PLACEBO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Produit sans activité pharmacologique mais présenté de façon identique au produit actif, ce qui permet de tester la validité de ce dernier dans un essai thérapeutique.

Il n'est pas rare qu'un malade se voie soulagé de ses douleurs ou bénéficie d'un sommeil réparateur après avoir pris un comprimé de sucre, de lactose, voire de mie de pain, prescrit par un soignant et revêtu, pour la circonstance, du nom et des apparences d'une spécialité pharmaceutique « sérieuse ». Connu depuis toujours (et très familier aux ethnographes ainsi qu'aux historiens de la médecine), ce phénomène baptisé « effet placebo » (du latin : « je plairai », sous-entendu : « à qui me demande de prescrire... ») a été mis en lumière notamment par E. Bernheim au cours de ses recherches sur la suggestion, dont le placebo constitue, avec l'hypnose, une des figures majeures.

Renvoyer l'effet placebo à la suggestion ne fait cependant que troquer un mot énigmatique pour un autre et recouvrir du manteau de Noé une réalité clinique dérangeante. Si le placebo s'est vu pris en compte par la littérature scientifique depuis les années quarante (à partir de l'article de O. H. P. Pepper, « Note on Placebo », in Tr. and Stud. Coll. Physicians, no 13, pp. 81 et 82, Philadelphie, 1945, et in Amer. Journ. Pharm., 1945, pp. 409-412), cela n'est point sans réticence : la profusion des mises en évidence expérimentales n'a d'égale, en effet, que l'absence de théorisation originale en la matière.

À vrai dire, cela n'a rien d'étonnant : l'effet placebo — qui semble se situer à mi-chemin de la science positive et de la magie — laisse le chercheur épistémologiquement désorienté. La spécificité du phénomène est alors renvoyée, dans le vague, à la généralité de la théorie du stress ou à celle du réflexe conditionné. La psychanalyse elle-même élude prudemment la question. L'expérimentation — très étoffée — est, en réalité, le fait du législateur qui, dans la plupart des pays, a voulu voir préalablement comparé avec celui d'un placebo de même aspect l'effet clinique de tout nouveau médicament introduit sur le marché (expérimentation en double blind, c'est-à-dire à l'insu tant de la personne qui administre le médicament supposé que de celle qui le reçoit : cela pour éviter les effets de suggestion indirecte).

Les difficultés et les résistances qui s'opposent à l'approche théorique de la question du placebo n'ont pas empêché, depuis les années quarante, une remarquable convergence des données statistiques. On assiste ordinairement à l'apparition d'un effet placebo dans 33 p. 100 environ des cas considérés dans la première phase d'une expérience, ce qui fait, après coup, classer les sujets en « placebo répondants » et en « placebo non répondants », le premier groupe se subdivisant lui-même en « répondants positifs » et en « répondants négatifs » (c'est-à-dire présentant des effets secondaires pénibles, parfois même violents, consécutifs à l'administration du placebo : réaction qualifiée de « nocebo »).

On sait, depuis peu, que les effets subjectifs et cliniquement observables produits chez les sujets répondants se soutiennent de modifications internes bien réelles. Ainsi, par exemple, J. D. Levine (« The Mecanism of Placebo Analgesia », in Lancet, sept. 1978, pp. 654-657) a montré que les effets analgésiques placebo, induits après une extraction dentaire, allaient de pair avec une production d'endorphines par l'organisme chez les sujets se disant soulagés. Il y a longtemps, à vrai dire, qu'on savait, sans avoir pu en tirer toutes les conséquences, que rien n'échappe, au plus profond du corps, à l'influence du système nerveux central et donc à celle de l'univers relationnel tout entier d'un individu (à un niveau sensoriel élémentaire, les premiers disciples de Pavlov avaient déjà réussi à conditionner jusqu'aux défenses immunitaires de certains animaux !).

Énigmatique, l'effet placebo n'a donc rien d'éthéré. Sa réalité parcourt en filigrane — bien qu'à son insu officiellement — toute la pratique médicale : soit qu'il potentialise, soit qu'il hypothèque l'effet spécifique des interventions et des remèdes. Loin d'être un « faux médicament », il constitue en quelque sorte le « médicament à l'état pur », dans la mesure où l'acte soignant le plus technique se voit toujours lesté, à la base, d'un poids symbolique et relationnel quelquefois déterminant (comme en témoigne l'importance, par exemple, de l'accréditation sociale de celui qui prescrit la médication). Dans le mode d'action du placebo, les anthropologues reconnaissent ce que C. Lévi-Strauss a désigné du nom d'« efficacité symbolique », et les psychanalystes la complexe interrelation entre la parole, le désir et le corps, telle que Freud leur a appris à l'entendre. Quant aux médecins de l'ère scientifique, ils sont ramenés, par ce phénomène faussement latéral, à la richesse et à la redoutable complexité de leur statut. La réflexion psychosomatique classique, enfin, trouve là de quoi s'élargir vers ce que P. Benoit (« Du médical en tant qu'objet », in Lettres de l'école freudienne de Paris, Actes du colloque de Rome, 1974, pp. 109-118) appelle une « métabiologie ».

C'est à deux médecins de Nancy, P. Kissel et D. Barrucand, que l'on doit le seul ouvrage de synthèse sur la question du placebo (Placebos et effet placebo en médecine, Masson, Paris, 1964). Après avoir passé plusieurs définitions en revue, ils proposent celle-ci : « Mesure thérapeutique d'efficacité intrinsèque nulle ou faible, sans rapport logique avec la maladie, mais agissant, si le sujet pense recevoir un traitement actif, par un mécanisme psychologique ou psycho-physiologique. »

F. Martens (« Effet placebo et transfert », in Psychoanalyse, no 1, pp. 38-62, Bruxelles, 1984), qui a tenté une théorisation psychanalytique en termes d'espace transitionnel, de « régression fœtale » et de « transfert placentaire » à la faveur de la maladie et de la prise en charge thérapeutique, suggère, à la lumière de constatations ethnographiques et cliniques convergentes, d'élargir ainsi cette définition : « ... ou même, dans certains cas, si le sujet, prenant le placebo en connaissance de cause, appartient à un milieu (par exemple médical) où son efficacité est ordinairement constatée ».

Quant à l'effet placebo au sens large — présent dans toute intervention thérapeutique et non réductible à tel ou tel objet placebo —, il est, disent Kissel et Barrucand, « lors de l'administration d'une drogue active, la différence entre la modification constatée et celle qui est imputable à l'action pharmacodynamique de la drogue ». (Voir aussi : A. K. Shapiro, « Placebo Effects in Medicine, Psychotherapy and Psychoanalysis », in Bergin and Garfield dir., Handbook of Psychotherapy and Behavioural Change, New York, 1971.)

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PLACEBO  » est également traité dans :

HOMÉOPATHIE

  • Écrit par 
  • Olivier FAURE
  •  • 7 629 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La construction doctrinale de Samuel Hahnemann »  : […] Le fondateur de la doctrine ne fut ni le génie que décrivent ses thuriféraires ni l’illuminé présenté par ses détracteurs. Samuel Hahnemann, né à Meissen en Saxe en 1755 dans une famille de peintres sur porcelaine, fait ses études secondaires dans cette ville avant d’entreprendre des études de médecine, d’abord à Leipzig puis, déçu par un enseignement très théorique, à Vienne, qui était alors la M […] Lire la suite

PHARMACOLOGIE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES, 
  • Jérôme BARRE, 
  • Pierre BECHTEL, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Georges HOUIN, 
  • Henri SCHMITT, 
  • Jean-Paul TILLEMENT
  •  • 20 279 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Méthode du simple aveugle »  : […] Le médecin connaît, le malade ignore quel type de produit est administré. On supprime dans ce cas la composante psychologique du malade. Selon la maladie traitée et les possibilités techniques, on utilise simultanément le médicament nouveau et un médicament de référence ou un placebo. Pour tous les cas, les voies et le rythme d'administration sont parfaitement superposables. Les malades sont répa […] Lire la suite

Pour citer l’article

Francis MARTENS, « PLACEBO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/placebo/