PLACEBO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Produit sans activité pharmacologique mais présenté de façon identique au produit actif, ce qui permet de tester la validité de ce dernier dans un essai thérapeutique.

Il n'est pas rare qu'un malade se voie soulagé de ses douleurs ou bénéficie d'un sommeil réparateur après avoir pris un comprimé de sucre, de lactose, voire de mie de pain, prescrit par un soignant et revêtu, pour la circonstance, du nom et des apparences d'une spécialité pharmaceutique « sérieuse ». Connu depuis toujours (et très familier aux ethnographes ainsi qu'aux historiens de la médecine), ce phénomène baptisé « effet placebo » (du latin : « je plairai », sous-entendu : « à qui me demande de prescrire... ») a été mis en lumière notamment par E. Bernheim au cours de ses recherches sur la suggestion, dont le placebo constitue, avec l'hypnose, une des figures majeures.

Renvoyer l'effet placebo à la suggestion ne fait cependant que troquer un mot énigmatique pour un autre et recouvrir du manteau de Noé une réalité clinique dérangeante. Si le placebo s'est vu pris en compte par la littérature scientifique depuis les années quarante (à partir de l'article de O. H. P. Pepper, « Note on Placebo », in Tr. and Stud. Coll. Physicians, no 13, pp. 81 et 82, Philadelphie, 1945, et in Amer. Journ. Pharm., 1945, pp. 409-412), cela n'est point sans réticence : la profusion des mises en évidence expérimentales n'a d'égale, en effet, que l'absence de théorisation originale en la matière.

À vrai dire, cela n'a rien d'étonnant : l'effet placebo — qui semble se situer à mi-chemin de la science positive et de la magie — laisse le chercheur épistémologiquement désorienté. La spécificité du phénomène est alors renvoyée, dans le vague, à la généralité de la théorie du stress ou à celle du réflexe conditionné. La psychanalyse elle-même élude prudemment la question. L'expérimentation — très étoffée — est, en réalité, le fait du législateur qui, dans la plupart des pays, a voulu voir préalablement comparé avec celui d'un placebo de même aspect l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PLACEBO  » est également traité dans :

HOMÉOPATHIE

  • Écrit par 
  • Olivier FAURE
  •  • 7 527 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La construction doctrinale de Samuel Hahnemann »  : […] Le fondateur de la doctrine ne fut ni le génie que décrivent ses thuriféraires ni l’illuminé présenté par ses détracteurs. Samuel Hahnemann, né à Meissen en Saxe en 1755 dans une famille de peintres sur porcelaine, fait ses études secondaires dans cette ville avant d’entreprendre des études de médecine, d’abord à Leipzig puis, déçu par un enseignement très théorique, à Vienne, qui était alors la M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homeopathie/#i_31820

PHARMACOLOGIE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES, 
  • Jérôme BARRE, 
  • Pierre BECHTEL, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Georges HOUIN, 
  • Henri SCHMITT, 
  • Jean-Paul TILLEMENT
  •  • 20 274 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Méthode du simple aveugle »  : […] Le médecin connaît, le malade ignore quel type de produit est administré. On supprime dans ce cas la composante psychologique du malade. Selon la maladie traitée et les possibilités techniques, on utilise simultanément le médicament nouveau et un médicament de référence ou un placebo. Pour tous les cas, les voies et le rythme d'administration sont parfaitement superposables. Les malades sont répa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharmacologie/#i_31820

Pour citer l’article

Francis MARTENS, « PLACEBO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/placebo/