AFRIQUE NOIRE (Arts)Un foisonnement artistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'artiste noir

Matériaux et techniques

La majorité des sculptures africaines sont en bois, mais les Noirs ont aussi travaillé la pierre, l'ivoire, l'argile et les métaux (fer, bronze, or).

Le bois est utilisé partout, du Soudan à l'Afrique orientale, pour façonner des statues, des masques et de nombreux objets décorés d'usage courant (sièges, portes, serrures, récipients). C'est surtout chez les agriculteurs sédentaires que s'est développée la sculpture de ce matériau. Les essences choisies sont souvent, pour les masques, des bois tendres et légers, plus faciles à travailler et moins lourds à porter ; pour les statues d'ancêtres et les objets mobiliers, des bois denses à grain fin. Les œuvres sont toujours d'une seule pièce, la forme cylindrique du bloc initial pouvant même être parfois décelée dans la sculpture terminée. Le travail se fait à l'abri des regards des femmes. Jusqu'à sa consécration officielle, l'objet rituel n'a aucune valeur et peut être manié sans précautions particulières. La statuette est ébauchée à l'aide d'un grand couteau (machette), la taille se faisant directement, souvent sans aucun modèle, par approximations et retouches successives. La sculpture proprement dite, qui donne à l'objet son modelé, se fait à l'herminette puis au couteau court ; le polissage final est obtenu à l'aide de feuilles abrasives. La statue de bois brut, le plus souvent de teinte claire, est patinée artificiellement par des teintures végétales ou minérales, des corps gras et des résines. Les masques sont peints avec des pigments végétaux (graines) et minéraux (argiles).

Porte pounou

Photographie : Porte pounou

Une porte en bois du XIXe siècle, ethnie Pounou, Gabon. Musée de l'Homme, Paris. 

Crédits : ni Schneebeli, Bridgeman Images

Afficher

Les œuvres africaines en pierre (stéatite le plus souvent) sont presque toutes anthropomorphes. Elles proviennent de la haute Guinée, de la Sierra Leone, du Nigeria et de l'Angola. Ce sont des représentations tutélaires, témoins de civilisations disparues, utilisées à nouveau dans des cultes funéraires ou agraires.

L'ivoire a surtout servi à faire des bijoux (bracelets, pendentifs), des objets mobiliers (boîtes, gobelets), des trompes d'apparat et quelquefois de petites statuettes. C'est un matériau noble, recherché, difficile à sculpter mais qui acquiert une très belle patine rougeâtre. Les pièces les plus remarquables proviennent du royaume du Bénin et du Zaïre.

Les statuettes en terre cuite sont exceptionnelles, mais tous les récipients en poterie sont décorés selon des motifs la plupart du temps symboliques. Le travail de l'argile est très ancien en Afrique : les sites de Mopti (Mali), d'Ifé (Nigeria du Sud) et du pays Sao (Tchad) en font foi. Les statuettes qui y furent trouvées sont anthropomorphes ; certaines dateraient des premiers siècles de notre ère. Les plus anciennes œuvres africaines seraient cependant les belles figurines trouvées à Jos (ville du Nigeria du Nord), datées du Ier millénaire avant J.-C., qui sont à rattacher à la civilisation de Nok. Les pièces Agni (Côte d'Ivoire) et Mangbetou (Zaïre) sont plus récentes.

Les métaux furent également très employés surtout dans les chefferies centralisées et les royaumes féodaux : l'or, dans les pays baoulé et ashanti, pour la confection des parures (pendentifs, bracelets, colliers en or massif coulé par le procédé de la fonte à la cire perdue) et de certains objets mobiliers (sièges, éventails, chasse-mouches, etc., simplement décorés de fines plaques d'or fixées sur un support de bois) ; le bronze, dans le sud du Nigeria, avec les œuvres extraordinaires d'Ifé et du Bénin, travaillé également suivant le procédé de la fonte à la cire perdue ; le fer enfin, forgé dans certaines régions à des fins esthétiques et religieuses, chez les Dogon et les Bamana (Mali), les Sénoufo (Côte d'Ivoire) et les Fon (Bénin).

Bronze du Bénin

Photographie : Bronze du Bénin

Bronze représentant un roi du Bénin, 1750-1850. The Detroit Institute of Arts, Detroit, États-Unis. 

Crédits : City of Detroit Purchase, Bridgeman Images

Afficher

Sculpteurs et forgerons

L'artiste dont la sculpture est le métier principal est d'abord le sculpteur officiel d'un chef puissant ou d'un roi pratiquant le mécénat : c'est le cas à la cour de l'oba du Bénin (Nigeria), dans les royaumes de l'ouest du Cameroun, au royaume Kuba (Zaïre central). Le statut professionnel d'artiste du roi était une charge non héréditaire qui pouvait s'acquérir à force d'habileté technique et de talent. Les artistes (sculpteurs et fondeurs) étaient groupés en corporations. L'activité artistique professionnelle a existé également dans des sociétés moins centralisées que les royaumes, mais assez hiérarchisées et cloisonnées pour que l'individu doué puisse, par ses qualités, acquérir un statut privilégié lui permettant d'exercer son art à temps plein : c'est le cas du pays dan en Côte d'Ivoire.

Danse rituelle

Photographie : Danse rituelle

Ces jeunes enfants de la tribu dan, en Côte-d'Ivoire, se préparent pour une danse rituelle. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Quant au sculpteur sur bois des sociétés segmentaires paysannes, c'est un artisan qui atteint, suivant son degré de réussite, le niveau artistique. En Afrique occidentale (Mali, Guinée, Côte d'Ivoire) et au Zaïre, le sculpteur est en même temps forgeron ; ce personnage très important, détenteur de la science du feu, est placé traditionnellement à l'écart de la société. Dans les mythes dogons et bamanas, le forgeron est un héros civilisateur, dispensateur des techniques primordiales nécessaires à la vie. L'anonymat des artistes traditionnels est une légende due à l'ignorance dans laquelle nous étions des sociétés globales et de la réalité du milieu local dans lequel les œuvres ont été élaborées. Les récentes enquêtes de terrain ont montré que, dans chaque groupe, quelques artistes particulièrement doués et appréciés en leur temps ont laissé des traces dans la tradition. On peut citer notamment le « maître de Buli », identifié par les travaux de F. Olbrechts, A. Maesen, F. Neyt, L. de Strycker et B. de Grunne (Mains de maîtres, Bruxelles, 2001), un sculpteur hemba du village de Kateba en République démocratique du Congo (ex-Zaïre). Celui-ci a vécu au xixe siècle et laissé dix-neuf œuvres, maintenant bien connues. Ailleurs, ce sont des artistes yorouba qui sont retrouvés grâce aux recherches de W. Fagg ; ou d'autres appartenant à des ethnies dan (E. Fischer et H. Himmelheber), lobi (P. Meyer), gouro (E. Fischer et L. Homberger), luba (F. Neyt), kuba (J. Cornet), chokwe (M. L. Bastin), fang et kota (L. Perrois), bongo du Soudan (K. J. Krüger), tsonga du sud-est de l'Afrique (S. Klopper).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Porte pounou

Porte pounou
Crédits : ni Schneebeli, Bridgeman Images

photographie

Bronze du Bénin

Bronze du Bénin
Crédits : City of Detroit Purchase, Bridgeman Images

photographie

Danse rituelle

Danse rituelle
Crédits : Hulton Getty

photographie

Masque bamana

Masque bamana
Crédits : ni Schneebeli, Bridgeman Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : ethnologue, directeur de recherche honoraire de l'Institut de recherche pour le développement (I.R.D., ex-O.R.S.T.O.M.)

Classification

Autres références

«  AFRIQUE NOIRE  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Civilisations traditionnelles

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 2 906 mots

Les sociétés globales – ainsi appelées parce qu'en chacune d'elles l'individu trouve l'ensemble des réseaux de relations sociales dont il a besoin au cours de sa vie – furent nombreuses dans l'Afrique traditionnelle, celle qui prit fin avec la période coloniale en ses débuts, vers le dernier quart du xixe siècle. Un ethnologue, George P. Murdock, en é […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Langues

  • Écrit par 
  • Emilio BONVINI, 
  • Maurice HOUIS
  •  • 8 270 mots
  •  • 1 média

Il ne semble pas exagéré de dire qu'il existe un « tiers monde » dans le champ d'étude des langues ethniques et que les langues de l'Afrique noire en font partie. On en a progressivement rendu compte depuis le xviie siècle ; mais, jusqu'à une date assez récente, cette documentation descriptive a souvent manqué de rigueur scientifique. À cela il y a de […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 605 mots
  •  • 1 média

Les littératures traditionnelles africaines revêtent différentes formes, du récit appartenant au patrimoine identitaire d'un groupe ou d'une ethnie à la production d'œuvres entièrement nouvelles, inscrites dans les préoccupations les plus actuelles de cette ethnie ou de ce groupe […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Considérer les religions négro-africaines comme un ensemble susceptible de définitions appropriées renvoyant à des principes et des règles lui donnant une unité serait accorder une spécificité définitive à leurs manifestations et, au-delà de leur diversité, reconnaître un lien commun entre elles qui conférerait à l'Afrique tenue pour une entité homogène une […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Histoire et traditions

  • Écrit par 
  • Jean DEVISSE, 
  • Francis GEUS, 
  • Louis PERROIS, 
  • Jean POLET
  • , Universalis
  •  • 6 686 mots

Après avoir été longtemps tributaire d'une conception qui ne voyait en lui qu'un ensemble de formes privées de dimension historique, sans véritable référence au contexte qui le portait, l'art africain fait désormais l'objet d’une approche plus englobante, qui s'efforce de rendre aux œuvres leur place chronologique et de décrire au plus près leur environnement fonctionnel.Les arts des cours ancienn […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 142 mots
  •  • 1 média

La perception que l'Occident a pu avoir des arts africains a été fortement perturbée par ce que, dans les années 1920, on a appelé l'« art nègre ». Le choc esthétique et l'influence de ces formes sur les avant-gardes a un temps eu pour effet de faire passer au second plan la richesse des styles, ainsi que la complexité des liens entretenus avec l'univers social et religieux. Ce n'est que par l'étu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis PERROIS, « AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-arts-un-foisonnement-artistique/