Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) Histoire de l'archéologie

L'archéologie n'a pas suivi une trajectoire historique très différente de bien d'autres sciences. Née à la Renaissance, elle connaît du xvie au xviiie siècle une phase d'accumulation des connaissances et des matériaux – pour l'essentiel des objets d'art de l'Antiquité gréco-romaine. Puis au xixe siècle, de grands systèmes de description et de classement, principalement chronologiques, se mettent en place tandis que l'archéologie étend son champ d'investigation dans le temps (naissance de la préhistoire) et dans l'espace. Enfin, le xxe siècle voit la multiplication de nouvelles techniques d'analyse, de traitement et de datation ainsi que l'enrichissement constant des problématiques, tandis que l'autonomie épistémologique de la discipline ne cesse de croître. Toutefois, l'archéologie possède aussi ses spécificités propres. La moindre n'est pas d'assister à l'érosion continue de ce qui constitue son objet même d'étude, avec la destruction croissante des sites archéologiques par les travaux de construction et d'aménagement. Son rôle dans la construction et l'entretien des identités nationales pose de constantes questions d'éthique aux archéologues, qui doivent aussi assurer la diffusion de leurs connaissances auprès du grand public, attentif et souvent passionné par leurs découvertes.

Les origines : Babylone et Rome

Tablette cunéiforme, royaume d'Ougarit

Tablette cunéiforme, royaume d'Ougarit

Toutes les sociétés humaines se sont dotées de mythes d'origine qui appuient presque toujours leur authenticité sur des objets matériels montrés aux croyants, soit lors de cérémonies initiatiques, soit à la foule des fidèles – qu'on pense par exemple au culte des reliques présent dans la plupart des grandes religions actuelles. Ce double ancrage dans le réel et le sacré est bien attesté par les premiers textes « archéologiques » connus, ceux de rois babyloniens qui ont découvert les restes de temples anciens et les ont restaurés. C'est le cas de Nabuchodonosor et surtout de son successeur, Nabonide, dernier roi de Babylone, de 555 à 539 avant notre ère. Ce souverain fit inscrire dans l'argile le récit de la redécouverte, à Larsa, du temple du dieu Shamash, construit vers 1700 ans avant notre ère par le roi Hammourabi, et celui de sa restauration. Le texte indique clairement qu'il s'agit de restaurer le temple « à l'antique », mais aussi que cette opération est idéologique. Elle situe matériellement la gloire du roi présent dans la lignée de celle de ses prédécesseurs, dont ne subsistaient plus que la mémoire et les textes écrits. Nabuchodonosor lui-même avait accumulé dans une salle de son palais une sorte de « musée » où étaient rassemblés, à des fins sans doute plus idéologiques qu'esthétiques, des statues et des tablettes inscrites remontant parfois à deux millénaires.

Laocoon

Laocoon

Ce n'est qu'avec la sécularisation de la connaissance, à la Renaissance, qu'apparaît l'archéologie au sens moderne. Durant tout le Moyen Âge, l'Antiquité classique, dont le souvenir demeure par certaines traces, sert encore au prestige : Charlemagne se faisait ainsi représenter sur ses monnaies en empereur romain, et il avait récupéré à Rome statues et colonnes pour orner son palais d'Aix-la-Chapelle. Néanmoins, après le sac de Rome (410), monuments et textes antiques avaient pour l'essentiel été oubliés, quand ils n'avaient pas été détruits. Avec la Renaissance, la redécouverte de la civilisation gréco-romaine par les humanistes accompagne les grands travaux d'aménagement dans les villes, la plupart du temps établies sur des cités antiques. À Rome tout particulièrement, les papes urbanistes et architectes portent un vif intérêt aux découvertes qui émaillent ces travaux. La mise au jour, en 1506 sur l'Esquilin, de statues en marbre représentant le prêtre troyen Laocoon[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et à l'Institut universitaire de France

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Tablette cunéiforme, royaume d'Ougarit

Tablette cunéiforme, royaume d'Ougarit

Laocoon

Laocoon

Fresques mythologiques, sacellum des Augustales, Herculanum

Fresques mythologiques, sacellum des Augustales, Herculanum

Autres références

  • ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE

    • Écrit par Luc BOURGEOIS
    • 4 883 mots
    • 5 médias

    L’archéologie médiévale rassemble un large spectre de méthodes permettant d’étudier les témoignages matériels des cultures qui se sont succédé entre le ve et le xve siècle. Elle s’intéresse aussi bien aux structures enfouies ou en élévation qu’au mobilier et aux informations issues...

  • ÂGE ET PÉRIODE

    • Écrit par Jean-Paul DEMOULE
    • 1 957 mots

    Toutes les sociétés humaines ont découpé le temps de leur passé, réel ou mythologique, en segments de taille variable. Ces découpages reposent sur une certaine conception du temps, mais aussi sur une interprétation plus globale du passé qui permet de comprendre le présent (évolution, dégradation,...

  • AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

    • Écrit par Claire BOULLIER, Geneviève CALAME-GRIAULE, Michèle COQUET, Universalis, François NEYT
    • 15 151 mots
    • 2 médias
    ...d'archives, la connaissance très fragmentaire de cette histoire se fonde essentiellement sur l'étude conjointe des données livrées par la tradition orale et par l'archéologie. Le sol nous a laissé cependant peu de vestiges au regard d'autres régions du monde. Les raisons en sont simples : l'archéologie est...
  • AFRIQUE ROMAINE

    • Écrit par Noureddine HARRAZI, Claude NICOLET
    • 9 564 mots
    • 10 médias

    La domination administrative et politique de Rome sur les diverses régions de l'Afrique du Nord (mis à part la Cyrénaïque et l'Égypte) s'étend sur près de six siècles : depuis la prise et la destruction de Carthage par Scipion Émilien (146 av. J.-C.) jusqu'au siège et à la...

  • AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

    • Écrit par Hubert DESCHAMPS, Jean DEVISSE, Henri MÉDARD
    • 9 654 mots
    • 6 médias

    L'histoire du continent tout entier apparaît comme une entreprise récente et difficile. Pendant longtemps, seules l'égyptologie, l'islamologie et l'histoire coloniale l'ont, chacune de son point de vue, abordée ; il faut noter du reste que les très anciens systèmes d'écriture, en Égypte, à Méroé, en...

  • Afficher les 245 références

Voir aussi