BLEST GANA ALBERTO (1830-1920)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Diplomate et écrivain chilien, Blest Gana vit en France, de 1847 à 1851, puis aux États-Unis et à Londres. C'est la lecture de Balzac qui éveille sa vocation de romancier. Considéré comme l'un des premiers réalistes, son œuvre recouvre tout un cycle de la vie chilienne, de l'indépendance au début du xxe siècle, avec les mouvements sociaux de la classe moyenne, la politique matrimoniale, les coutumes de Santiago, le pouvoir de l'argent, les conflits entre la petite bourgeoisie et l'oligarchie. De sa première époque créatrice, trois romans sont importants : La Aritmética del amor (1860) révèle sa profonde connaissance de l'ambiance de la classe moyenne provinciale ; il la présente comme peu sensible aux beautés de la nature. Martín Rivas (1862) est une caricature de la haute société ; il décrit le soulèvement de 1851 et mêle les affrontements sociaux aux problèmes amoureux. L'Idéal d'un noceur (El Ideal de un calavera, 1863) est une peinture de mœurs, romantique par sa tonalité, fort éloignée des premiers élans balzaciens malgré une intention réaliste. Après trente ans de silence, Blest Gana publie son œuvre maîtresse : Durante la Reconquista (1897). L'action commence à la veille de la bataille de Roncagua et se poursuit jusqu'à celle de Chacabuco (soit de 1814 à 1817) ; dans cette fresque grandiose, les passions politiques viennent aussi contrecarrer les liens amoureux. Los Trasplantados (1904) est une satire de la haute société chilienne et sud-américaine qui méprise sa propre patrie tout en étant méprisée par l'aristocratie européenne. Estero le fou (El Loco Estero, 1909) est le roman le plus fin, le plus épuré de Blest Gana, où il évoque avec nostalgie ses souvenirs d'enfance et d'adolescence, la figure de son père étant incarnée par l'un des personnages. Gladys Fairfield (1912), qu'il écrit à quatre-vingt-deux ans, constitue malgré l'utilisation de certains procédés réalistes un retour au romantisme par la manière de situer les caractères. L'œuvre de Blest Gana, tout en rupture et en évolution, est considérable, en qualité et en quantité, malgré les fréquents relâchements du style.

—  Sylvie LÉGER

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BLEST GANA ALBERTO (1830-1920)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La naissance du roman »  : […] Le roman n'est apparu en Amérique latine que vers le milieu du xix e  siècle. Espagnol, étranger ou local, ce genre y fut quasiment inconnu pendant toute l'ère coloniale. Le fait s'explique en partie par certaines ordonnances royales qui prohibaient aux Indes occidentales l'introduction – a fortiori la production – des ouvrages de fiction, soupçonnés de corrompre l'esprit et les mœurs des natifs ( […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sylvie LÉGER, « BLEST GANA ALBERTO - (1830-1920) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alberto-blest-gana/