COURNOT ANTOINE AUGUSTIN (1801-1877)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La théorie des chances et l'extension du probabilisme

Ce n'est cependant pas uniquement pour vaincre l'indifférence du public que Cournot renonça aux développements mathématiques. Il a refusé, en effet, de restreindre la science aux mathématiques pures et à la physique mathématique de Newton. À Kant, le logicien rigide, « le philosophe qui a sondé avec le plus de profondeur la question de la légitimité de nos jugements », Cournot a précisément reproché de mépriser tout ce qui ne comporte pas de déduction rigoureuse, de réputer incertain et sans valeur rationnelle tout ce qui n'admet pas la démonstration apodictique. Or, pour l'étude des phénomènes biologiques comme pour celle des phénomènes sociaux, récemment annexés par le positivisme, il lui apparut possible de procéder par voie d'induction probable et non de démonstration logique. Mais, avant même que son horizon scientifique fût élargi par son universelle curiosité, il s'était interrogé sur le degré de probabilité des lois mathématiques, considérées comme des hypothèses imaginées pour relier un certain nombre de faits retenus par l'observation, et que l'on estime susceptibles de pouvoir intégrer les faits qu'une observation ultérieure fera connaître.

Décisive, à cet égard, fut pour l'évolution de sa pensée, alors qu'il était au collège de Gray, la lecture de l'Exposition du système du monde de Laplace, et non moins décisive la rencontre de Poisson, l'auteur des Recherches sur la probabilité des jugements (1837), à l'amitié duquel il dut de passer, dès 1835, de l'enseignement à l'administration universitaire (nommé en 1834 professeur de mécanique et d'analyse à la faculté des sciences de Lyon, Cournot fut appelé l'année suivante aux fonctions de recteur de l'Académie de Grenoble ; inspecteur général des études mathématiques, il termina sa carrière à la tête du rectorat de Dijon, qu'il quitta en 1862). L'Exposition de la théorie des chances et des probabilités (1843), l'ouvrage fondamental de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages



Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-V-Sorbonne, secrétaire général de L'Année sociologique

Classification


Autres références

«  COURNOT ANTOINE AUGUSTIN (1801-1877)  » est également traité dans :

RECHERCHES SUR LES PRINCIPES MATHÉMATIQUES DE LA THÉORIE DES RICHESSES, Antoine Augustin Cournot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claire PIGNOL
  •  • 1 094 mots

Ignorées lors de leur publication en 1838, les Recherches sur les principes mathématiques de la théorie des richesses furent découvertes à partir des années 1880 par les fondateurs de l'approche marginaliste en économie, William Stanley Jevons, Léon Walras et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recherches-sur-les-principes-mathematiques-de-la-theorie-des-richesses/#i_28670

CONCURRENCE, économie

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 210 mots

Dans le chapitre « L'élaboration du modèle de concurrence parfaite »  : […] Ce modèle ne s'est pas construit en un jour. Son élaboration, au fil du temps, doit beaucoup à Anne Robert Jacques Turgot (1757), Adam Smith (1776) et David Ricardo (1817), qui vantèrent les avantages de la libre concurrence. Antoine Augustin Cournot (1838) opposa le concept de monopole à celui de « concurrence illimitée », avant que le modèle ne trouve une forme plus achevée chez Léon Walras (18 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concurrence-economie/#i_28670

CONTINGENCE

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 892 mots

Dans le chapitre « La contingence dans les sciences sociales »  : […] Il ne s'agit pas ici d'examiner le rôle que les grandes philosophies de l'histoire attribuent à l'idée de contingence, mais de considérer si, parmi les sciences sociales, il en est qui recourent à cette notion dans leurs descriptions concrètes ou leurs hypothèses explicatives. Si les sciences sociales, en effet, se dotent d'un concept de contingence, nous le trouverons soit dans la présentation ob […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contingence/#i_28670

DE LA MESURE DE L'UTILITÉ DES TRAVAUX PUBLICS, Jules Dupuit - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François ETNER
  •  • 1 173 mots

En France, vers 1820, le corps des ponts et chaussées avait incité à construire de nombreux canaux. Dix ans plus tard, l'entreprise s'avéra beaucoup moins utile que prévu et financièrement désastreuse : fallait-il incriminer les règles administratives qui chiffraient l'utilité des travaux publics ? En 1844, l'ingénieur Jules Dupuit (1804-1866) montre que ces règles exagéraient, en effet, l'utilité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-la-mesure-de-l-utilite-des-travaux-publics/#i_28670

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Marginalisme

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 2 032 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un socle conceptuel précurseur »  : […] Avant Jevons, Menger et Walras, un grand nombre d'économistes ont eu recours à un raisonnement de type marginaliste. Ces raisonnements étaient soit appliqués à des problèmes précis, soit perçus comme des instruments d'approfondissement des thèses de David Ricardo (1772-1823), sur la valeur et la répartition notamment. En 1838, dans ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-marginalisme/#i_28670

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Théorie néo-classique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 2 836 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mathématique et axiomatique »  : […] En termes de méthode, l'économie politique cherche à acquérir le statut de science. Pour atteindre cette scientificité, elle adopte le formalisme mathématique qui donne à la physique son ossature. C'est l'aboutissement d'un processus déjà engagé au début du xix e  siècle. En 1840, l'économiste allemand Johann Heinrich von Thünen (1783-1850) déri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-theorie-neo-classique/#i_28670

ÉLASTICITÉ, économie

  • Écrit par 
  • Alain-Pierre RODET
  •  • 667 mots

Notion qui fut cernée par Léon Walras (1834-1910) et Alfred Marshall (1842-1924), et mise en lumière par l'économiste français Augustin Cournot (1801-1877). Ce dernier conteste le théorème de base des auteurs classiques, lesquels considéraient une fois pour toutes que « le prix des choses est en raison inverse des quantités offertes et en raison directe des quantités demandées ». Cournot s'attache […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elasticite-economie/#i_28670

HASARD

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 6 801 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La théorie de Cournot »  : […] Antoine Augustin Cournot (1801-1877) a synthétisé les deux sens précédents du mot hasard en remarquant que le caractère fortuit de certains événements découle de ce que leurs causes antécédentes étaient indépendantes, alors que leurs effets brusquement se mêlent. « Une infinité de séries partielles, écrit-il, peuvent coexister dans le temps : elles peuvent se croiser, de manière qu'un même événeme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hasard/#i_28670

MATHÉMATIQUE ÉCOLE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • François ETNER
  •  • 2 774 mots

Dans le chapitre « Les grandes étapes de l'économie mathématique »  : […] En Angleterre, à la fin du xvii e  siècle, William Petty prône l'usage du calcul pour rationaliser l'action publique. Il nomme « arithmétique politique » sa méthode, l'appliquant à ce que l'on appellerait aujourd'hui de l'économie, de la démographie et de la statistique descriptives ( Political Arithmetick , 1690). On doit à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-economique-mathematique/#i_28670

OLIGOPOLE

  • Écrit par 
  • Michel LUTFALLA
  •  • 661 mots

Au contraire de celui de monopole, fort ancien, le terme d'oligopole est récent ; on le doit, semble-t-il, à E. H. Chamberlin. Auparavant, on utilisait les expressions : concurrence de deux ou plusieurs producteurs (A. Cournot), monopole incomplet, concurrence limitée. Le mot « oligopole » fait nettement ressortir la caractéristique de ce mode de concurrence qui est le petit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oligopole/#i_28670

TARDE GABRIEL (1843-1904)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 3 511 mots

Dans le chapitre « Les lois de l'imitation »  : […] La fascination exercée par les sciences exactes sur la sociologie naissante a été critiquée par Tarde. Il leur a néanmoins emprunté de nombreux exemples et n'a pas cessé d'affirmer que l'étude des faits sociaux doit aboutir à la formulation de lois d'une certitude mathématique. Sans doute aussi a-t-il dénoncé comme un leurre de la sociologie la construction de systèmes de type comtien. Mais c'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-tarde/#i_28670

WALRAS LÉON (1834-1910)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 2 559 mots

Dans le chapitre « L'héritage d'Auguste Walras et de Cournot »  : […] Dans la Notice autobiographique qu'il a commencé à rédiger en 1893 et qu'il a achevée en 1904, ainsi que dans plusieurs lettres ( Correspondance générale ), Léon Walras a rappelé le rôle primordial qu'ont joué dans le développement de sa pensée, d'une part, l'œuvre d' Antoine Augustin Cournot et, d'autre part, celle de son père, l'économiste et philosoph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-walras/#i_28670

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard VALADE, « COURNOT ANTOINE AUGUSTIN - (1801-1877) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-augustin-cournot/