AMÉRINDIENSAmérique du Nord

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La révolution américaine

Ce monde de colons venus d'Europe avec l'espoir d'une vie ou d'un monde nouveau n'ont recréé en Amérique que ce qu'ils avaient connu en Europe et avaient fui, les oppressions sociales, politiques ou religieuses. Ces contradictions aboutissent à la révolution américaine, ultime et vaine tentative de retrouver ce rêve de liberté, qui écrase ceux qui auraient pu les aider, les Indiens. Le gouvernement fédéral des nouveaux États-Unis intervient pour obtenir des Indiens des traités de cession, mais ces traités sont violés ; le gouvernement fédéral utilise la force, et il en ira ainsi jusqu'en 1871, quand la politique des traités sera abandonnée.

Dans un premier temps, la politique fédérale continue celle de l'époque de la colonisation. Une frontière indienne permanente est établie le long de la frontière ouest des États situés sur la rive droite du Mississippi, où l'on se propose de déporter tous les Indiens de l'Est. La fin de la période coloniale voyait la reconnaissance partielle des souverainetés territoriales et politiques indiennes. Mais il s'est produit un fait que les Indiens ne pouvaient imaginer : un trait de plume supprima la présence française. Or la prospérité économique des tribus, d'une part, leur indépendance politique, d'autre part, reposaient sur le jeu de balance que leur permettait la rivalité franco-anglaise. Dès le début, l'opinion coloniale est anti-indienne, la politique indienne étant l'un des facteurs de rupture avec l'Angleterre, tandis que l'envahissement des terres indiennes provoque entre colons et Indiens un état permanent de guérilla sur la frontière, qui se poursuit pendant la révolution. Au sortir de la guerre d'Indépendance, l'affrontement semble inévitable.

Les Iroquois cessent momentanément de jouer un rôle. Pendant la révolution, les Oneida prennent le parti américain, les autres nations le parti anglais. La Ligue sort ruinée de la guerre. Comme une partie de sa population va s'installer au Canada, en territoire anglais, elle reste coupée en deux. Les Indiens de l'Ohio s'organisent. Une confédération se forme officiellement en 1785, regroupant, entre autres, Delaware, Shawnees, Miamis, Potawatomis, Ottawas, etc. ; des demandes claires sont adressées aux États-Unis : abrogation des traités signés après l'indépendance, reconnaissance de la Confédération, avec l'Ohio comme frontière, affirmation du principe que la terre est le bien commun de toutes les tribus.

La conquête

Ne parvenant pas à faire éclater la Confédération, les États-Unis optent pour la guerre. Dans le Sud, les tribus qui comptent dans leurs rangs une importante population métisse se sont divisées entre ceux qui sont partisans d'une politique de conciliation et d'adaptation culturelle et ceux qui sont partisans d'une opposition plus ferme. Ces divisions, auxquelles s'ajoutent les intrigues espagnoles et américaines, font échouer les projets d'alliance avec les Indiens du Nord. Les Indiens signent une série de traités qui sont autant de défaites et d'abandons territoriaux. Les territoires qu'ils défendent ont été officiellement reconnus par l'Angleterre et l'Espagne aux États-Unis. Une fois acquise la Louisiane, alors tout le bassin occidental du Mississippi, les États-Unis ont la voie libre. Les groupes indiens sont chargés de dettes envers les compagnies commerciales de toute obédience, et le gouvernement américain promeut cette politique d'endettement. De plus en plus, le gouvernement et le monde américain interviennent à l'intérieur des tribus. C'est le début des programmes pour les Indiens, le début des missions américaines protestantes et des programmes d'assimilation. Quelques leaders agissant ici et là parviennent à retarder le cours des choses. Mais, quand ils disparaissent, c'est le vide. La défaite des traditionalistes entraîne des cessions de terres pour tous les groupes du Sud. Devant le danger, ils font un effort spectaculaire d'adaptation qui leur vaudra le nom de tribus civilisées, évolution qui est la plus spectaculaire chez les Cherokee : ils réalisent une alliance entre leur minorité culturelle et métisse, de culture largement américaine, et la majorité indienne. La nouvelle cohésion des Cherokee se manifeste dans leur longue résistance à la déportation, par des moyens légaux. Efforts vains. Dans les années 1830, les nations du Sud, sous la pression des armes, doivent prendre le chemin de l'Oklahoma. Seuls, les Séminoles, en Floride, résistent farouchement. Le Texas entre dans l'Union, les États-Unis conquièrent le Nouveau-Mexique, l'Utah, le Nevada, l'Arizona, la Californie, territoire que le Mexique ne possédait que partiellement, et les États-Unis règlent diplomatiquement la question de leur frontière nord avec l'Angleterre. Le Bureau des affaires indiennes, créé quelques années plus tôt au sein du ministère de la Guerre, passe au ministère de l'Intérieur. La politique des réserves est instituée, et, finalement, en 1871, la loi budgétaire indienne abolit le statut souverain des nations indigènes et ouvre légalement la période moderne. Parallèlement, la conquête se fait. Dès les années 1810, les premiers convois d'émigrants traversent le continent vers l'Oregon, puis à partir de 1849 en direction de la Californie de la ruée vers l'or, peuplent le Nevada, le Colorado, l'Idaho, le Washington, l'Arizona, le Nouveau-Mexique, tandis que le front agricole progresse le long des affluents occidentaux du Mississippi et que les « empires » du bétail se développent au Texas. Le traitement des Indiens est très différent selon les régions. En Californie, la ruée vers l'or aboutit à un véritable génocide ; dans le Sud-Ouest, la pression coloniale est peu forte vu la nature aride du milieu ; le seul problème est celui des nations incontrôlées, les groupes de langue apache ; pris entre le Mexique et les États-Unis, les Apaches sont vaincus en 1880. C'est dans les Plaines que se situent les derniers affrontements. Les occupants originels des Plaines, Shoshones, Apaches, en avaient été progressivement chassés par les migrations. À l'est des Plaines étaient restées des populations sédentaires d'économie mixte, et dans ces conditions émerge une culture vigoureuse, indice de la puissance créatrice indienne. La déportation des Indiens de l'Est, leur concurrence avec les populations autochtones des Plaines, le passage des pionniers contribuèrent à la diminution rapide du bison. Les tribus des Plaines furent à nouveau victimes d'épidémies dévastatrices pendant tout le xixe siècle. L'histoire se répète. Cession après cession, les tribus doivent abandonner leurs terres. Deux grands systèmes d'alliance réunissent au nord les Sioux, les Cheyennes du Nord et les Arapahos, au sud les Comanches, les Kiowas, les Kiowas-Apaches, les Cheyennes et les Arapahos du Sud. Les Indiens sont vaincus et placés dans des réserves, les nations du Sud en Oklahoma [...]

États-Unis, XIXe siècle

Dessin : États-Unis, XIXe siècle

La conquête de l'Ouest : rôle du chemin de fer dans le peuplement des États-Unis au XIXe siècle et guerres contre les Indiens. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Reddition de Geronimo

Photographie : Reddition de Geronimo

Le général Crook, troisième à partir de la droite, négocie la reddition du chef apache Geronimo (1829-1909), au centre à gauche, en 1886. 

Crédits : Education Images/ Universal Images Group/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Médias de l’article

États-Unis, XIXe siècle

États-Unis, XIXe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Reddition de Geronimo

Reddition de Geronimo
Crédits : Education Images/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Commerce des fourrures

Commerce des fourrures
Crédits : Hulton Getty

photographie

Leçons d'agriculture

Leçons d'agriculture
Crédits : Kurt Hutton/ Picture Post/ Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur adjointe, département d'anthropologie, université de Montréal
  • : maître de conférences à l'université de Paris-VII (U.F. d'anthropologie-ethnologie)

Classification

Autres références

«  AMÉRINDIENS ou INDIENS D'AMÉRIQUE  » est également traité dans :

AMÉRINDIENS - Amérique centrale

  • Écrit par 
  • Georgette SOUSTELLE
  • , Universalis
  •  • 7 493 mots
  •  • 1 média

L'empire aztèque s'est écroulé le 13 août 1521, jour de la prise de Mexico-Tenochtitlán par l'armée d'Hernán Cortés, armée composée en majeure partie d'Indiens désireux de secouer le joug aztèque. Au cours des années suivantes, l'occupation espagnole s'étendit aux autres régions du Mexique et à l'Amérique central […] Lire la suite

AMÉRINDIENS - Hauts plateaux andins

  • Écrit par 
  • Carmen BERNAND
  •  • 4 680 mots

Les peuples amérindiens des hauts plateaux andins sont les héritiers de traditions millénaires. Ces civilisations préhispaniques, dont on ne peut ici retracer la diversité, possèdent des traits distinctifs : une hiérarchie sociale très marquée qui n'exclut pas un fort communautarisme ethnique et se reflète dans les cités et les monuments qui jalonnent l'histoire de cette région ; une économie agri […] Lire la suite

AMÉRINDIENS - Amazonie et Guyanes

  • Écrit par 
  • Simone DREYFUS-GAMELON, 
  • Universalis
  •  • 5 645 mots
  •  • 2 médias

Les premiers établissements humains en Amérique du Sud remonteraient à environ 15 000 ans avant J.-C. Situés dans les régions côtières du Venezuela et de la Colombie, ils indiquent un peuplement d'origine septentrionale, introduit par l'isthme de Panamá, répandu peu à peu le long du littoral et pénétrant au cœur du continent par les voies fluviales. Du syst […] Lire la suite

ALLEN PAULA GUNN (1939-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 569 mots

Poétesse, romancière et essayiste américaine, Paula Gunn Allen mêle dans son œuvre les influences du féminisme et de ses racines amérindiennes. Paula Gunn Allen, née Paula Marie Francis le 24 octobre 1939 à Albuquerque, au Nouveau-Mexique, est la fille d'un Américain d'origine libanaise et d'une métisse qui compte des ancêtres Laguna, Sioux et Écossais. La jeune femme abandonne l'université pou […] Lire la suite

AMAZONIE

  • Écrit par 
  • Martine DROULERS
  •  • 3 265 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La reconnaissance de la bio et de la sociodiversité »  : […] Avec 15 à 20 p. 100 du total des espèces de la terre, l'Amérique du Sud tropicale est une des régions de la planète les plus riches en biodiversité, notamment pour la flore. Six pays amazoniens figurent parmi les douze pays les plus riches en diversité biologique. La Colombie est au premier rang mondial pour la biodiversité des vertébrés – en excluant les poissons, car sinon le Brésil arrive au p […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 056 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le substratum indien »  : […] Au moment de la conquête, il existait donc une population indigène, mais les estimations varient extraordinairement : 4 ou 50 millions ? L'hypothèse la plus vraisemblable estime à quelque 12 millions la totalité de ces groupements primitifs. L'imagerie populaire qualifie les Indiens de Peaux-Rouges ; la science les range dans la catégorie des Jaunes. La couleur de leur peau va du gris-jaune clair, […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 21 938 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La société »  : […] La réussite et l'ascension sociale d'une minorité ne doivent pas toutefois abuser : la société des Indes n'en acquiert pas pour cela le caractère ouvert et la mobilité interne d'un monde dominé par l'esprit capitaliste. En fait, et quelque important que puisse y être le rôle de l'argent, elle obéit à une échelle de valeurs de type aristocratique, fondamentalement identique à celle qui règne dans l […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - La question indienne

  • Écrit par 
  • David RECONDO
  •  • 2 811 mots
  •  • 3 médias

C'est au début des années 1980 qu'un mouvement panindien émerge en Amérique latine. Au Mexique, mais aussi au Guatemala, en Colombie, en Équateur, au Pérou et en Bolivie, des organisations dirigées par une élite souvent éduquée à la ville élaborent des revendications qui vont au-delà des demandes traditionnelles de récupération de terres et d'amélioration des conditions socio-économiques des popul […] Lire la suite

NOUVEAU MONDE CHRONIQUES DU

  • Écrit par 
  • Jacques LAFAYE, 
  • Itamar OLIVARES
  •  • 3 665 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les conquistadores »  : […] La conquête militaire et spirituelle du Nouveau Monde, consécutive à la découverte, fut d'abord et avant tout un fait espagnol. En moins de cinquante ans de la plus formidable aventure de tous les temps, les conquistadores achevèrent, dans les grandes lignes, de conquérir l'Amérique. Les épisodes majeurs de cet exploit, et surtout ceux qui eurent pour théâtre le Mexique et le Pérou, furent consig […] Lire la suite

ANTHROPOLOGY DAY (1904)

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 1 202 mots

Les jeux Olympiques de Saint Louis demeurent avant tout ceux de l'Amérique blanche. La guerre de Sécession est achevée depuis moins de quarante ans, la victoire du Nord sur le Sud a permis l'abolition de l'esclavage en 1865. Cette abolition ne signifie pas pour autant l'égalité des races, loin de là : malgré les 14 e et 15 e  amendements de la Constitution votés par le Congrès en 1868 et en 1870 […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Pierre BOUSQUET, Roger RENAUD, « AMÉRINDIENS - Amérique du Nord », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/amerindiens-amerique-du-nord/