Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS (repères chronologiques)

1145 Le cistercien Bernard de Clairvaux organise une mission de prédication à Toulouse et dans l'Albigeois. Il découvre à Verfeil une dissidence religieuse qui revendique une filiation apostolique et rejette les sacrements de l'Église. Il la nomme l'hérésie des « albigeois ».

1179 Le concile de Latran III, prenant acte des missions cisterciennes, prend des mesures concernant les hérétiques méridionaux et élabore les premières procédures d'inquisition épiscopale pour lutter contre ces dissidents religieux.

1198 Innocent III est élu pape à Rome et montre à tous qu'il est décidé à lutter contre l'hérésie. Par la bulle pontificale Vergentis in senium (1199), l'hérésie devient un crime de lèse-majesté divine.

1206-1207 L'évêque Diego d'Osma et Dominique de Caleruega commencent leur prédication contre les hérétiques dans la France méridionale. Une dispute théologique est organisée sur plusieurs jours à Montréal, près de Carcassonne entre le futur saint Dominique et l'évêque cathare Guilhabert de Castres.

1208 Le légat Pierre de Castelnau, envoyé par Rome en Languedoc, est assassiné. Le comte Raymond VI de Toulouse, désigné comme étant le commanditaire de ce meurtre, est excommunié par Rome et le pape Innocent III appelle à la croisade contre les hérétiques du Midi.

1209 La croisade contre les albigeois est lancée. L'armée croisée quitte Lyon en direction des terres du comte de Toulouse, en empruntant la vallée du Rhône. Elle s'empare de Béziers et massacre toute la population. Carcassonne subit à son tour un siège avant d'être prise. La direction de la croisade est confiée à Simon de Montfort.

1210-1211 Les villes de Minerve, Termes et Puivert sont prises par les croisés. Cabaret se rend sans combat et Lavaur est pris après avoir été assiégé. Mais Simon de Montfort subit une défaite lors du premier siège de Toulouse qu'il ne peut prendre, pas plus que Castelnaudary.

1213 Lors la bataille de Muret qui oppose les croisés aux hérétiques toulousains appuyés par les armées du roi Pierre II d'Aragon, ce dernier est tué et les croisés obtiennent une victoire inespérée.

1215 Le concile de Latran IV dépossède officiellement Raymond VI de ses biens et de ses titres puis condamne les hérétiques. Simon de Montfort devient duc de Narbonne et comte de Toulouse.

1216-1217 Simon de Montfort est défait devant Beaucaire. De retour de Terre sainte, Raymond VI rentre dans Toulouse en liesse. Tout le pays occitan se révolte aussitôt contre le pouvoir royal. Simon de Montfort organise le deuxième siège de la ville.

1218 Durant le siège, Simon de Montfort est tué le 22 juillet d'une pierre lancée des remparts par une catapulte. Son fils Amaury de Montfort lui succède à la tête de la croisade.

1224 Le prince Louis, fils aîné du roi Louis VIII de France, prend alors la croix contre les hérétiques toulousains ; c'est le début de la croisade royale qui écrase la résistance des princes occitans.

1229 Le comte Raymond VII de Toulouse se soumet et signe le traité de Paris. Carcassonne, Béziers, Nîmes et Beaucaire rentrent définitivement dans le royaume de France. Le succès politique pour le roi de France est complet. Le concile de Toulouse met en place la même année une procédure de traque contre les hérétiques.

1233 Par la bulle Ille humani generis, l'Inquisition est installée en Languedoc. Elle est confiée à l'ordre dominicain. Deux tribunaux fixes sont mis en place dans le Midi, à Carcassonne et à Toulouse, malgré des soulèvements populaires à Toulouse, Narbonne et Albi (1234-1235).

1242 À Avignonet, deux inquisiteurs et leur suite sont assassinés par un groupe de faydits (seigneurs dépossédés de leur fief pour avoir soutenu l'hérésie) venu de Montségur. Rome prononce l'excommunication du comte Raymond VII de Toulouse et de tous[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : enseignant A.T.E.R. à l'université d'Artois, doctorant à l'université de Lyon-II-Lumière, président du Centre de valorisation du patrimoine médiéval

Classification

Pour citer cet article

Laurent ALBARET. CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS - (repères chronologiques) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Autres références

  • CARCASSONNE

    • Écrit par et
    • 946 mots
    • 4 médias

    La ville de Carcassonne, chef-lieu de l'Aude, rayonne bien au-delà de sa région. Témoignage monumental de son passé médiéval, la Cité (la ville haute) a été inscrite en 1997 par l'U.N.E.S.C.O. au Patrimoine mondial de l'humanité, un an après le canal du Midi qui traverse la commune. Devenue pièce maîtresse...

  • CATHARES

    • Écrit par
    • 6 763 mots
    • 2 médias
    ...Languedoc comme en Lombardie ; envois de commissions apostoliques ; efforts de dissuasion. Tout cela aboutit en Languedoc à l'entreprise de la croisade albigeoise, qui, victorieuse par les armes, recouvre en fait un échec religieux. Pour triompher des cathares, Rome crée l' Inquisition, avec l'aide des...
  • DOMINICAINS

    • Écrit par
    • 3 390 mots
    • 3 médias
    L'initiative du fondateur s'appuie sur une expérience de prédication, inaugurée neuf ans plus tôt, en pays albigeois. Traversant le midi de la France, l'évêque castillan d'Osma et le sous-prieur de son chapitre, Dominique de Caleruega, s'étaient joints en effet en 1206 au groupe d'abbés ...
  • DOMINIQUE saint (1170 env.-1221)

    • Écrit par
    • 826 mots

    Fondateur de l'ordre des Frères prêcheurs (Dominicains), Domingo de Guzmán est né vers 1170 à Caleruega (Castille), dans une famille noble. Il étudie la théologie à Palencia. Vers 1196, il entre comme chanoine dans le chapitre du diocèse d'Osma, dont il devient le sous-prieur quelques années plus tard....

  • Afficher les 12 références