SĀMARRĀ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Irak : carte administrative

Irak : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Samarra, Irak

Samarra, Irak
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


Ville de l'Irak, Sāmarrā est située sur la rive gauche du Tigre, à 140 kilomètres au nord-ouest de Bagdad. Après l'intervention militaire de la coalition américano-britannique en 2003, cette cité au riche patrimoine architectural a été le théâtre de nombreux attentats entre sunnites et chiites qui ont détruit une partie de ce patrimoine. L'origine de la ville remonte au Ve millénaire, mais elle ne fut longtemps qu'une modeste bourgade. Son destin fut bouleversé lorsque le calife al-Mu‘tasim, délaissant Bagdad, la choisit comme capitale en 836 et lui donna le nom de Sourra Man Raa (« heureux celui qui la voit »). Sāmarrā resta capitale des ‘Abbāsides de 836 à 892 : ils y édifièrent palais et mosquées. L'art de Sāmarrā est original par l'ample utilisation qu'il fait de décors en plâtre ou en stuc, portant des fresques ou des reliefs sculptés ou moulés, imités du travail sur bois. Parmi ces bâtiments, on distingue l'impressionnante mosquée du Vendredi, construite sous al-Mutawakkil (847-861) : celle-ci dresse, en plein désert, les hautes murailles de brique de son enceinte et surtout son célèbre minaret hélicoïdal qui semble une réminiscence des antiques ziggourats mésopotamiennes. Elle a été légèrement endommagée en avril 2005.

Irak : carte administrative

Irak : carte administrative

carte

Carte administrative de l'Irak. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Samarra, Irak

Samarra, Irak

photographie

Grande Mosquée de Samarra, ville royale fondée par la dynastie des Abbassides. Construite en 848-852, au début du règne d'al-Mutawakkil, cette mosquée est immense: 240 mètres X 156 mètres sans la ziyada (enceinte), 376 mètres X 444 mètres avec l'enceinte. Au premier plan, le minaret, tour... 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Après le retour des califes à Bagdad, Sāmarrā déclina rapidement ; sa chute fut accélérée par l'abandon progressif des campagnes voisines revenues inexorablement à la steppe. Une communauté shi‘ite s'installa sur le site autour d'un sanctuaire élevé à l'emplacement où disparut le douzième imām, le mahdī, « celui qui doit revenir à la fin des temps ». Sāmarrā abritait aussi la mosquée Ali el Hadi renfermant les dépouilles des dixième et onzième imāms. Construite au ixe siècle, elle est appelée la Mosquée d'or en raison d'un dôme doré ajouté lors d'une des nombreuses restaurations. C'était l'un des lieux saints du chiisme. Elle a été touchée par un premier attentat en février 2006, qui a endommagé le dôme, puis par un second en juin 2007, qui a détruit les deux minarets. À la suite de ces attentats, l'U.N.E.S.C.O. a décidé, dès juin 2007, d'inscrire la ville archéologique de Sāmarrā sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité.

—  Jean-Marc PROST-TOURNIER

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient, Beyrouth

Classification


Autres références

«  SAMARRA  » est également traité dans :

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ville omeyyade et abbasside, ville de gouvernement »  : […] Un peu plus tard, on vit naître, par le fait d'une symbiose qui ne mit pas plus d'un demi-siècle à se réaliser, le type de la ville omeyyade, qui, pour une part, allait servir de modèle aux réalisations abbassides. Ses traits d' urbanisme les plus caractéristiques tenaient à ses liens avec les villes antiques qui l'avaient précédée, parfois sur le même site : ainsi à Alep, Damas ou Lattakiye, où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution-de-la-ville-islamique/#i_29734

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 017 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La genèse et le premier art islamique. L'art des Califes, l'art de l'empire (du VIIe à la fin du IXe s.) »  : […] L'art du premier demi-siècle islamique est mal connu. Mais n'oublions pas que les chefs du nouvel État avaient alors d'autres préoccupations que la création artistique. Aucun vestige matériel n'a subsisté de la maison du Prophète à Médine, la première grande mosquée du monde islamique, dont il est attesté qu'elle n'était qu'une construction modeste mais qui, du point de vue fonctionnel, préfigura […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-l-art-et-l-architecture/#i_29734

Pour citer l’article

Jean-Marc PROST-TOURNIER, « SĀMARRĀ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/samarra/