Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COURNOT ANTOINE AUGUSTIN (1801-1877)

En décidant, en 1905, de consacrer un numéro spécial à l'examen des idées de Cournot, le comité de rédaction de la Revue de métaphysique et de morale entendait appeler l'attention du « public philosophique » sur des travaux « que trop généralement il ignore ». Non sans paradoxe, en effet, la grande diversité autant que le caractère inclassable d'une œuvre où les recherches mathématiques, les analyses économiques et les considérations spécifiquement philosophiques se trouvent étroitement liées expliquent, mieux que la défaveur longtemps attachée au probabilisme, la relative discrétion des références faites aux ouvrages qui la constituent, à l'exception, toutefois, des Recherches sur les principes mathématiques de la théorie des richesses. La publication des Œuvres complètes de Cournot, d'une part, et celle des Études pour le centenaire de sa mort, d'autre part, marquent cependant une étape importante dans la connaissance d'un auteur qui occupe, en raison notamment de son analyse de l'aléatoire fondée sur une conception moderne du hasard (cette scientia probabilitatis méconnue par Comte), une place éminente dans l'histoire des idées.

La place fondatrice des mathématiques dans l'œuvre de Cournot

En saluant en Cournot le père de l'économie mathématique, Walras, dès 1873, a certes assuré à l'auteur des Recherches sur les principes mathématiques de la théorie des richesses une assez grande notoriété en économie politique, mais il a contribué à dissocier les études économiques entreprises par Cournot de la philosophie mathématique qui les sous-tend. Si intéressante, en effet, et si importante que soit, notamment dans la perspective des théories de l'équilibre économique de Walras et de Pareto, l'analyse cournotienne du monopole, de la concurrence indéfinie ou de la communication des marchés, analyse préalable à la construction des modèles mathématiques d'interaction, on ne peut en saisir l'originalité qu'à la condition de la rapporter à une nouvelle conception des mathématiques issue d'influences sur lesquelles les Souvenirs rédigés par Cournot en 1859 nous renseignent assez bien.

À cette date, Cournot achevait d'écrire son Traité de l'enchaînement des idées fondamentales dans les sciences et dans l'histoire (1861). Il méditait ses Considérations sur la marche des idées et des événements dans les temps modernes (1872). Huit ans plus tôt avait paru son Essai sur le fondement de nos connaissances et sur les caractères de la critique philosophique (1851). Or, l'Essai aussi bien que le Traité développent des idées dont on retrouve l'origine non seulement dans un de ses premiers livres, le Traité élémentaire de la théorie des fonctions et du calcul infinitésimal (1841), où se marque un net retour aux idées de Newton et de Leibniz, mais aussi dans deux mémoires peu connus, l'un sur la distribution des orbites et des comètes dans l'espace (Bulletin de Ferussac, t. XI), l'autre sur la probabilité des jugements et sur la statistique (Journal de Liouville, t. III), tous deux antérieurs de dix ans aux Recherches de 1838. Si bien que la conception que Cournot s'est formée de la causalité, de la loi, de la raison et du hasard, son probabilisme philosophique comme son réalisme critique ne sont pleinement intelligibles que si l'on tient compte de la place fondamentale qu'il a assignée aux mathématiques et plus précisément au calcul infinitésimal.

Dans les mathématiques, Cournot a vu une série de disciplines assises sur des notions particulières, délimitées avec précision, enchaînées avec rigueur, puis, ainsi que le relève L. Brunschvicg, citant d'ailleurs à plusieurs reprises, dans ses Étapes de la philosophie mathématique, le travail de Cournot De l'origine et des limites de la[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-V-Sorbonne, secrétaire général de L'Année sociologique

Classification

Pour citer cet article

Bernard VALADE. COURNOT ANTOINE AUGUSTIN (1801-1877) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références