ZÉNON D'ÉLÉE (Ve s. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Zénon d'Élée, né aux environs de l'an 500 avant J.-C., fut l'élève et l'ami de Parménide. Celui-ci enseignait que l'être est un, indivisible et immobile, que la multiplicité et le mouvement ne sont qu'illusion. Cette doctrine était taxée d'incohérence par ses adversaires. Afin de défendre son maître, Zénon imagina une série d'arguments qui devaient montrer que les positions de ces détracteurs étaient, plus que toute autre, grevées d'incohérence.

Les arguments de Zénon

L'interprétation que Platon donna du livre, aujourd'hui perdu, de Zénon (cf. Parménide, 128 a-e), et selon laquelle les arguments de celui-ci voulaient montrer l'incohérence des adversaires de Parménide, n'a pas été jusqu'ici sérieusement contestée. Elle s'accorde d'ailleurs avec la tradition qui, transmise par Diogène Laërce (Vie des philosophes, liv. VIII, chap. lvii), fait de Zénon, aux dires d'Aristote lui-même, « l'inventeur de la dialectique ». Il est en effet vraisemblable que les sophistes, Socrate, Platon et Aristote se sont tous inspirés de la façon dont Zénon entendait combattre la thèse de ses adversaires : il la réduisait à l'absurde. Cette méthode qui est aujourd'hui encore couramment pratiquée, notamment en mathématiques, est un instrument adéquat quand il s'agit d'établir une proposition dont il n'est pas possible, en raison de son lien intime avec les axiomes, de fournir une preuve directe. Zénon aurait donc inventé une méthode indirecte de prouver une telle thèse : faire ressortir la contradiction incluse dans l'antithèse. Cette interprétation traditionnelle s'accorde parfaitement avec la lettre des arguments [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : maître de recherche au C.N.R.S., responsable de l'E.R. fondements des sciences

Classification


Autres références

«  ZÉNON D'ÉLÉE ( V e s. av. J.-C.)  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 115 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les présocratiques »  : […] La philosophie n'est pas née à proprement parler en Grèce, mais dans les colonies grecques d'Asie Mineure. C'est à Milet qu'une lignée de physiciens, souvent appelés ioniens en raison de leur origine, commencent à spéculer, dès le début du vi e  siècle avant J.-C., sur la nature profonde des choses, c'est-à-dire sur ce qui, derrière les apparences […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-naissance-de-la-philosophie/#i_8645

DEVENIR

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT
  •  • 3 133 mots

Dans le chapitre « La dévaluation philosophique du devenir »  : […] En général, la philosophie classique s'est défiée du devenir ; elle a tenté de le prohiber ou de le dénaturer. Le plus souvent, il n'a pénétré dans les systèmes que contre l'intention de leurs auteurs, comme en fraude. Certes, au départ de la philosophie occidentale, Héraclite s'est fait le philosophe du devenir : « Tout coule, proclamait-il, l'homme ne se baigne jamais deux fois dans le même fle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/devenir/#i_8645

DIALECTIQUE

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 039 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Origine éléatique ? »  : […] D'après un texte d'Aristote rapporté par Diogène Laërce (IX, 29), Zénon d'Élée serait l'« inventeur de la dialectique ». Cette proposition, qui n'a de sens que dans le cadre de l'interprétation logique donnée par Aristote des anciens philosophes, n'a guère de chance d'être plus assurée que la précédente ; elle mérite pourtant d'être analysée. Zénon ne nous est en effet pas connu comme un penseur o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dialectique/#i_8645

GÉOCENTRISME

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VERDET
  •  • 3 225 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Cosmologie et physique »  : […] Dans l' Almageste se mêlent trois composantes bien distinctes. D'abord, une vision globale du monde : une cosmologie. Ensuite, un outil mathématique, essentiellement la trigonométrie, au service de la résolution des triangles plans et sphériques. Enfin, une astronomie pratique, en l'occurrence un ensemble de modèles géométriques, de tableaux de nombres et de règles calculato […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geocentrisme/#i_8645

INFINI, mathématiques

  • Écrit par 
  • Jean Toussaint DESANTI
  •  • 10 364 mots

Dans le chapitre « Zénon »  : […] En un premier moment, il semble qu'ils aient pris l'exacte mesure de la difficulté. C'est là une interprétation possible des arguments de Zénon d'Élée, dont Aristote et son commentateur Simplicius nous ont conservé l'essentiel. L'un d'eux (cf. Diels, I, B, 29) est particulièrement instructif pour notre propos. Zénon y expose le « paradoxe » de la grandeur. L'argumentation met en lumière la contra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-mathematiques/#i_8645

MATHÉMATIQUES (DIDACTIQUE DES)

  • Écrit par 
  • Régine DOUADY
  •  • 6 923 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Obstacles »  : […] Bachelard a introduit la notion d' obstacle (à propos de la physique). Il s'agit de conceptions très résistantes qui ont leur domaine de validité et qui s'opposent à la mise en place de modèles corrects pour une réalité plus large. Il existe des obstacles en mathématiques. Dans une étude historique, Épistémologie des nombres relatifs , G. Glaeser étudie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mathematiques-didactique-des/#i_8645

RAISON

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 13 167 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le discours humain et la vérité de l'Être »  : […] Ce qui importe, ce n'est pas telle ou telle forme de cette pensée présocratique (il serait facile de citer d'autres auteurs aussi intéressants), mais de suivre sur des cas exemplaires l'évolution du concept de raison. On observe alors la tension entre une conception objective de la raison (le monde est raisonnable, c'est-à-dire exprimable dans un discours cohérent) et une conception subjective, se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raison/#i_8645

RÉELS NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean DHOMBRES
  •  • 15 297 mots

Dans le chapitre « Des calculs numériques »  : […] Cette puissante théorie des proportions ne se contente pas de satisfaire un esprit épris de définitions ayant belle ordonnance ou un amateur de règles de calcul un peu exotiques. Elle est aussi le moteur de calculs approchés et, en quelque sorte, récupère tout un courant logisticien développé avec brio par les Égyptiens et les Babyloniens. Cet aspect calculatoire fonctionne grâce à l'ordre sur les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-reels/#i_8645

SOPHISME

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 901 mots

Transcription du grec sophisma , désigne l'artifice de langage dont usait le sophiste de l'Antiquité, le raisonnement trompeur ou embarrassant pour l'interlocuteur, l'argumentation fallacieuse, voire la faute de raisonnement. Primitivement, c'est le tour d'adresse ingénieux, la prestidigitation habile dans l'ordre du langage : on n'y voit que du feu ; le raisonnement paraît v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sophisme/#i_8645

Voir aussi

Pour citer l’article

Hervé BARREAU, « ZÉNON D'ÉLÉE (Ve s. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/zenon-d-elee/