Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PARADIGME, linguistique

Au sens traditionnel du terme, un paradigme est l'ensemble caractéristique des formes fléchies d'un morphème lexical. Ainsi, dans une langue à cas, le nom, le pronom, l'adjectif prennent, selon le genre, le nombre, la personne qui leur sont propres et les rapports qu'ils ont aux autres éléments de la phrase, des désinences particulières : on dit qu'ils se déclinent. Le paradigme de la première déclinaison latine est l'ensemble des formes casuelles de rosa. De même les verbes, selon la personne, le mode, le temps, la voix et parfois l'aspect, sont affectés de désinences : ils se conjuguent. Le paradigme du présent de l'indicatif actif des verbes latins en -are est l'ensemble des formes amo, amas, amat, amamus, amatis, amant.

Avec la linguistique structurale, le mot prend son sens moderne : L. T. Hjelmslev semble avoir été le premier à remplacer les termes d'associatif, de série ou de famille, de groupe, de groupement associatif qu'on rencontrait chez F. de Saussure par, respectivement, paradigmatique et paradigme. C'est dans les chapitres v et vi de son Cours de linguistique générale que Saussure parlait de groupes de termes liés par « associations d'idées » (« enseigner », « enseignement », « éducation », « jugement » constituent une ou plutôt plusieurs séries de ce type, de même origine). Quelque fondamentale que fût cette notion, elle n'en reposait pas moins sur un critère trop vague pour pouvoir fonder une taxinomie ; aussi les linguistes ont-ils cherché un principe de classement fondé sur le rôle des unités à l'intérieur de la langue, autrement dit à faire dépendre les relations paradigmatiques des relations syntagmatiques. On dira donc que deux unités u et u′ appartiennent à un même paradigme si et seulement si elles sont substituables dans un même syntagme, c'est-à-dire s'il existe deux syntagmes vuw et vuw ; le paradigme de u est alors défini comme l'ensemble des unités qui auraient pu apparaître à sa place. Ainsi « belle » et « perfide » appartiennent au même paradigme, car on peut avoir aussi bien la « belle Marianne » que la « perfide Marianne ». On remarquera l'importance que prend dans cette définition la notion de virtuel, qui ne peut être saisie qu'au travers du réel syntagmatique et linéaire. Dans ses Essais de linguistique générale(1963), R. Jakobson donne une portée très générale au couple qui fonde la double opération du langage, le paradigmatique et le syntagmatique, et les deux mécanismes intellectuels à l'œuvre dans la fonction de parole : sélection et combinaison. La pathologie du langage atteste que, selon les cas, c'est le fonctionnement de l'un ou de l'autre des deux axes qui est privilégié ou affecté ; il existe deux types d'aphasies, l'une qui touche la capacité de constituer des syntagmes, l'autre, la capacité de choisir sur l'axe paradigmatique les unités convenables pour élaborer le discours. Ce qui vient encore à l'appui de cette thèse, c'est l'existence des deux principales figures de la rhétorique, la métaphore (un objet désigné par un autre ayant un rapport de similarité, dans le signifiant ou dans le signifié) et la métonymie (un objet désigné par le nom de quelque chose qui lui est associé dans l'expérience, par simple contiguïté syntagmatique).

Du point de vue de la technique structurale, la notion de paradigme a été bien entendu l'une des plus fécondes : c'est autour de ce concept qu'ont pu se fonder la phonologie (identification des unités de deuxième articulation), la morphologie (inventaire distributionnel des éléments de première articulation) et, dans une mesure moindre mais non négligeable, la lexicologie distributionnaliste. C'est au paradigmatique qu'il convient d'associer[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Françoise ARMENGAUD et Michel BRAUDEAU. PARADIGME, linguistique [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ANALYSE & SÉMIOLOGIE MUSICALES

    • Écrit par
    • 5 124 mots
    • 1 média
    La technique paradigmatique, même si elle avait déjà été employée, sans être thématisée, par Schönberg, Constantin Brǎiloiu ou Boulez, a été élaborée par Nicolas Ruwet en 1966 dans un article désormais historique (in N. Ruwet, 1972, pp. 100-134) : elle consiste à réécrire le syntagme...
  • DÉTERMINANT, linguistique

    • Écrit par
    • 611 mots

    On appelle déterminants une catégorie d'éléments linguistiques ayant pour fonction de se rapporter syntaxiquement au nom, avec lequel ils forment l'essentiel du syntagme (ou groupe) nominal. Du point de vue logique, leur rôle est d'actualiser le substantif en l'insérant dans la...

  • LINGUISTIQUE ET PSYCHANALYSE

    • Écrit par
    • 7 214 mots
    ...types de relations : le syntagme (les corpuscules linguistiques contrastent les uns avec les autres dans une chaîne de positions successives) et le paradigme (les corpuscules s'opposent les uns aux autres et s'excluent mutuellement dans une position donnée). Jakobson a généralisé la doctrine en établissant...
  • MYTHE - L'interprétation philosophique

    • Écrit par
    • 12 836 mots
    • 1 média
    ...première, de caractère syntagmatique, repose sur l'ordre de succession des signes dans une même chaîne verbale ; c'est une connexion in praesentia ; le second processus, de caractère paradigmatique, repose sur les relations de similitude constitutives de la sphère d'association dans laquelle je puise,...
  • Afficher les 7 références