COURNOT ANTOINE AUGUSTIN (1801-1877)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En décidant, en 1905, de consacrer un numéro spécial à l'examen des idées de Cournot, le comité de rédaction de la Revue de métaphysique et de morale entendait appeler l'attention du « public philosophique » sur des travaux « que trop généralement il ignore ». Non sans paradoxe, en effet, la grande diversité autant que le caractère inclassable d'une œuvre où les recherches mathématiques, les analyses économiques et les considérations spécifiquement philosophiques se trouvent étroitement liées expliquent, mieux que la défaveur longtemps attachée au probabilisme, la relative discrétion des références faites aux ouvrages qui la constituent, à l'exception, toutefois, des Recherches sur les principes mathématiques de la théorie des richesses. La publication des Œuvres complètes de Cournot, d'une part, et celle des Études pour le centenaire de sa mort, d'autre part, marquent cependant une étape importante dans la connaissance d'un auteur qui occupe, en raison notamment de son analyse de l'aléatoire fondée sur une conception moderne du hasard (cette scientia probabilitatis méconnue par Comte), une place éminente dans l'histoire des idées.

La place fondatrice des mathématiques dans l'œuvre de Cournot

En saluant en Cournot le père de l'économie mathématique, Walras, dès 1873, a certes assuré à l'auteur des Recherches sur les principes mathématiques de la théorie des richesses une assez grande notoriété en économie politique, mais il a contribué à dissocier les études économiques entreprises par Cournot de la philosophie mathématique qui les sous-tend. Si intéressante, en effet, et si importante que soit, notamment dans la perspective des théories de l'équilibre économique de Walras et de Pareto, l'analyse cournotienne du monopole, de la concurrence indéfinie ou de la communication des marchés, analyse préalable à la construction des modèles mathématiques d'interaction, on ne peut en saisir l'originalité qu'à la condition de la rapporter à une nouvelle conception des mathématiques issue d'influences sur lesquelles les Souvenirs rédigés par Cournot en 1859 nous renseignent assez bien.

À cette date, Cournot achevait d'écrire son Traité de l'enchaînement des idées fondamentales dans les sciences et dans l'histoire (1861). Il méditait ses Considérations sur la marche des idées et des événements dans les temps modernes (1872). Huit ans plus tôt avait paru son Essai sur le fondement de nos connaissances et sur les caractères de la critique philosophique (1851). Or, l'Essai aussi bien que le Traité développent des idées dont on retrouve l'origine non seulement dans un de ses premiers livres, le Traité élémentaire de la théorie des fonctions et du calcul infinitésimal (1841), où se marque un net retour aux idées de Newton et de Leibniz, mais aussi dans deux mémoires peu connus, l'un sur la distribution des orbites et des comètes dans l'espace (Bulletin de Ferussac, t. XI), l'autre sur la probabilité des jugements et sur la statistique (Journal de Liouville, t. III), tous deux antérieurs de dix ans aux Recherches de 1838. Si bien que la conception que Cournot s'est formée de la causalité, de la loi, de la raison et du hasard, son probabilisme philosophique comme son réalisme critique ne sont pleinement intelligibles que si l'on tient compte de la place fondamentale qu'il a assignée aux mathématiques et plus précisément au calcul infinitésimal.

Dans les mathématiques, Cournot a vu une série de disciplines assises sur des notions particulières, délimitées avec précision, enchaînées avec rigueur, puis, ainsi que le relève L. Brunschvicg, citant d'ailleurs à plusieurs reprises, dans ses Étapes de la philosophie mathématique, le travail de Cournot De l'origine et des limites de la correspondance entre l'algèbre et la géométrie (1847), « entre ces domaines bien déterminés, mille chemins de communication et de ramification [venant] montrer la coordination des méthodes, étendre l'horizon de leur application, susciter de nouvelles solutions ou de nouveaux problèmes ». À l'intuition de la multiplicité des correspondances susceptibles d'être mises en évidence par les mathématiques, Cournot a associé l'idée de la continuité, dont la conception philosophique venait d'être renouvelée par Cauchy ; et c'est d'elle que dérive l'opposition entre l'ordre logique et l'ordre rationnel qu'il a ensuite systématisée.

Il convient d'insister sur ce point, car c'est la comparaison, dont on trouve l'exposé dans la Théorie des fonctions, entre la méthode des limites et la méthode infinitésimale qui l'a conduit à poser qu'au-dessus de la logique formelle il y en a une autre au moyen de laquelle on est en mesure de distinguer l'accident du rationnel en histoire (thème des dernières leçons professées par Tarde, au Collège de France, sur la philosophie de Cournot), l'absolu du relatif, la réalité de l'apparence ; que certaines contradictions, celles, par exemple, que nous croyons apercevoir dans la notion de l'infini, étrangères à l'ordre rationnel qui tient aux choses, c'est-à-dire l'ordre adopté par la nature elle-même, n'existent que dans l'ordre logique qui tient à l'ordre du langage ; que c'est notre logique humaine qui procède du fini à l'infiniment petit, tandis que la nature procède toujours de l'infiniment petit au fini. Ainsi s'explique l'intérêt marqué de Cournot pour le calcul infinitésimal, mieux approprié à la nature des choses que la méthode des limites, qui permet, néanmoins, dans un premier temps, de remonter des conséquences complexes aux principes simples (identique en cela à la démarche par exhaustion des Anciens), parce qu'il est l'expression naturelle du mode de génération des grandeurs physiques qui croissent par éléments plus petits que toute grandeur finie. Dans Théorie des fonctions, t. I, Cournot écrit : « Sur ce point de vue, on peut dire avec fondement que les infiniment petits existent dans la nature et il conviendrait certainement d'appeler ′(x) la fonction génératrice ou primitive et f (x) la fonction dérivée, à l'inverse de ce qu'a fait Lagrange. »

C'est, en définitive, le calcul infinitésimal qui permet d'accéder à la connaissance des véritables « raisons des choses » que sont, aux yeux de Cournot, les infiniment petits. Il trouva l'exposé systématique de ses fondements tels qu'ils étaient posés à la fin du xviiie siècle, dans le Traité du calcul différentiel et du calcul intégral de Lacroix, dont la seconde édition (1810-1819) fut sa source principale. L'utilisation qu'il en fit relève d'une interprétation de l'infiniment petit qui a été pleinement justifiée par [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-V-Sorbonne, secrétaire général de L'Année sociologique

Classification

Autres références

«  COURNOT ANTOINE AUGUSTIN (1801-1877)  » est également traité dans :

RECHERCHES SUR LES PRINCIPES MATHÉMATIQUES DE LA THÉORIE DES RICHESSES, Antoine Augustin Cournot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claire PIGNOL
  •  • 1 094 mots

Ignorées lors de leur publication en 1838, les Recherches sur les principes mathématiques de la théorie des richesses furent découvertes à partir des années 1880 par les fondateurs de l'approche marginaliste en économie, William Stanley Jevons, Léon Walras et […] Lire la suite

CONCURRENCE, économie

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 210 mots

Dans le chapitre « L'élaboration du modèle de concurrence parfaite »  : […] Ce modèle ne s'est pas construit en un jour. Son élaboration, au fil du temps, doit beaucoup à Anne Robert Jacques Turgot (1757), Adam Smith (1776) et David Ricardo (1817), qui vantèrent les avantages de la libre concurrence. Antoine Augustin Cournot (1838) opposa le concept de monopole à celui de « concurrence illimitée », avant que le modèle ne trouve une forme plus achevée chez Léon Walras (18 […] Lire la suite

CONTINGENCE

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 892 mots

Dans le chapitre « La contingence dans les sciences sociales »  : […] Il ne s'agit pas ici d'examiner le rôle que les grandes philosophies de l'histoire attribuent à l'idée de contingence, mais de considérer si, parmi les sciences sociales, il en est qui recourent à cette notion dans leurs descriptions concrètes ou leurs hypothèses explicatives. Si les sciences sociales, en effet, se dotent d'un concept de contingence, nous le trouverons soit dans la présentation ob […] Lire la suite

DE LA MESURE DE L'UTILITÉ DES TRAVAUX PUBLICS, Jules Dupuit - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François ETNER
  •  • 1 173 mots

En France, vers 1820, le corps des ponts et chaussées avait incité à construire de nombreux canaux. Dix ans plus tard, l'entreprise s'avéra beaucoup moins utile que prévu et financièrement désastreuse : fallait-il incriminer les règles administratives qui chiffraient l'utilité des travaux publics ? En 1844, l'ingénieur Jules Dupuit (1804-1866) montre que ces règles exagéraient, en effet, l'utilité […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marginalisme

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 2 033 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un socle conceptuel précurseur »  : […] Avant Jevons, Menger et Walras, un grand nombre d'économistes ont eu recours à un raisonnement de type marginaliste. Ces raisonnements étaient soit appliqués à des problèmes précis, soit perçus comme des instruments d'approfondissement des thèses de David Ricardo (1772-1823), sur la valeur et la répartition notamment. En 1838, dans ses Recherches sur les principes mathématiques de la théorie des […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 837 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mathématique et axiomatique »  : […] En termes de méthode, l'économie politique cherche à acquérir le statut de science. Pour atteindre cette scientificité, elle adopte le formalisme mathématique qui donne à la physique son ossature. C'est l'aboutissement d'un processus déjà engagé au début du xix e  siècle. En 1840, l'économiste allemand Johann Heinrich von Thünen (1783-1850) dérive une fonction pour arriver à une formule donnant, […] Lire la suite

ÉLASTICITÉ, économie

  • Écrit par 
  • Alain-Pierre RODET
  •  • 667 mots

Notion qui fut cernée par Léon Walras (1834-1910) et Alfred Marshall (1842-1924), et mise en lumière par l'économiste français Augustin Cournot (1801-1877). Ce dernier conteste le théorème de base des auteurs classiques, lesquels considéraient une fois pour toutes que « le prix des choses est en raison inverse des quantités offertes et en raison directe des quantités demandées ». Cournot s'attache […] Lire la suite

HASARD

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 6 802 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La théorie de Cournot »  : […] Antoine Augustin Cournot (1801-1877) a synthétisé les deux sens précédents du mot hasard en remarquant que le caractère fortuit de certains événements découle de ce que leurs causes antécédentes étaient indépendantes, alors que leurs effets brusquement se mêlent. « Une infinité de séries partielles, écrit-il, peuvent coexister dans le temps : elles peuvent se croiser, de manière qu'un même événeme […] Lire la suite

HISTOIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 165 mots

Dans le chapitre « L’histoire en crise »  : […] Dès le xix e  siècle, cependant, cette histoire orientée et en progrès a rencontré de vives oppositions. Déjà contestable quand elle interprète le passé de l’humanité, la notion de progrès devient un véritable pari quand elle se projette en direction de l’avenir. Qui pourrait me garantir que demain sera meilleur qu’aujourd’hui ? Et n’existe-t-il pas une dimension religieuse dans l’idée de progrès  […] Lire la suite

MATHÉMATIQUE ÉCOLE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • François ETNER
  •  • 2 774 mots

Dans le chapitre « Les grandes étapes de l'économie mathématique »  : […] En Angleterre, à la fin du xvii e  siècle, William Petty prône l'usage du calcul pour rationaliser l'action publique. Il nomme « arithmétique politique » sa méthode, l'appliquant à ce que l'on appellerait aujourd'hui de l'économie, de la démographie et de la statistique descriptives ( Political Arithmetick , 1690). On doit à ses disciples la loi de King, qui indique de combien varie le prix du bl […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard VALADE, « COURNOT ANTOINE AUGUSTIN - (1801-1877) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-augustin-cournot/