NABONIDE, roi de Babylone (-555--539)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dernier souverain de l'empire néo-babylonien. L'accession de Nabonide au trône de Babylone marque le terme des sanglants épisodes auxquels donne lieu la succession dynastique de Nabuchodonosor. Deux ans après la mort du Grand Roi en ~ 561, son fils Awêl-Marduk est assassiné par son beau-frère Neriglissar. L'usurpateur meurt au bout de quatre ans de pouvoir (~ 559-~ 556), laissant un fils, Labashimarduk, trop jeune pour régner efficacement. On l'assassine deux mois après son intronisation, et la conjuration installe sur le trône un personnage étrange qui n'appartient pas à la famille royale et qui approche déjà de la vieillesse : Nabounaïd (Nabonide).

Fils d'un gouverneur d'origine probablement araméenne et d'une grande prêtresse du dieu-Lune Sin de Harran, où Nabonide est né lui-même, le nouveau roi semble avoir été profondément marqué par la religion de sa mère. Cette dévotion, confinant au fanatisme ou à la folie mystique, que Nabonide ne cessa de manifester au dieu Sin paraît l'avoir fait entrer en conflit avec la religion de Marduk, le dieu de l'empire chaldéen. C'est pourtant sous l'autorité de Marduk que Nabonide place le projet qu'il conçoit, dès ~ 556, de rebâtir le temple de Sin à Harran, resté en ruine depuis la fin de l'empire assyrien. Le dieu Marduk lui donne l'ordre, au cours d'une vision, de procéder à une restauration dont la possibilité n'apparaîtra qu'en ~ 553, lorsque la révolte de Cyrus contre Astyage obligera les troupes mèdes à évacuer la région de Harran. Nabonide doit affronter le mécontentement du clergé de Marduk et une situation économique difficile qui affecte les principales cités de l'empire. Ces circonstances ne le détournent pas de son projet. En ~ 552, Nabonide confie le gouvernement de la Babylonie à son fils Balthasar et se dirige vers l'Arabie, où il conquiert un certain nombre de villes dont l'oasi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  NABONIDE, roi de Babylone (555-539 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Histoire de l'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 5 382 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les origines : Babylone et Rome »  : […] Toutes les sociétés humaines se sont dotées de mythes d'origine qui appuient presque toujours leur authenticité sur des objets matériels montrés aux croyants, soit lors de cérémonies initiatiques, soit à la foule des fidèles – qu'on pense par exemple au culte des reliques présent dans la plupart des grandes religions actuelles. Ce double ancrage da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-archeologie-et-societe-histoire-de-l-archeologie/#i_18980

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 314 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les dominations étrangères, le déclin de Babylone (VIe s. av. J.-C.-Ier s. apr. J.-C.) »  : […] Plus guerrier qu'on ne le pense généralement, le royaume néo-babylonien tient tête aux États voisins et défend les merveilles de ses cités restaurées. Mais Nabuchodonosor n'a que des successeurs médiocres ; le seul qui se maintienne quelque temps sur le trône, Nabonide (556-539), suscite par ses bizarreries une solide impopularité et doit passer h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/babylone/#i_18980

BALTHASAR

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 361 mots

Balthasar (hébreu : bēlšaṣṣar  ; akkadien : bēl-šarra-uṣṣur , c'est-à-dire « Que Bel protège le roi ! ») est mentionné dans le livre de Daniel ainsi que dans Baruch comme le fils de Nabuchodonosor et, selon Daniel, comme le dernier roi de Babylone avant l'entrée en scène de l'Empire perse. En fait, le dernier roi de Babylone fut Nabonide, qui n'éta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/balthasar/#i_18980

CHUTE DE BABYLONE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 177 mots
  •  • 1 média

Nabonide, qui monta sur le trône de Babylone en — 556, conduisit une politique nouvelle en soutenant le culte du dieu lunaire Sîn contre Marduk, divinité tutélaire de Babylone : la réaction du clergé fut très vive et le nouveau souverain dut s'éloigner de Babylone. Il partit à Teima (actuelle Taima), important centre du culte lunaire dans le Hedjaz […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chute-de-babylone/#i_18980

CONQUÊTES DE CYRUS II LE GRAND - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 225 mots

— 559 Cyrus II succède à Cambyse I er , son père, comme roi d'Anshan et règne sur les Perses, alors que le royaume mède gouverné par Astyage, successeur de Cyaxare, apparaît comme la force montante. — 556 Nabonide monte sur le trône de Babylone à la suite d'une conjuration conduite par des membres du clergé du dieu lunaire Sîn qui éliminent les d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conquetes-de-cyrus-ii-le-grand-reperes-chronologiques/#i_18980

CYRUS LE GRAND, roi des Perses et des Mèdes (-559 env.-env. -530)

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 943 mots
  •  • 2 médias

Fondateur proprement dit de l'empire perse des Achéménides , du nom d'Achéménès, ancêtre éponyme de la dynastie, dont l'histoire ne sait plus rien. Selon Hérodote, Cyrus, petit-fils d'Astyage, roi des Mèdes, fut sauvé à sa naissance par Harpage qui avait pourtant reçu l'ordre de le tuer. Dès son avènement, en ~ 559, comme souverain d'Anshan, Cyrus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyrus-le-grand/#i_18980

HARRAN

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 400 mots

Ancien centre commercial de la Mésopotamie septentrionale, sur le Balikh, au croisement des routes caravanières qui menaient de Babylone en Syrie, en Égypte et en Asie Mineure. Harran et son temple consacré à Sin, le dieu Lune, sont mentionnés dans une tablette de Mari (~ 2000). Le nom de la cité apparaît ensuite dans les textes hittites de Boǧazkö […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harran/#i_18980

SIN

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 208 mots

Le dieu Lune du panthéon assyro-babylonien, dont il occupe la quatrième place dans la hiérarchie. Son nombre symbolique, 30, évoque le nombre des jours du mois, dont il est, par excellence, « le seigneur », « fruit qui se renouvelle sans cesse ». Une étymologie seconde interprétait son idéogramme comme signifiant le maître du savoir. Le croissant l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sin/#i_18980

Pour citer l’article

Valentin NIKIPROWETZKY, « NABONIDE, roi de Babylone (-555--539) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nabonide/