MOZART WOLFGANG AMADEUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les dernières œuvres (fin 1788-1791)

À partir de l'automne 1788, Mozart entre dans une période de retrait ; mais sa musique d'intimité (pour cordes ou piano solo) a le plus souvent un caractère de sérénité (Trio K. 563, Sonate pour piano K. 570). Au cours d'un voyage où il essaie d'obtenir la faveur du roi de Prusse, il fait un pèlerinage à la Thomasschule de Leipzig, rendant un suprême hommage à Bach. Son écriture se resserre encore (Sonate pour piano K. 575 et derniers quatuors) et s'épanouit dans la concentration poétique du Quintette avec clarinette K. 581. Tout cela aboutit à l'œuvre théâtrale la plus translucide de Mozart, le Così fan tutte, comédie-proverbe d'une profonde gravité sous son élégance frivole (Burgtheater, Vienne, 26 janvier 1790).

Così fan tutte

Photographie : Così fan tutte

Photographie

Così fan tutte de Mozart, donné au festival de Salzbourg en août 1963, sous la direction de Karl Böhm, dans la mise en scène de Günther Rennert. De gauche à droite, Waldemar Kmentt (Ferrando), Elisabeth Schwarzkopf (Fiordiligi), Christa Ludwig (Dorabella) et Hermann Prey (Guglielmo). 

Crédits : Erich Auerbach/ Getty Images

Afficher

L'année 1790 est un véritable désert, aride et désespéré. Pourtant, en décembre, le magnifique Quintette à cordes en ré majeur K. 593 marque un redressement total. La poésie décantée de l'ultime année s'épanouit dans de vastes compositions (le dernier Concerto pour piano K. 595, le Concerto pour clarinette K. 622) et, d'une façon plus concentrée encore, dans les piécettes apparemment insignifiantes (lieds, adagio pour harmonica, cantiques maçonniques). Deux mois avant sa mort, le succès semble enfin se dessiner avec La Flûte enchantée, singspiel maçonnique où il récapitule pour la scène tous les langages de sa carrière. Mais, en même temps qu'il achève cette œuvre toute pénétrée de son aspiration à la lumière, il commence son Requiem. L'œuvre ne sera pas terminée : Mozart meurt le 5 décembre. Son corps sera enterré dans la fosse commune.

La Flûte enchantée, Mozart

Photographie : La Flûte enchantée, Mozart

Photographie

Troisième scène du deuxième acte de La Flûte enchantée de Wolfgang Amadeus Mozart lors de la création de l'ouvrage, au Theater auf der Wieden de Vienne, le 30 septembre 1791. Eau-forte rehaussée de couleur par Josef et Peter Schaffer (1795). 

Crédits : AKG

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Léopold Mozart et ses enfants, Wolfgang Amadeus et Maria Anna, Carmontelle

Léopold Mozart et ses enfants, Wolfgang Amadeus et Maria Anna, Carmontelle
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

L'Enlèvement au sérail, Mozart

L'Enlèvement au sérail, Mozart
Crédits : AKG

photographie

Les Noces de Figaro

Les Noces de Figaro
Crédits : John Chillingworth/ Moviepix/ Getty Images

photographie

Don Giovanni

Don Giovanni
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MOZART WOLFGANG AMADEUS (1756-1791)  » est également traité dans :

MOZART WOLFGANG AMADEUS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 906 mots
  •  • 38 médias

27 janvier 1756 Johann Chrysostom Wolfgang Amadeus Mozart naît à Salzbourg.1775 Mozart compose ses cinq concertos pour violon : no 1, en si bémol majeur (K 207 ; 14 avril sur l'autographe, ma […] Lire la suite

CORRESPONDANCE (W. A. Mozart)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 986 mots

Des grands compositeurs du xviiie siècle, Wolfgang Amadeus Mozart et Carl Philipp Emanuel Bach sont ceux dont nous sont parvenus le plus grand nombre d'écrits. Pour Mozart, il s'agit essentiellement de lettres, alors qu'à la correspondance […] Lire la suite

MORT DE MOZART

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 226 mots

Le 5 décembre 1791, cinq minutes avant une heure du matin, Wolfgang Amadeus Mozart meurt à Vienne. Enfant prodige, compositeur doté de facilités uniques, Mozart occupe une place essentielle dans l'histoire de la musique car il est le premier musicien à s'être libéré de la tutelle des princes et des mécènes pour se lancer dans l'aventure de l' […] Lire la suite

ABEL KARL FRIEDRICH (1723-1787)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 203 mots

Symphoniste allemand de l'école préclassique, né le 22 décembre 1723 à Köthen, dans le duché d'Anhalt-Köthen, mort le 20 juin 1787 à Londres, Karl (ou Carl) Friedrich Abel fut l'un des derniers virtuoses de la viole de gambe. Après avoir joué dans l'orchestre de la cour de Dresde de 1743 à 1758, Abel quitte sa patrie en 1759 pour s'installer à Londres, où il sera nommé musicien de la chambre de la […] Lire la suite

BACH JEAN-CHRÉTIEN (1735-1782)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 786 mots

Cadet des quatre fils musiciens de Jean-Sébastien Bach, Jean-Chrétien, né à Leipzig, n'a que quinze ans lorsque son père meurt ; il n'a pu bénéficier au même titre que ses demi-frères Wilhelm Friedemann et Carl Philipp Emanuel, d'une génération plus âgés que lui, de l'influence et des conseils paternels. Il est alors envoyé à Berlin chez Carl Philipp Emanuel, membre de la chapelle royale de Prusse […] Lire la suite

BADURA-SKODA PAUL (1927-2019)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 677 mots

Issu d’une famille d’ascendance hongroise et morave, Paul Badura-Skoda naît à Vienne le 6 octobre 1927. Il étudie le piano et la direction d’orchestre au conservatoire de la capitale autrichienne sous la férule de Martha Wiesenthal, Viola Thern et Otto Schulhof. Il y obtient en 1948 les plus hautes distinctions dans ces deux disciplines. La même année, il remporte le deuxième prix du concours int […] Lire la suite

BARENBOIM DANIEL (1942- )

  • Écrit par 
  • Jean-Luc MACIA
  •  • 1 777 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'épanouissement »  : […] Le disque va contribuer à le faire connaître universellement à partir de 1964. Il enregistre en effet abondamment pendant de nombreuses années pour E.M.I. Barenboim ose graver avant ses vingt-cinq ans toutes les sonates de Beethoven avec une spontanéité, une intuition philologique et une qualité sonore qu'il ne retrouvera pas tout à fait des décennies plus tard pour sa deuxième intégrale. Il a aus […] Lire la suite

BARTOLI CECILIA (1966- )

  • Écrit par 
  • Michel PAROUTY
  •  • 1 481 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La technique au service de l'art »  : […] Cecilia Bartoli naît à Rome, qui reste sa ville bien-aimée, le 4 juin 1966. Elle effectue ses études musicales à la fameuse Accademia di Santa Cecilia, mais reçoit en même temps un autre enseignement précieux, celui de ses parents. Car sa mère, Silvana Bazzoni, et son père, Angelo Bartoli, ont tous deux fait carrière dans le chant. Longtemps, Silvana l'écoutera attentivement, et demeurera sa plus […] Lire la suite

BERRY WALTER (1929-2000)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 159 mots

Figure emblématique du chant viennois, l'Autrichien Walter Berry est l'un des plus grands barytons-basses mozartiens de la seconde moitié du xx e  siècle. Il voit le jour à Vienne le 8 avril 1929 et envisage d'abord une carrière d'ingénieur avant d'entamer en 1946 des études de chant à l'Académie de musique de sa ville natale, où il travaille avec les ténors Hermann Gallos et Josef Witt, la basse […] Lire la suite

BÖHM KARL (1894-1981)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 670 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le parti de la musique »  : […] Karl Böhm voit le jour à Graz le 28 août 1894, dans une famille de juristes dont l'idole se nomme Richard Wagner. Il travaille au Conservatoire de sa ville natale, où il étudie le piano, puis à Vienne, avec Eusebius Mandyczewski, l'ami fidèle de Brahms, qui l'initie à la théorie. Après un séjour de deux ans dans l'armée, au début de la Première Guerre mondiale, il est réformé et, en 1916, devient […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Victor HOCQUARD, « MOZART WOLFGANG AMADEUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wolfgang-amadeus-mozart/