Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AMÉRINDIENS Amérique du Nord

Au xvie siècle, explorateurs, trafiquants, conquistadores européens n'ont nullement rencontré un monde primitif et désert ; la population indigène, 12 millions de personnes au minimum, vivait des ressources locales, ne connaissait pas de mortalité endémique et précoce mais bénéficiait d'une bonne santé générale. La natalité était faible, les populations prospères. Par ailleurs, ils étaient fort peu absorbés par les tâches productives.

Les premières nations

Une économie rationnelle et diversifiée

Les économies tribales n'étaient nullement conduites au jour le jour mais extrêmement diverses ; qu'il s'agisse de l'agriculture (régions à l'est des Plaines, au sud des Grands Lacs, le long des fleuves et points d'eau des régions arides du Sud-Ouest), de la chasse (régions subarctiques et du Nord), de la pêche (côte pacifique et rivières à saumon), de la collecte (Californie), ces économies reposaient sur une organisation rationnelle et un savoir considérable. On a dénombré 1 000 espèces végétales et 1 500 espèces animales entrant dans l'alimentation. Les Indiens utilisaient des méthodes de conservation et de stockage, intervenaient de façon discrète sur le milieu. Ces économies ne visaient pas à surproduire, à exploiter le monde en vue d'un profit ; elles ignoraient toute spécialisation dans la division du travail, y compris entre sexes. Aucune tribu ne s'appuyait sur un seul type de ressources, mais exploitait selon les circonstances le plus grand nombre de celles-ci, ce qui limitait les risques de pénurie et assurait à la communauté, à chaque groupe domestique, une totale autonomie. Les Indiens se rencontraient fréquemment d'un peuple à l'autre ; on peut suivre de longues routes commerciales du Texas à la Californie, du Saint-Laurent aux Plaines. Des peuples nomades, tels les Apaches, occupant les Plaines, et des peuples sédentaires, tels les Pueblos agriculteurs du Nouveau-Mexique se rencontraient chaque hiver lorsque les premiers venaient apporter viande, peaux, sel aux seconds et en recevaient maïs, poteries, tissus de coton.

Les économies indiennes dans leur diversité reposaient sur des choix, des actes de liberté, une conception différente de celle des Européens ; si les Indiens du xvie siècle ont une curiosité enjouée pour les outils, les armes de leurs visiteurs, ils ne montrent pas d'avidité à les posséder. Ici et là ils ajoutent blé et plantes à leur agriculture, les Navajos élèvent des moutons, d'autres adoptent le cheval, Navajos et Pueblos l'orfèvrerie, tout cela témoigne du sens économique indigène tourné vers le plaisir de vivre et non vers l'avoir.

Un univers non conflictuel

Il y avait avant l'arrivée des Européens 2 000 langues indigènes. Beaucoup d'Indiens connaissaient 2 ou 3 langues, et il existait des moyens de communication intertribaux, langages par signes ou langues internationales. L'habitat était dispersé, les concentrations humaines permanentes de quelques milliers de personnes étaient rares. Il n'y avait nulle organisation politique apparente au-delà des communautés locales, nulle trace de pouvoir centralisé. Ce monde avait sa propre logique, support ou expression d'une vision du monde. Il est courant de dire que la vie indigène, dominée par la religion, était essentiellement magique et caractérisée par l'insuffisance du développement technique ; or les techniques indigènes n'étaient nullement rudimentaires, elles visaient à d'autres fins que la technologie européenne. Ces religions étaient dans leur expression extrêmement variées, ce dont les Indiens ne s'offusquaient pas, pas plus qu'ils ne cherchaient à étendre leurs propres croyances.

C'est ainsi qu'ils ont accueilli les missionnaires chrétiens, ne faisant pas obstacle à leurs entreprises aussi longtemps[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur adjointe, département d'anthropologie, université de Montréal
  • : maître de conférences à l'université de Paris-VII (U.F. d'anthropologie-ethnologie)
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

États-Unis, XIX<sup>e</sup> siècle

États-Unis, XIXe siècle

Reddition de Geronimo

Reddition de Geronimo

Leçons d'agriculture

Leçons d'agriculture

Autres références

  • ALLEN PAULA GUNN (1939-2008)

    • Écrit par Universalis
    • 566 mots

    Poétesse, romancière et essayiste américaine, Paula Gunn Allen mêle dans son œuvre les influences du féminisme et de ses racines amérindiennes.

    Paula Gunn Allen, née Paula Marie Francis le 24 octobre 1939 à Albuquerque, au Nouveau-Mexique, est la fille d'un Américain d'origine libanaise et d'une...

  • AMÉRIQUE LATINE - La question indienne

    • Écrit par David RECONDO
    • 2 825 mots
    • 2 médias

    C'est au début des années 1980 qu'un mouvement panindien émerge en Amérique latine. Au Mexique, mais aussi au Guatemala, en Colombie, en Équateur, au Pérou et en Bolivie, des organisations dirigées par une élite souvent éduquée à la ville élaborent des revendications qui vont au-delà...

  • AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

    • Écrit par Jean-Pierre BERTHE
    • 21 855 mots
    • 13 médias
    ...main-d'œuvre, car les colons entendent bien ne pas travailler de leurs mains les terres et les mines. Étrangers aux conceptions européennes du travail, les Indiens, par ailleurs pressurés et exploités, fuient les entreprises espagnoles. Le gouverneur organise bientôt le travail forcé en concédant aux colons...
  • AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

    • Écrit par Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, Danièle LAVALLÉE, Catherine LEFORT
    • 18 105 mots
    • 9 médias
    ...maintes hésitations, reconnaître le statut d'homme (bulle du pape Paul III en 1537), se fondent donc sur la Bible et les textes des auteurs grecs et latins. C'est ainsi que les « Indiens » d'Amérique sont tour à tour considérés comme descendants des Assyriens, des Phéniciens, des Égyptiens, des Hébreux, des...
  • Afficher les 32 références

Voir aussi