PÉROTIN (XIIe-XIIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pérotin est un compositeur français du Moyen Âge dont le nom reste attaché à l'essor de la polyphonie et de l'école parisienne dite école de Notre-Dame. C'est, en effet, alors que s'édifiait la cathédrale et que l'Université de Paris rayonnait dans tout le monde occidental, que les musiciens parisiens firent de leur cité un foyer artistique de renom international. La plupart de ces musiciens restèrent anonymes : seuls les noms de Maître Albert de Léonin et de Pérotin furent transmis à la postérité, quoique les découvertes musicologiques les concernant soient relativement récentes.

Les sources

En 1864, le musicologue Edmond de Coussemaker mit au jour un certain nombre d'écrits théoriques du xiiie siècle, publiés sous le titre : Scriptorum de musica medii aevi. Parmi ces documents, un traité anonyme, dit Anonyme IV, révèle l'existence de Maître Léonin, « organiste » (c'est-à-dire compositeur d'organum), auteur d'un Grand Livre pour le Graduel et l'Antiphonaire, et de Pérotin-le-Grand, salué comme optimus discantor, qui remania le livre de Léonin et l'enrichit d'œuvres personnelles d'une technique plus évoluée. Le nom de Pérotin apparaît encore dans le traité de Jean de Garlande, professeur à l'Université de Paris, qu'on date généralement de 1240-1250. Jean de Garlande précise qu'on trouve les grands organa quadruples (à quatre voix) de Pérotin en tête du Grand Livre de Notre-Dame (Magnus Liber).

En 1898, Wilhelm Meyer reconnut le Magnus Liber dans un manuscrit conservé à Florence (Biblioteca Medicea Laurenziana), dont le contenu répond à la description de Jean de Garlande et de l'Anonyme IV. Les œuvres de l'école de Notre-Dame furent également reconnues dans un manuscrit de Madrid (Biblioteca Nacional) et dans deux manuscrits de Wolfenbüttel en Allemagne, l'un d'origine française, l'autre provenant du monastère écossais de Saint-Andrew. En France, en 1948, Yvonne Rokseth publiait et commentait le manuscrit H. 196 de la faculté de médecine de Montpellier (xiiie siècle) contenant organa, conduits et motets. Plus récemm [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PÉROTIN ( XII e -XIII e s.)  » est également traité dans :

ARS ANTIQUA

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 1 900 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les maîtres »  : […] Judaea et Jherusalem, dans le style de l'organum fleuri. L'un de ses successeurs à Notre-Dame de Paris, Pérotin, est le plus illustre de ces déchanteurs, vers 1200. L'Anonyme IV le mentionne comme discantor optimus (compositeur de déchant). On lui doit des organa triples, quadruples, par exemple […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ars-antiqua/#i_4857

BASSE, musique

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 3 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La basse dans la polyphonie »  : […] longues, autour desquelles se déploient les vocalises entrecroisées d'un conduit de Pérotin. Elles ne changent que de loin en loin et, mises bout à bout, elles finissent par énoncer le thème de telle ou telle antienne grégorienne. Mais nul ne peut s'en apercevoir tant leur étirement le défigure au point que le passage d'une de ces notes tenue à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/basse-musique/#i_4857

CONTREPOINT

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 4 645 mots

Dans le chapitre « L'ars antiqua »  : […] dans le cadre de l'École de Notre-Dame où brillent les noms de Léonin et surtout de Pérotin. Celui-ci traite couramment l'organum à trois ou quatre voix, ces voix évoluant le plus possible dans un rythme qui leur est commun et selon la règle du mouvement contraire ; la cohésion de l'ensemble est assurée par les rencontres périodiques des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contrepoint/#i_4857

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger BLANCHARD, « PÉROTIN (XIIe-XIIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/perotin/