NARBONNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Occitanie : carte administrative

Occitanie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Narbonne : la cathédrale Saint-Just-et-Saint-Pasteur

Narbonne : la cathédrale Saint-Just-et-Saint-Pasteur
Crédits : Chris Hellier/ Corbis

photographie


Au carrefour de routes terrestres qui relient l'Espagne à l'Italie et à l'Europe centrale d'une part (l'ancienne via Domitia), la Méditerranée et l'Atlantique par la voie d'Aquitaine d'autre part, Narbonne bénéficie de conditions favorables au développement d'une économie ouverte vers l'extérieur. Entre le massif des Corbières et le littoral méditerranéen, la basse plaine de l'Aude offre de nombreuses traces d'implantations humaines fort anciennes, dont le site de Montlaurès au nord-ouest, oppidum indigène antérieur à l'installation de la colonie romaine. L'antique Naro est la « capitale » des Élysiques, peuple guerrier réfugié sur les oppida qui dominent la basse plaine (Pech Maho). La région appartient par la langue et l'écriture au monde des Ibères et commerce avec les Grecs, Étrusques et autres peuples de la Méditerranée. Elle sera conquise par les Volques Tectosages (iiie s. av. J.-C.) sans que soit modifié en profondeur son rôle commercial, puis par le proconsul romain Cneius Domitius Ahenobarbus qui pacifie la région et installe la future Narbo Martius (— 118) au plus près des étangs littoraux. Placée sous la protection du dieu Mars, et décrétée capitale de la Provincia par décision du Sénat romain, Narbo Martius connaît une belle prospérité commerciale et maritime, largement renforcée par l'installation de nombreux colons et d'un abondant personnel administratif. Sous Auguste, le proconsul y siège, assisté de fonctionnaires à l'image du pouvoir à Rome. Métropole impériale, la ville est aussi un centre de stockage, de redistribution et d'exportation des produits agricoles. Elle dispose de ce fait de vastes entrepôts (galeries souterraines de l'Horreum), liés aux routes terrestres et maritimes qui fondent sa prospérité et conduisent au brassage cosmopolite de sa population résidante. Peu de traces conservées témoignent de cette richesse, malgré le souci de valoriser le passé antique d'une capitale associée à la via Domitia et au canal ma [...]

Occitanie : carte administrative

Occitanie : carte administrative

Carte

Carte administrative de la région Occitanie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur agrégé des Universités, professeur à l'université de Montpellier-III-Paul-Valéry

Classification


Autres références

«  NARBONNE  » est également traité dans :

LANGUEDOC, histoire

  • Écrit par 
  • Jean SENTOU
  •  • 2 175 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La colonisation romaine »  : […] La conquête du Languedoc par les Romains eut lieu vers 123-121 avant J.-C. Ce ne fut en réalité qu'une promenade militaire entre le Rhône, les Pyrénées et la Garonne, jusqu'à Toulouse où le consul Cneius Domitius Ahenobarbus installa une garnison. Si l'archéologie permet de déceler certaines destructions, comme à Ensérune, celles-ci peuvent aussi bien s'expliquer par une résistance aux Romains que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/languedoc-histoire/#i_37718

Pour citer l’article

Jean-Paul VOLLE, « NARBONNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/narbonne/