AMÉRIQUE LATINELittérature hispano-américaine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un panorama des lettres hispano-américaines peut-il être autre chose qu'une juxtaposition de vues sur les littératures propres à chacune des nations qui forment l'Amérique hispanique ? On pourrait d'abord en douter. Pourtant, quelles que soient les différences dues à la diversité des climats, des sources et des modes de peuplement, à l'inégalité de l'évolution économique et sociale, ce sont, du point de vue littéraire, les ressemblances qui, de beaucoup, l'emportent. Elles sont essentiellement le résultat de trois siècles de domination espagnole, autant que d'un effort commun et simultané pour s'en libérer. Cette émancipation accomplie, la tradition espagnole n'en a pas moins subsisté dans la religion, les mœurs, les goûts et, par-dessus tout (malgré des différences dialectales qui vont d'ailleurs s'effaçant) dans la langue. Certes – contre le vœu du libérateur Bolivar –, les nouvelles nations issues du démembrement de l'ancien empire espagnol ont, en général, moins cultivé le sentiment de leur unité que celui de leurs particularismes. Aujourd'hui encore la définition, toujours inachevée, de leur identité nationale (« mexicanité », « péruvianité », « argentinité », etc.) offre aux littérateurs un thème inépuisable de spéculations plus ou moins arbitraires. Mais pour qui observe de l'extérieur cette vaste partie du monde, le développement des lettres y apparaît remarquablement analogue en ce qu'il résulte d'une évolution politique très similaires : passage brusque d'une économie agraire quasi féodale aux formes modernes du capitalisme ; dictatures nées de coups d'État ou de révolutions avortées ; conflits entre nations limitrophes ; et, plus récemment, résistance à l'impérialisme nord-américain – autant de facteurs qui ont déterminé chez les écrivains de ces nations un état d'inquiétude et de mobilisation permanente, moins favorable à l'exercice des lettres pures qu'à celui d'une littérature d'action. Aussi bien, malgré des exceptions (notamment au début de la période dite moderniste), ce caractère militant fut et reste l'un des traits saillants et communs de la littérature en prose.

On note, d'autre part, le fait que la ligne de démarcation est moins nette qu'en d'autres lieux entre la prose et la poésie, la plupart des écrivains qui comptent ayant été à la fois poètes et prosateurs (le cas de D. F. Sarmiento, J. Montalvo ou J. E. Rodó, qui n'ont guère écrit qu'en prose, est exceptionnel). Et si la poésie fut et continue d'être largement pratiquée presque partout, ainsi que la littérature historique, la narration brève et l'essai, en revanche le roman proprement dit n'est guère apparu que dans la seconde moitié du xixe siècle. Quant à la littérature dramatique, elle est généralement négligeable.

Autre caractéristique, la proportion élevée d'auteurs importants ayant exercé des fonctions diplomatiques et consulaires (R. Darío, A. Blest Gana, A. Reyes, M. A. Asturias, P. Neruda, O. Paz, etc.) contribue à manifester les liens qui existent, d'une part entre la culture proprement hispano-américaine et celle du dehors, et, d'autre part, entre la littérature et la politique.

On ne saurait trop insister sur ces liens. À la différence des hommes de lettres européens, les auteurs hispano-américains se définissent moins en fonction de telle esthétique ou de telle idéologie que par l'importance relative qu'ils donnent à l'idéologie et à l'esthétique ; moins par la préférence qu'ils donnent à telle ou telle littérature étrangère que par leur ouverture – ou leur opposition – aux influences étrangères, d'où qu'elles viennent. Au reste, dans la mesure où les écrivains participent aux luttes politiques et sociales, la plupart tendent à adopter des positions réformistes ou franchement révolutionnaires, et ceux qui se désintéressent de ces luttes s'avouent de moins en moins conservateurs ou réactionnaires, alors que les gouvernements de leur pays le sont pour la plupart. D'où le nombre assez considérable de ceux qui ont vécu, de gré ou de force, hors de leurs frontières (éventuellement dans l'exil plus ou moins doré de quelque ambassade).

C'est notamment parmi ceux-là qu'on retrouve, opposé aux nationalismes à vues courtes, un patriotisme subcontinental analogue à celui qui animait leurs ancêtres aux origines de l'Indépendance.

Antécédents et période coloniale

Les vestiges précolombiens

Encore qu'elles n'aient rien d'« hispanique », on se résignerait mal à passer sous silence les manifestations littéraires des populations aborigènes. Mais ce qu'en ont préservé ou reconstitué les chroniqueurs, espagnols ou métis, des premiers temps qui suivirent la conquête, ainsi que les recherches des érudits de notre temps, forme un corpus réduit et d'authenticité discutable, étant donné l'absence d'écriture proprement dite, même dans les cultures précolombiennes les plus évoluées. Tels vestiges de la lyrique aztèque (cf. les ouvrages d'Angel María Garibay) et tels livres sacrés de l'aire maya-quiché (Popol Vuh, Livres de Chilam Balam) permettent de s'en faire une assez haute idée. Mais, une fois passé l'étonnement de la découverte, les clercs qui les avaient recueillis et l'administration vice-royale ont surtout pris à tâche de substituer dans tous les domaines, ad majorem Dei gloriam, aux survivances des âges païens la culture catholique de la Péninsule. Au Pérou, la Chronique de Huamán Poma de Ayala et les émouvants Comentarios reales du métis Garcilaso de la Vega, dit l'Inca (xvie siècle), témoignent presque seuls d'une collaboration hispano-indienne restée sans lendemain.

Chronique de Felipe Huamán Poma de Ayala

Photographie : Chronique de Felipe Huamán Poma de Ayala

En 1615, le chroniqueur métis Felipe Humán Poma de Ayala dresse, au travers de son ouvrage remarquablement illustré El Primer Nueva Corónica y Buen Gobierno, un tableau historique et quasi ethnographique des Andes préhispaniques et coloniales doublé d'un violent réquisitoire contre les... 

Crédits : Bibliothèque Royale, Copenhague

Afficher

La littérature coloniale

Au demeurant, malgré la fondation des premières universités (à Saint-Domingue, puis à Lima) et l'introduction de l'imprimerie (à Mexico en 1537), la culture demeura le privilège d'une minorité espagnole ou créole, tandis que les masses corvéables demeuraient analphabètes. Pendant presque toute la période coloniale, la littérature hispano-américaine ne représente donc qu'un chapitre de la littérature espagnole, qui la revendique à juste titre.

L'apport le plus original y est constitué par l'histoire de la conquête et la description des territoires et des peuples conquis. Aux relations des découvreurs et des conquérants (Colomb, Cortés, Bernal Díaz del Castillo), s'ajoutent celles des missionnaires (le franciscain Bernardino de Sahagún, le jésuite José de Acosta). Parmi ces derniers écrits, une place à part revient à ceux, courageux – notamment la Brevísima Relación de la destrucción de las Indias (1542) –, du père dominicain Bartolomé de Las Casas, défenseur des Indiens (sinon des Noirs...), tant pour leur éloquence que pour la générosité qui les anime.

Graduellement, au propos documentaire et apostolique, s'ajoutent des desseins proprement littéraires, sous l'influence nota [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 25 pages

Médias de l’article

Chronique de Felipe Huamán Poma de Ayala

Chronique de Felipe Huamán Poma de Ayala
Crédits : Bibliothèque Royale, Copenhague

photographie

Octavio Paz

Octavio Paz
Crédits : Fred R. Conrad/ New York Times Co./ Getty Images

photographie

Pablo Neruda

Pablo Neruda
Crédits : Hulton Getty

photographie

Julio Cortázar

Julio Cortázar
Crédits : Francois Lehr/ Gamma-Rapho via Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne
  • : maître de conférences à la faculté des lettres et sciences humaines d'Amiens
  • : professeur émérite, université de Paris-III-Sorbonne nouvelle
  • : agrégé d'espagnol, maître de conférences honoraire à l'université de Toulouse-II-Le Mirail

Classification

Autres références

«  AMÉRIQUE LATINE  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Georges COUFFIGNAL
  •  • 547 mots

Le continent américain doit son nom au navigateur florentin Amérigo Vespucci qui fit pour l'Espagne et le Portugal plusieurs expéditions dans le Nouveau Monde découvert par Christophe Colomb. Il apparaît pour la première fois en France, il y a cinq siècles, dans un ouvrage publié à Saint-Dié, en 1507. L'adjectif « latine » accolé au mot Amérique est plus récent et date du milieu du […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Évolution géopolitique

  • Écrit par 
  • Georges COUFFIGNAL
  •  • 7 479 mots

En dépit de ses évidentes disparités, il n'est pas vain de continuer à considérer cette région du monde comme un ensemble où les convergences, en termes géopolitiques, l'emportent sur les différences, qu'il s'agisse de l'histoire des relations entre les deux parties du continent, des modes de développement économiques, du tournant opéré dans les années 1980 en matière économique et politique, ou d […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE, économie et société

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL
  •  • 13 692 mots
  •  • 23 médias

Avec 20 418 000 kilomètres carrés, l'ensemble latino-américain couvre 15 p. 100 des terres émergées, soit une superficie équivalente à celle de l'ex-URSS ou du groupe États-Unis–Canada ; en 2016, il comptait 640 millions d'habitants, soit 8,5 p. 100 de la population mondiale et un peu plus d'un dixième de celle des pays en développement. Rappelons, en comparaison, que l'Asie (sans le Moyen-Orient) […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - La question indienne

  • Écrit par 
  • David RECONDO
  •  • 2 811 mots
  •  • 3 médias

C'est au début des années 1980 qu'un mouvement panindien émerge en Amérique latine. Au Mexique, mais aussi au Guatemala, en Colombie, en Équateur, au Pérou et en B […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Rapports entre Églises et États

  • Écrit par 
  • Jean Jacques KOURLIANDSKY
  •  • 6 707 mots
  •  • 2 médias

Le 12 octobre 1492, Christophe Colomb venait à peine de poser le pied sur une plage des Amériques qu'il y plantait une croix au nom des Rois catholiques. Le geste était symbolique. Il a marqué une hiérarchie de rapports entre souverains et autorités religieuses, un lien étroit entre politique et religion, qui se sont perpétués en Amérique latine pe […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 190 mots
  •  • 1 média

Les Africains conduits en esclavage en Amérique ont amené avec eux leurs croyances et leurs rites. Certes, en beaucoup de pays, au contact de civilisations différentes et de sociétés répressives, ces croyances et ces rites, après un moment de résistance (par exemple, en […] Lire la suite

ALLIANCE POUR LE PROGRÈS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 920 mots

Créée le 13 mars 1961 à Washington, l'Alliance pour le progrès (Alianza para el progreso) est lancée en août par la conférence de Punta del Este qui définit ses objectifs et ses organes d'exécution. L'effort entrepris s'inscrit dans la ligne politique inaugurée par les États-Unis, en 1895, lors de la première conférence panaméricaine de Washington et prolongée juridiquement par l'adoption en avril […] Lire la suite

AMAZONE, fleuve

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 2 327 mots
  •  • 1 média

Un peu plus long que le Nil, avec les 7 025 km de son cours, l'Amazone se place au premier rang, parmi les fleuves du monde, pour l'étendue de la superficie drainée : environ 6 millions de kilomètres carrés qui se répartissent sur six États d'Amérique latine. Sa supério rité est encore plus manifeste en ce qui concerne l'abondance de l'alimentation : le débit moyen à l'embouchure représente cinq f […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 056 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les apports humains de la conquête »  : […] Bien qu'il soit à peu près certain que, vers 985, un Scandinave, Erik le Rouge, ait établi les premiers centres de colonisation sur la côte du Groenland, les terres américaines n'entrent officiellement dans l'histoire qu'après la découverte de Christophe Colomb, en 1492. Mais cet événement ne fut pas suivi immédiatement d'une colonisation généralisée. Si les Espagnols et les Portugais commencère […] Lire la suite

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 336 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Amérique latine »  : […] L'influence des idées anarchistes en Amérique latine, principalement en Argentine, s'est fait sentir avec la pénétration des théories bakouniniennes. Un centre de propagande ouvrière édita en 1879 un opuscule, Una idea , exposant les conceptions de Bakounine. Les journaux El Descamisado , « athée et anarchiste » (1879), La Vanguardia d'Eduardo Camaño (1879), La Lucha obrera , anarchiste collectivi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Albert BENSOUSSAN, Michel BERVEILLER, François DELPRAT, Jean-Marie SAINT-LU, « AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-litterature-hispano-americaine/