'est, en effet, alors que s'édifiait la cathédrale et que l'Université de Paris rayonnait dans tout le monde occidental, que les musiciens parisiens firent de leur cité un foyer artistique de renom international. La plupart de ces musiciens rest […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perotin/#i_14561

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « LÉONIN maître, lat. magister LEO ou LEONINUS (2e moitié XIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonin-maitre-lat-magister-leo-ou-leoninus/