Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PAROS

Située au centre de l'archipel égéen des Cyclades, immédiatement à l'ouest de Naxos, dont elle est séparée par un détroit large de 4 km, Paros est, à l'échelle des îles grecques, une île moyenne, avec 196 km2 et une population que l'intensité de son développement touristique récent amène à croître de nouveau (environ 8 000 habitants). Son relief peu escarpé (770 m), l'étendue des terres cultivables et l'existence de deux grandes baies offrant un mouillage sûr (Naoussa au nord ; Parikia à l'ouest) en font un milieu exceptionnellement favorable à l'agriculture et au commerce maritime. Dans l'Antiquité, Déméter, déesse de la fécondité du sol et des céréales, était la patronne de l'île. C'est pourtant le marbre, dont plusieurs variétés sont à nouveau exploitées, qui a valu à Paros une renommée durable et déterminé la culture de la cité antique.

Paros antique

Les fouilles menées en 1964-1965 sur l'îlot de Saliagos (aux abords d'Antiparos) ont montré que Paros était habitée dès l'époque néolithique (5000-4500 av. J.-C.) : dans ce très modeste habitat ont été retrouvés plus de trois tonnes de tessons, beaucoup à décor peint géométrique, et environ deux mille cinq cents objets en obsidienne importée de l'île de Mélos, distante de 60 km.

Durant la période du bronze ancien I (3200-2700), les débuts de la civilisation dite cycladique sont représentés à Paros par diverses nécropoles : les sites de Plastiras (baie de Naoussa) et Cambos (côte sud) ont livré un matériel en marbre caractéristique de la phase dite de Grotta-Pélos. Lors des phases ultérieures, Paros semble très en retrait par rapport à Naxos. Les sondages très limités pratiqués sur l'acropole de la ville antique (castro de Parikia, chef-lieu de l'île) par Otto Rubensohn en 1899 montrent que le site a été occupé depuis la fin du IIIe millénaire jusqu'à la fin de la période mycénienne (vers 1200). Les données fournies par ce site sont maintenant complétées par la fouille menée à Coucounariès (baie de Naoussa) par Démétrios Schilardi depuis 1976 : l'habitat fortifié mycénien y est détruit, comme sur le continent, vers 1200, puis sommairement réutilisé et abandonné au cours du xiie siècle avant d'être réoccupé au xe siècle. Cette séquence archéologique correspond aux troubles de la fin de l'Âge du bronze et à l'arrivée d'Ioniens fuyant le continent – des Athéniens, suivant la tradition antique. L'abondance des traces d'occupation (presqu'île d'Iconomos) relevées lors de campagnes systématiques de topographie semble indiquer que la baie de Naoussa constituait le cœur de Paros durant l'époque géométrique (1100-700). Or on constate que la plupart de ces petits habitats sont abandonnés sans destruction à peu près au moment, semble-t-il, où se produit un double phénomène qui va déterminer l'histoire ultérieure de Paros : la constitution, sur le site de Parikia, d'un noyau urbain correspondant à l'émergence de la cité comme cadre social et politique unifié de l'île et la fondation d'une colonie importante à Thasos, grande île du nord de la mer Égée, située en face du continent thrace.

Nous sommes exceptionnellement bien renseignés, par les textes et les fouilles, sur les modalités de la fondation de Thasos, qui va impliquer durablement Paros dans cette région très convoitée et susciter une âpre rivalité avec Athènes : l'île et sa pérée (frange côtière continentale) fournissent des bois de charpente et des métaux précieux, des esclaves aussi et bientôt un vin qui va devenir l'un des grands crus de l'Antiquité. Après une première vague de colons, dirigés par Télésiclès vers 680, qui ne réussit pas à vaincre la population thrace, l'autorité des Pariens n'est définitivement[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Couros de Paros - crédits : Peter Willi/  Bridgeman Images

Couros de Paros

Victoire de Paros - crédits : Bernard Holtzmann

Victoire de Paros

Naoussa, Grèce - crédits : Photodisc World Landmarks and Travel V60

Naoussa, Grèce

Autres références

  • ORDRES, architecture

    • Écrit par Bernard HOLTZMANN, Claude MIGNOT, Éliane VERGNOLLE
    • 13 359 mots
    • 23 médias
    ...Delphes, bâtiments de l'Acropole, temple « de l'Ilissos », etc.), tandis que les recherches entreprises depuis quinze ans à Naxos et à Paros, deux îles des Cyclades qui furent durant l'archaïsme les foyers principaux du travail de la pierre, aussi bien en sculpture qu'en architecture,...
  • THASOS

    • Écrit par Bernard HOLTZMANN
    • 2 816 mots
    • 2 médias
    L'occupation de Thasos par des Grecs venus de Paros (Égée centrale) se place dans le cadre du grand mouvement de colonisation qui, à partir du viiie siècle, élargit l'hellénisme à l'ensemble du bassin méditerranéen. Les textes antiques et les trouvailles archéologiques permettent d'en reconstituer...

Voir aussi