SARMIENTO DOMINGO FAUSTINO (1811-1888)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est à San Juan, aux pieds des Andes, qu'est né Domingo Faustino Sarmiento. Issu d'une famille modeste, après avoir choisi l'exil, au Chili, pour combattre pendant douze ans le dictateur installé à Buenos Aires, il devient député, sénateur, ministre d'État, ambassadeur aux États-Unis, président de la République. Comme ses compatriotes, Sarmiento, dans ses articles consacrés au théâtre, à l'opéra, à la peinture, se montre partisan de la théorie de l'art social. Disciple du Madrilène Mariano José de Larra, qui se moquait d'une société espagnole archaïque, il s'amuse à brosser, avec une verve qu'aucun autre écrivain satirique hispano-américain n'égale, des scènes de la vie chilienne ou argentine, déplorant la sauvagerie des corridas et des fêtes de carnaval, le mauvais état des routes ou des abattoirs, les méfaits des préjugés. Malgré son admiration pour la civilisation, il laisse percer, dans son Facundo (1845), sa sympathie, voire son estime, à l'égard des gauchos. Ce livre et Souvenirs de province (Recuerdos de provincia, 1850) fourmillent de détails pittoresques sur la campagne argentine. La description des us et coutumes est pour lui un moyen d'exposer une réalité qu'il cherche à expliquer.

Croyant au « progrès continu » et ayant pour souci fondamental l'accession de la jeune Argentine au groupe des « nations civilisées », Sarmiento restera toute sa vie un journaliste, dans le plus noble sens du mot, et un éducateur. Au Chili, en 1842, on confie à cet étranger la direction de la première école normale d'instituteurs de l'Amérique de langue espagnole. En 1845, il se rend en Europe, puis aux États-Unis, pour étudier les systèmes d'enseignement en vigueur. Auparavant, il a fait adopter par l'université de Santiago une simplification de l'orthographe imaginée pour que le plus grand nombre possible d'individus apprenne facilement à lire ou à écrire. Défenseur acharné de l'enseignement laïque, ce franc-maçon qui a soutenu la cause des protestants au Chili et la liberté de pensée, t [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  SARMIENTO DOMINGO FAUSTINO (1811-1888)  » est également traité dans :

ALBERDI JUAN BAUTISTA (1810-1884)

  • Écrit par 
  • Sylvie LÉGER
  •  • 578 mots

Écrivain argentin. Avocat, journaliste rédacteur du journal El Mercurio , Alberdi émigra à Montevideo après avoir étudié au Chili. Son œuvre de penseur et de jurisconsulte est considérable ; engagé politiquement, il appartient à l' Asociación de Mayo et publie plusieurs pamphlets contre le dictateur Rosas. Comme tous les écrivains de son groupe, i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-bautista-alberdi/#i_6075

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Une littérature d'action »  : […] Les grands combats menés à partir de 1810 pour soustraire les Indes occidentales à la tutelle de l'Espagne ont d'abord éclipsé, pendant un quart de siècle, toute littérature qui ne fût pas militante. Pendant cette période, les lettres célèbrent ou orientent l'action quand elles ne se confondent pas avec elle. L'éloquence du libérateur Simón Bolívar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-latine-litterature-hispano-americaine/#i_6075

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 35 811 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La mise en place des structures de l'Argentine moderne (1852-1880) »  : […] Caseros annonce une étape nouvelle dans le développement de l'Argentine. Les vainqueurs du dernier des grands caudillos – le seul qui entrevit ce que pouvait être une dictature populaire de style moderne – sentent l'urgence de rendre à ce qui reste de l'ancienne vice-royauté une structure équilibrée. Ils s'attachent à organiser enfin sur des bases […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/argentine/#i_6075

GAUCHESQUE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 302 mots

Genre poétique hispano-américain qui imite les payadas (ballades que chantaient traditionnellement, sur accompagnement de guitare, les gauchos errants en Argentine et en Uruguay). Le terme inclut, par extension, le fonds littéraire sud-américain qui traite du mode de vie et des conceptions des gauchos. Le gaucho, qui avait longtemps fait partie de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-gauchesque/#i_6075

HERNÁNDEZ JOSÉ (1834-1886)

  • Écrit par 
  • Jean ANDREU
  •  • 1 532 mots

Dans le chapitre « Civilisation ou barbarie ? »  : […] À la suite de la lutte d'indépendance, l'Argentine se trouve brusquement confrontée à elle-même. Elle s'engage dans une longue guerre civile, où interviennent des particularismes régionaux, des ambitions personnelles et des intérêts économiques peu avouables, avant d'atteindre un semblant d'unité nationale. Deux conceptions politiques s'affrontent  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-hernandez/#i_6075

Pour citer l’article

Paul VERDEVOYE, « SARMIENTO DOMINGO FAUSTINO - (1811-1888) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/domingo-faustino-sarmiento/