ALCAMÈNE (actif 2e moitié Ve s. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Alcamène est un sculpteur, très probablement athénien, actif surtout à Athènes durant la seconde moitié du ~ ve siècle. Une anecdote recueillie par le compilateur byzantin Tsétzès (Chiliades, VIII, 340-346) le montre en compétition avec Phidias pour la réalisation d'une statue d'Athéna placée au sommet d'une colonne — et surclassé par celui-ci, qui avait pris en compte les déformations optiques. Une autre anecdote, rapportée par Pline l'Ancien (XXXVI, 17), évoque une compétition avec Agoracritos pour une statue d'Aphrodite, compétition remportée par Alcamène à cause du chauvinisme des Athéniens qui le préférèrent à son rival originaire de Paros.

Les textes et les inscriptions nous font connaître plus d'une dizaine de ses œuvres, qui sont toutes, sauf la statue en bronze d'un vainqueur de pentathlon (Pline l'Ancien, XXXIV, 72), des images divines : Hermès Propylaios aux Propylées de l'Acropole (Pausanias, I, xxii, 8) ; Hécate Epipyrgidia dans le sanctuaire d'Athéna Niké de l'Acropole (Paus., II, xxx, 2) ; Procné et Itys, groupe dédié par Alcamène sur l'Acropole, et que Pausanias a vu entre le Parthénon et l'Érechthéion (I, xxiv, 3) ; les statues en bronze d'Athéna et d'Héphaïstos du pseudo-Théséion qui domine l'agora d'Athènes (Cicéron, De natura deorum, I, 30 ; Valère-Maxime, VIII, 11, ext. 3 ; Inscriptiones Graecae, Ier vol., 2e éd., 1, 371) ; la statue d'Arès dans son sanctuaire athénien (Paus., I, viii, 4) ; la statue chryséléphantine de Dionysos du temple jouxtant le théâtre au flanc sud de l'Acropole (Paus., I, xx, 3) ; une statue d'Héra dans un temple situé entre Athènes et le Phalère et saccagé plus tard par les Perses ; l'Aphrodite des Jardins pour un sanctuaire hors les murs (Paus., I, xix, 2 ; Lucien, Imagines, 4 et 6), œuvre célèbre à laquelle Pline l'Ancien (XXXVI, 16) prétend que Phidias aurait mis la dernière main ; les statues colossales, en marbre pentélique, d'Athéna et d'Héraclès de l'Héracléion de Thèbes, commande de Thrasybule et des démocrates athéniens après leur victoire sur les Trente en 403 (Paus., IX, xi, 2) ; enfin une statue d'Asclépios à Mantinée (Paus., VIII, viii, 1).

De toutes ces œuvres, seul le groupe de Procné et Itys nous est parvenu, assez gravement mutilé (musée de l'Acropole, Inv. 1338 + 2789). Encore n'est-il pas certain qu'il s'agisse là d'une œuvre d'Alcamène : cette dédicace d'un Alcamène — nom fréquent à Athènes — est-elle bien la statue qui nous est parvenue ? Cette statue est-elle même un original ? Pour se faire une idée du style d'Alcamène, il serait donc préférable de s'en remettre aux deux copies de l'Hermès Propylaios (de Pergame, au musée d'Istanbul, Inv. 1433 ; d'Éphèse, au musée Basmahane de Smyrne, Inv. 675), dont les inscriptions gravées sur le fût indiquent que ce sont des copies de l'original d'Alcamène. Toutefois, il s'agit là d'une œuvre d'un genre très particulier : ces piliers, disposés aux carrefours ou aux passages, portent une tête barbue d'Hermès dont le type s'est fixé à la fin de l'époque archaïque, en sorte qu'il ne permet guère à la personnalité d'un artiste de s'exprimer librement. Il est significatif pourtant que la synthèse entre le goût classique et la tradition archaïque réalisée par Alcamène ait eu le grand succès qu'attestent les copies très nombreuses de cette œuvre. Alcamène se trouve ainsi l'initiateur du courant archaïsant qui réapparaît de loin en loin dans l'art grec depuis la fin du ~ ve siècle. Il semble que la triple Hécate du bastion d'Athéna Niké ait présenté elle aussi des traits archaïsants, si l'on en juge par la meilleure copie qui en dérive.

Ce recours volontaire à des formes du passé a bien pu être l'un des traits essentiels de l'art d'Alcamène, ce qui expliquerait la faveur dont il semble avoir joui dans l'Athènes incertaine du dernier tiers du ~ ve siècle, secouée par l'interminable guerre contre Sparte (~ 431-~ 404) : après le point d'équilibre classique atteint sous l'égide de Périclès, l'art attique post-phidiesque se partage en deux tendances déjà latentes dans les sculptures du Parthénon : une tendance ionisante, voire maniériste, représentée par Agoracritos puis Callimachos, qui pousseront jusqu'à l'affectation les effets formels créés à l'Acropole, et une tendance conservatrice, plus encline à se replier sur l'acquis, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  ALCAMÈNE (actif 2 e moitié V e s. av. J.-C.)  » est également traité dans :

ACROPOLE D'ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 8 215 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Acropole classique »  : […] Avant la bataille de Platées, les Grecs, pour cimenter l'union sacrée, avaient, dit-on, fait le serment de ne pas relever les sanctuaires ravagés tant qu'ils n'auraient pas chassé les Perses de Grèce et d'Ionie ; or la lutte devait durer, sporadiquement ranimée, jusqu'en 449-448. De fait, les travaux de construction du Parthénon commencent dès l'année suivante. Tout serait donc simple si le Parth […] Lire la suite

REPRODUCTION DES ŒUVRES D'ART - Les copies dans la sculpture antique

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 3 992 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Invention et imitation dans l'art grec »  : […] Dans l'art grec, la copie est partout et nulle part. Dès le début du vi e  siècle, de grandes offrandes sculptées n'hésitent pas à présenter des doublets : à Delphes, les Jumeaux d'Argos (590-580 av. J.-C.) ; à Samos, les groupes de Chéramyès (vers 570 ; une réplique de l' Hèra de Samos du Louvre a été trouvée en 1984) et de Généléos (vers 560). Encore ces statues se distinguent-elles par tel ou […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard HOLTZMANN, « ALCAMÈNE (actif 2e moitié Ve s. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alcamene/