Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ACROPOLE D'ATHÈNES

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

L'Acropole classique

Avant la bataille de Platées, les Grecs, pour cimenter l'union sacrée, avaient, dit-on, fait le serment de ne pas relever les sanctuaires ravagés tant qu'ils n'auraient pas chassé les Perses de Grèce et d'Ionie ; or la lutte devait durer, sporadiquement ranimée, jusqu'en 449-448. De fait, les travaux de construction du Parthénon commencent dès l'année suivante. Tout serait donc simple si le Parthénon n'était pas établi sur le soubassement destiné à un autre édifice, dont il n'est question dans aucun texte et qu'on a appelé le Pré-Parthénon. Ce temple dorique, assez bien connu par les dimensions de ses fondations et certains éléments architecturaux, qui ont été remployés, est, avec l'hypothétique Hecatompedon qui l'aurait précédé, la deuxième énigme archéologique de l'Acropole : quand a-t-il été mis en œuvre, avant ou après le saccage de l'Acropole par les Perses ? En dépit des thèses ingénieuses suivant lesquelles le Pré-Parthénon a été entrepris, pour Rhys Carpenter dans les années soixante, à l'instigation de Cimon, pour J. A. Bundgaard en 455, les observations nouvelles faites à l'occasion des travaux de restauration en cours rendent de plus en plus probable l'opinion antérieurement admise : la construction du Pré-Parthénon, commencée peu après la victoire des Athéniens sur les Perses à Marathon, en 490, a été interrompue par le saccage de 480, la plupart des blocs de l'élévation déjà en place présentant en surface l'altération caractéristique du marbre incendié. Pendant plus de trente ans, l'Acropole a donc offert le spectacle d'un sanctuaire dévasté où ne subsistaient que les Propylées archaïques et une partie du Vieux Temple restaurés. Au moins Cimon fit-il ériger, après sa victoire navale de l'Eurymédon, remportée en 467 sur les Perses, une statue colossale en bronze d'Athéna Promachos, haute de 16,40 m, la première œuvre importante de Phidias sur l'Acropole. Au même moment, il faisait élargir le plateau par l'établissement d'un nouveau mur de terrasse, qui donne au côté sud de l'Acropole son aspect définitif et fournit un espace accru aux travaux de construction dont il prévoyait la reprise.

Acropole, Athènes - crédits : Saga Photo and Video/ shutterstock

Acropole, Athènes

Le Parthénon - crédits : icelight/ flickr ; CC-BY 2.0

Le Parthénon

C'est pourtant de son adversaire politique, Périclès, qu'allait venir l'impulsion décisive. Dès 447, le Parthénon est mis en chantier : Ictinos en est l'architecte, tandis que Phidias, ami personnel de Périclès, est chargé du décor sculpté et de la statue colossale d'Athéna Parthénos, que l'édifice est destiné à abriter. À en juger par les singularités de son plan, on a l'impression que Phidias a également eu son mot à dire dans la conception du bâtiment. Alors que le Pré-Parthénon était encore tributaire de l'archaïsme par ses proportions allongées (6×16  colonnes ; 23,53 m × 66,94 m), le Parthénon présente les proportions classiques (n = 2n + 1) grâce à la largeur exceptionnelle de sa façade (8 × 17 colonnes ; 30,88 m × 69,50 m). Cela permet de créer un espace intérieur de 19 mètres représentant les cinq septièmes de la largeur totale, avec une nef centrale large de 10,60 m, portée encore jamais atteinte. De plus, cet espace acquiert une unité nouvelle grâce à la disposition originale de la colonnade intérieure : les deux rangées de colonnes, au lieu de buter contre le mur de fond de la cella, sont unies par une colonnade transversale. Du coup, cette colonnade intérieure, qui n'avait jusqu'alors qu'un rôle porteur dans l'architecture des temples, acquiert une valeur décorative éminente : elle entoure la statue d'Athéna d'un véritable écrin architectural et souligne la largeur de l'espace où elle est campée. Quant à l'organisation de l'espace intérieur, elle est singulière : afin de dégager une place suffisante[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Pour citer cet article

Bernard HOLTZMANN. ACROPOLE D'ATHÈNES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Pré-Parthénon et Parthénon d'Ictinos - crédits : Encyclopædia Universalis France

Pré-Parthénon et Parthénon d'Ictinos

Acropole d'Athènes de l'époque préhistorique au II<sup>e</sup> siècle - crédits : Encyclopædia Universalis France

Acropole d'Athènes de l'époque préhistorique au IIe siècle

Acropole, Athènes - crédits : Saga Photo and Video/ shutterstock

Acropole, Athènes

Autres références

  • RECONSTRUCTION DE L'ACROPOLE - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 115 mots

    — 447 -— 438 Construction du Parthénon, par Ictinos, pour abriter la statue votive d'Athéna Parthénos par Phidias.

    — 438-— 432 Construction des Propylées ; réalisation des sculptures des frontons du Parthénon.

    Entre — 438 et — 432 Phidias, accusé de détournement...

  • RECONSTRUCTION DE L'ACROPOLE D'ATHÈNES

    • Écrit par
    • 249 mots
    • 1 média

    Après la conclusion de la paix avec la Perse en — 448, Périclès engage à Athènes un programme de grands travaux destiné à assurer le plein-emploi, comme la guerre l'avait fait jusque-là. Sur l'Acropole, qui n'était plus qu'un champ de ruines après la bataille de Platées...

  • ACROPOLE

    • Écrit par
    • 497 mots

    Dans le monde grec, l'acropole (akropolis, « ville haute »), groupement de bâtiments installés sur une éminence, n'apparaît pratiquement qu'à l'époque mycénienne — la Crète ne semble pas avoir systématiquement isolé ses villes sur des hauteurs. On associe généralement l'apparition des acropoles...

  • AGORACRITOS DE PAROS (actif dernier tiers Ve s. av. J.-C.)

    • Écrit par
    • 1 212 mots

    Sculpteur grec, disciple de Phidias, Agoracritos de Paros est actif durant le dernier tiers du ~ ve siècle. Trois de ses œuvres sont connues par les sources antiques : un groupe en bronze d'Athéna Itonia et d'Hadès à Coronée, en Béotie (Pausanias, Description de la Grèce...

  • ALCAMÈNE (actif 2e moitié Ve s. av. J.-C.)

    • Écrit par
    • 1 095 mots

    Alcamène est un sculpteur, très probablement athénien, actif surtout à Athènes durant la seconde moitié du ~ ve siècle. Une anecdote recueillie par le compilateur byzantin Tsétzès (Chiliades, VIII, 340-346) le montre en compétition avec Phidias pour la réalisation d'une statue d'Athéna...

  • ANTÉNOR (fin VIe s. av. J.-C.)

    • Écrit par
    • 348 mots

    Sculpteur athénien, auteur d'un groupe en bronze représentant les « Tyrannoctones », Harmodios et Aristogiton, assassins du tyran Hipparque en ~ 514, et promus héros de la liberté par la démocratie naissante (Pausanias, I, 8, 5). Ce groupe, postérieur à 508 avant J.-C., fut emporté comme butin par...

  • Afficher les 13 références