MOZART WOLFGANG AMADEUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Léopold Mozart et ses enfants, Wolfgang Amadeus et Maria Anna, Carmontelle

Léopold Mozart et ses enfants, Wolfgang Amadeus et Maria Anna, Carmontelle
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

L'Enlèvement au sérail, Mozart

L'Enlèvement au sérail, Mozart
Crédits : AKG

photographie

Les Noces de Figaro

Les Noces de Figaro
Crédits : Hulton Getty

photographie

Don Giovanni

Don Giovanni
Crédits : Hulton Getty

photographie

Tous les médias


Aucun musicien n'a été, autant que Mozart, victime d'incompréhensions et de contresens. Si les « grands » du xixe siècle – Beethoven, Schubert, Schumann, Chopin et Wagner – surent reconnaître ce qu'ils devaient à leur devancier, le public romantique, un Berlioz en tête, ne voulut voir en Mozart que l'ordonnateur frivole des festivités galantes et désuètes de l'Ancien Régime musical. On ne retrouvait pas en lui le titanisme prométhéen dont s'enivrèrent les générations postérieures aux bouleversements initiaux du siècle. Pourtant, à partir du premier centenaire (1856), une certaine faveur lui revint, mais ce fut pour la pire des raisons. On fit de lui, pour l'opposer aux hardiesses alors scandaleuses des novateurs, le parangon d'un académisme fade et béat : sa musique était présentée comme le point culminant de la perfection, au-delà duquel il ne pouvait y avoir que décadence. Ainsi s'instaura la légende, si difficile à extirper, de l'enfant prodige au profil de bonbonnière, de l'artiste recevant miraculeusement du Ciel ses mélodies suaves.

Il fallut attendre le début du xxe siècle pour que fussent révélés les aspects sombres, inquiétants, « démoniques » de son œuvre (Alfred Heuss, 1906). Puis, grâce aux admirables travaux de grands musicologues – in primis Georges de Saint-Foix (1912), Hermann Abert (1919) et Alfred Einstein (1945) –, le vrai visage de Mozart fut peu à peu retrouvé ; l'auditeur put enfin embrasser la totalité mozartienne et découvrir la déroutante variété des aspects de son œuvre. De plus, en dénonçant le mythe de la facilité et de l'inspiration, l'historien restitua au Maître sa qualité de travailleur acharné et de technicien accompli, scientifique, de l'art musical.

Aussi sommes-nous maintenant à même de le situer musicologiquement à sa juste place : place véritablement centrale, tant pour le site que pour l'heure. Car il s'épanouit et mûrit à tous les climats musicaux de l'Europe de la fin du xviiie siècle : l'Allemagne du Sud et du Nord, l'Italie, la France, d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOZART WOLFGANG AMADEUS (1756-1791)  » est également traité dans :

MOZART WOLFGANG AMADEUS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 906 mots
  •  • 38 médias

27 janvier 1756 Johann Chrysostom Wolfgang Amadeus Mozart naît à Salzbourg.1775 Mozart compose ses cinq concertos pour violon : no 1, en si bémol majeur (K 207 ; 14 avril sur l'autographe, mais qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mozart-reperes-chronologiques/

CORRESPONDANCE (W. A. Mozart)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 986 mots

Des grands compositeurs du xviiie siècle, Wolfgang Amadeus Mozart et Carl Philipp Emanuel Bach sont ceux dont nous sont parvenus le plus grand nombre d'écrits. Pour Mozart, il s'agit essentiellement de lettres, alors qu'à la correspondance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/correspondance/#i_2797

MORT DE MOZART

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 226 mots

Le 5 décembre 1791, cinq minutes avant une heure du matin, Wolfgang Amadeus Mozart meurt à Vienne. Enfant prodige, compositeur doté de facilités uniques, Mozart occupe une place essentielle dans l'histoire de la musique car il est le premier musicien à s'être libéré de la tutelle des princes et des mécènes pour se lancer dans l'aventure de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-de-mozart/#i_2797

ABEL KARL FRIEDRICH (1723-1787)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 203 mots

Symphoniste allemand de l'école préclassique, né le 22 décembre 1723 à Köthen, dans le duché d'Anhalt-Köthen, mort le 20 juin 1787 à Londres, Karl (ou Carl) Friedrich Abel fut l'un des derniers virtuoses de la viole de gambe. Après avoir joué dans l'orchestre de la cour de Dresde de 1743 à 1758, Abel quitte sa patrie en 1759 pour s'installer à Londres, où il sera nommé musicien de la chambre de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-friedrich-abel/#i_2797

BACH JEAN-CHRÉTIEN (1735-1782)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 786 mots

Cadet des quatre fils musiciens de Jean-Sébastien Bach, Jean-Chrétien, né à Leipzig, n'a que quinze ans lorsque son père meurt ; il n'a pu bénéficier au même titre que ses demi-frères Wilhelm Friedemann et Carl Philipp Emanuel, d'une génération plus âgés que lui, de l'influence et des conseils paternels. Il est alors envoyé à Berlin chez Carl Philipp Emanuel, membre de la chapelle royale de Prusse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-chretien-bach/#i_2797

BARENBOIM DANIEL (1942- )

  • Écrit par 
  • Jean-Luc MACIA
  •  • 1 777 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'épanouissement »  : […] Le disque va contribuer à le faire connaître universellement à partir de 1964. Il enregistre en effet abondamment pendant de nombreuses années pour E.M.I. Barenboim ose graver avant ses vingt-cinq ans toutes les sonates de Beethoven avec une spontanéité, une intuition philologique et une qualité sonore qu'il ne retrouvera pas tout à fait des décennies plus tard pour sa deuxième intégrale. Il a aus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-barenboim/#i_2797

BARTOLI CECILIA (1966- )

  • Écrit par 
  • Michel PAROUTY
  •  • 1 451 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La technique au service de l'art »  : […] Cecilia Bartoli naît à Rome, qui reste sa ville bien-aimée, le 4 juin 1966. Elle effectue ses études musicales à la fameuse Accademia di Santa Cecilia, mais reçoit en même temps un autre enseignement précieux, celui de ses parents. Car sa mère, Silvana Bazzoni, et son père, Angelo Bartoli, ont tous deux fait carrière dans le chant. Longtemps, Silvana l'écoutera attentivement, et demeurera sa plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cecilia-bartoli/#i_2797

BERRY WALTER (1929-2000)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 159 mots

Figure emblématique du chant viennois, l'Autrichien Walter Berry est l'un des plus grands barytons-basses mozartiens de la seconde moitié du xx e  siècle. Il voit le jour à Vienne le 8 avril 1929 et envisage d'abord une carrière d'ingénieur avant d'entamer en 1946 des études de chant à l'Académie de musique de sa ville natale, où il travaille avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-berry/#i_2797

BÖHM KARL (1894-1981)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 670 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le parti de la musique »  : […] Karl Böhm voit le jour à Graz le 28 août 1894, dans une famille de juristes dont l'idole se nomme Richard Wagner. Il travaille au Conservatoire de sa ville natale, où il étudie le piano, puis à Vienne, avec Eusebius Mandyczewski, l'ami fidèle de Brahms, qui l'initie à la théorie. Après un séjour de deux ans dans l'armée, au début de la Première Guerre mondiale, il est réformé et, en 1916, devient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-bohm/#i_2797

BOSKOVSKY WILLI (1909-1991)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 773 mots

Le nom de Willi Boskovsky est indissociable du traditionnel concert du Nouvel An qu'il dirigea à Vienne pendant un quart de siècle, devenant ainsi l'interprète par excellence de la musique viennoise. Il naît le 16 juin 1909 dans la capitale autrichienne et entre à l'âge de neuf ans à l'Académie de musique de Vienne, où il étudie le violon avec Mayrecker et Ernst Moravec. Il obtient son diplôme en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/willi-boskovsky/#i_2797

CINÉMA ET OPÉRA

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe FERRARI
  •  • 3 255 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le film-opéra »  : […] Avec la réussite artistique et commerciale de La Flûte enchantée d' Ingmar Bergman , l'année 1975 marque une étape importante de l'histoire de la représentation de l'opéra au cinéma. Avec ce film, tourné dans le Théâtre du château royal de Drottningholm, près de Stockholm, Bergman crée en effet une forme cinématographique nouvelle où l'image et la musique, loin d'être plaqué […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-et-opera/#i_2797

CLASSICISME, musique

  • Écrit par 
  • Sophie COMET
  •  • 1 156 mots

Le terme « classicisme » est un véritable creuset sémantique : d'un point de vue esthétique, il représente une perfection achevée élevée au rang de modèle ; d'un point de vue littéraire et plastique, il correspond à l'Antiquité gréco-latine en tant que fondement de la civilisation et de l'éducation, bien avant de s'attacher aux productions du règne de Louis XIV ; en danse, il désigne les ballets a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classicisme-musique/#i_2797

CLASSIQUE MUSIQUE DITE

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 920 mots
  •  • 4 médias

L'expression « musique classique » recouvre, selon les cas, des réalités fort diverses. La musique « classique » peut s'opposer à la musique dite populaire, légère ou de variété, et comprend alors toute la musique savante (ou sérieuse) européenne, des prédécesseurs de Pérotin aux successeurs de Pierre Boulez. On peut distinguer dans ce contexte de musique « sérieuse », la musique classique et la m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-dite-classique/#i_2797

CLÉMENCE, littérature

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 707 mots

Décidant en dernier recours du sort d'un condamné, le prince a toujours la partie belle ; s'il laisse faire son office au bourreau, on s'incline devant sa justice et on célèbre son obéissance, peut-être douloureuse, au devoir et à la raison d'État ; s'il fait grâce, on soupçonne parfois avec admiration une arrière-pensée de profond politique et on célèbre sa magnanimité ou son humanité. L'apparent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clemence-litterature/#i_2797

CONCERTO

  • Écrit par 
  • Ida GOTKOVSKY
  •  • 1 179 mots

Dans le chapitre « Le concerto romantique »  : […] Vers la fin du xviii e  siècle, alors que la symphonie prend naissance en Allemagne, le concerto grosso tombe en désuétude et le concerto de soliste commence une nouvelle carrière. Avec Mozart, le dialogue entre le soliste et l'orchestre prend un tour lyrique et presque dramatique ; l'instrument solo devient un personnage. Beethoven, lui, pousser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concerto/#i_2797

CONTREDANSE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 298 mots

Danse populaire connue dès le xvi e siècle. La contredanse est d'origine anglaise ; selon certains, son nom viendrait de country-dance , danse villageoise ; d'autres préfèrent contra saltare , danser vis-à-vis, l'un en face de l'autre. Cette danse était en effet exécutée soit en cercle ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contredanse/#i_2797

COR D'HARMONIE

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 436 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Œuvres majeures »  : […] Le cor d'harmonie est capable tout à la fois d'accompagner, par des accords doux et suaves, les plus subtils solos instrumentaux ou vocaux ou d'assumer des parties de solistes. Dès la fin du xviii e  siècle, de nombreux concertos sont composés pour lui : Antonio Rosetti lui en consacre douze (entre 1782 et 1797), Joseph Haydn deux (un perdu et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cor-d-harmonie/#i_2797

DA PONTE LORENZO (1749-1838)

  • Écrit par 
  • Jacques JOLY
  •  • 768 mots

La vie aventureuse de Lorenzo da Ponte est caractéristique des difficultés rencontrées par les intellectuels italiens de la fin du xviii e siècle pour s'intégrer à une société en mutation, où le mécénat artistique vivait ses derniers beaux jours. Emmanuele Conegliano naît à Ceneda (aujourd'hui Vittorio Veneto) le 10 mars 1749, fils d'un tailleur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lorenzo-da-ponte/#i_2797

DELLA CASA LISA (1919-2012)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 686 mots
  •  • 2 médias

Ni Mozart, ni Richard Strauss ne sont parvenus à les départager. Certes, dans l'esprit du plus grand nombre, les sortilèges jetés par la magicienne de la sophistication absolue, Elisabeth Schwarzkopf, ont paru l'emporter. Les vrais amateurs le savent bien pourtant : la pudique vestale du chant intérieur, Lisa Della Casa, nous entraînait, par d'autres sentiers, sur les mêmes inaccessibles sommets. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lisa-della-casa/#i_2797

DERMOTA ANTON (1910-1989)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 765 mots
  •  • 1 média

Bien peu nombreux sont ceux qui peuvent prétendre appartenir à l'exigeante famille des ténors mozartiens d'exception. Anton Dermota en avait la voix de lumière, la limpidité d'expression et, surtout, la simplicité de ligne sans lesquelles on ne peut incarner impunément Tamino, Belmonte ou Ottavio. Pour cet ineffable bonheur, il faut, sans regret, renoncer aux triomphes personnels, aux effets qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anton-dermota/#i_2797

Divertimento pour cordes K 136, MOZART (Wolfgang Amadeus)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 566 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] De 1762 à 1774, Mozart voyage en Europe, où il s'imprègne des différents styles musicaux. De 1775 à 1780, il affirme sa personnalité et écrit les œuvres qui vont asseoir sa notoriété ; il vit alors principalement à Salzbourg. Les années 1781 à 1788 sont les plus fécondes : il est alors stimulé par la vie musicale et intellectuelle de Vienne, où il réside. De 1789 à 1791, il approfondit le langage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/divertimento-pour-cordes-k-136-mozart-wolfgang-amadeus/#i_2797

DON JUAN

  • Écrit par 
  • Michel BERVEILLER
  •  • 5 639 mots

Dans le chapitre « Mozart, ou la rencontre avec la musique »  : […] Le thème avait évidemment inspiré d'autres musiciens avant Mozart : l'Allemand C. W. Glück, pour un ballet-pantomime (1761), et le Véronais G. Gazzaniga, pour un opéra donné à Vienne en 1787. Mais le « dramma giocoso » de Mozart, Don Giovanni , représenté à Prague la même année 1787, surpasse de loin toutes les compositions musicales auxquelles don Juan a jamais donné lieu (y […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/don-juan/#i_2797

EINSTEIN ALFRED (1880-1952)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 624 mots

Musicologue et critique musical américain d'origine allemande, Alfred Einstein naît le 30 décembre 1880 à Munich, dans une famille d'érudits (notons qu'aucun lien de parenté avec Albert Einstein n'est avéré). Il étudie le droit pendant un an, puis décide de se tourner vers la musique, étudiant la composition avec Anton Beer-Wallbrunn et la musicologie avec Adolf Sandberger. En 1903, il obtient à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-einstein/#i_2797

FESTIVALS

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Matthieu CHÉREAU, 
  • Jean CHOLLET, 
  • Philippe DULAC, 
  • Christian MERLIN, 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  • , Universalis
  •  • 17 238 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Cherchez la femme »  : […] L'histoire de Glyndebourne commence à la façon d'un conte. Dans les années 1930, un riche propriétaire terrien, excentrique et célibataire endurci, passionné d'opéra en général et de Wagner en particulier, John Christie (1882-1962), donnait dans ses salons des extraits d'opéra, avec le concours de chanteurs amateurs et professionnels. C'est ainsi qu'il fit la connaissance d'une soprano anglaise, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/festivals/#i_2797

FISCHER EDWIN (1886-1960)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 012 mots

On ne résistera pas à l'envie d'appliquer à Edwin Fischer la définition que Romain Rolland donnait de la sonate Appassionata de Beethoven : « un torrent de feu dans un lit de granite ». Peu auront su en effet conjuguer comme lui la passion la plus brûlante avec une rigueur humblement acceptée. Possédé de la divine ivresse que donne la liberté, Edwin Fischer emplit ses interp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edwin-fischer/#i_2797

FUGUE

  • Écrit par 
  • PIERRE-PETIT
  • , Universalis
  •  • 3 488 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De Bach à nos jours »  : […] Après Bach et Haendel ( Lessons pour clavecin), la fugue, qui a trouvé son équilibre classique, rencontre en Joseph Haydn et Wolfgang Amadeus Mozart des artisans attentifs. Trois quatuors de Haydn et le Requiem de Mozart sont là pour prouver que ce genre réputé intellectuel est capable de renfermer beaucoup de tendresse et de lyrisme. Avec Ludwig van […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fugue/#i_2797

GALANT STYLE, musique

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 566 mots
  •  • 1 média

Moins mode d'écriture qu'état d'esprit, le style galant définit une partie de la musique écrite en Europe dans les deuxième et troisième quarts du xviii e  siècle, par opposition aussi bien aux dernières œuvres de Bach et à Rameau qu'à l' Empfindsamkeit de Carl Philipp Emanuel Bach, à Gluck, au travail de pionnier de Joseph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style-galant-musique/#i_2797

GLOCKENSPIEL, en bref

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 908 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Styles musicaux »  : […] Une des utilisations les plus anciennes et célèbres du glockenspiel est celle qu'en fait Wolfgang Amadeus Mozart dans l'air de Papageno « Das klinget so herrlich » de La Flûte enchantée (1791)  : la partie écrite est polyphonique, sur deux lignes et sur deux clefs, et ressemble en cela à celle d'un piano. L'instrument ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glockenspiel-en-bref/#i_2797

GOUNOD CHARLES (1818-1893)

  • Écrit par 
  • Roger DELAGE
  •  • 2 116 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Gounod, Wagner et les musiciens allemands »  : […] À vrai dire, Hugo Riemann n'avait pas entièrement tort lorsqu'il écrivait en 1909 : « Le style de Gounod nous est très sympathique, à nous Allemands, car il est plus allemand que français ; il se souvient maintes fois de Weber et de Wagner. » S'il est juste que Gounod reconnut dès son apparition le génie de Wagner, l'influence de ce dernier sur son œuvre reste superficielle. Selon ses propres term […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-gounod/#i_2797

GRUMIAUX ARTHUR (1921-1986)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 956 mots

Pépinière de violonistes de grand talent, l'école franco-belge du violon a compté peu de vedettes depuis la disparition d'Eugène Ysaÿe, en 1931. Arthur Grumiaux en était l'un des phares, et s'il a toujours refusé une certaine commercialisation de son art, il était reconnu de tout un public pour la pureté et la sobriété de ses interprétations ; phénomène plus rare et qui mérite d'être souligné, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-grumiaux/#i_2797

HAHN REYNALDO (1875-1947)

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 343 mots

Né au Venezuela, mais arrivé à Paris à l'âge de trois ans et naturalisé français, Reynaldo Hahn, l'un des élèves favoris de Massenet, offre la quintessence de ce qu'on a coutume d'appeler « l'esprit français », avec ce que cela implique de culture, de finesse, mais aussi de légèreté. Des nombreuses opérettes qu'il a composées, Ciboulette (1923), sur un livret de Robert de Fl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reynaldo-hahn/#i_2797

HAYDN MICHAEL (1737-1806)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 788 mots

Frère cadet de Joseph Haydn, né comme lui à Rohrau, aux confins de l'Autriche et de la Hongrie, Michael le rejoint vers 1745 à la maîtrise de la cathédrale Saint-Étienne à Vienne, où il reste une dizaine d'années. En 1757, alors que Joseph, sans emploi, mène encore une vie incertaine, Michael est nommé maître de chapelle de l'archevêque de Grosswardein en Hongrie (actuellement Oradea Mare en Rouma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-haydn/#i_2797

HOLZBAUER IGNAZ (1711-1783)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 292 mots

Né à Vienne, Holzbauer, qui mène à Vienne des études de droit et de théologie, s'initie à la composition grâce au célèbre Gradus ad Parnassum du maître de chapelle impériale Johann Joseph Fux, qui, estimant ne rien avoir à lui apprendre de plus, lui conseille d'aller se perfectionner en Italie, où il se rend en effet. On le retrouve peu de temps après maître de chapelle en M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ignaz-holzbauer/#i_2797

KRAUS LILI (1905-1986)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 744 mots

Une légende auréole la carrière de la pianiste Lili Kraus, considérée, surtout dans le Nouveau Monde, comme l'une des grandes spécialistes de Mozart après les séries de concerts au cours desquels elle donna, notamment entre 1966 et 1968 à New York, l'intégrale des concertos et des sonates pour piano du maître de Salzbourg. Née à Budapest le 4 mars 1905, Lili Kraus appartenait à cette génération d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lili-kraus/#i_2797

LIEBERMANN ROLF (1910-1999)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 874 mots

Compositeur et homme de théâtre suisse, Rolf Liebermann a marqué son époque grâce à son action à la tête de l'Opéra de Hambourg et, surtout, comme administrateur général de l'Opéra de Paris. Né à Zurich le 14 septembre 1910, il fait des études de droit à l'université de sa ville natale et étudie la musique avec José Berr (1929-1933). Puis il travaille la direction d'orchestre avec Hermann Scherche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rolf-liebermann/#i_2797

LIED

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 3 230 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Des troubadours à Schubert »  : […] C'est un fait d'histoire que la poésie ne se récitait pas, mais se chantait, aussi bien dans l'Antiquité qu'au Moyen Âge. Les premiers troubadours n'ont jamais fait autre chose que de donner à la musique populaire ses lettres de noblesse en créant, dans son sillage, des chansons de plus en plus raffinées à l'usage des châtelaines et châtelains, qui enjolivaient la brutalité de leurs mœurs primiti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lied/#i_2797

LITANIES

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 1 358 mots

Terme générique et moderne qui désigne, dans le culte chrétien, plusieurs espèces de prières d'intercession. Celles-ci ont en commun une forme musicale caractérisée par sa simplicité formelle : alternance d'un soliste (ou d'un groupe de solistes), qui chante des invocations, des demandes ou des acclamations, et de l'assemblée, dont la réponse est brève et uniforme, tant mélodiquement que rythmique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litanies/#i_2797

LIVRET, musique

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Elizabeth GIULIANI, 
  • Jean-Paul HOLSTEIN, 
  • Danielle PORTE, 
  • Gilles de VAN
  •  • 10 877 mots

Dans le chapitre « Une mystérieuse alchimie »  : […] Bien que grosse de conflits potentiels, l'association du texte et de la musique est ce qui permet à l'opéra d'exister. Mieux, un tel conflit est nécessaire parce que fécond, inépuisablement : c'est l'interaction de la musique et du « poème » qui fait l'opéra. Une mystérieuse alchimie s'opère alors, qui est l'univers lyrique lui-même. Compositeur et écrivain sont donc condamnés à s'entendre, à « co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livret-musique/#i_2797

LYRISME MUSICAL

  • Écrit par 
  • Étienne SOURIAU
  •  • 2 856 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Réalité du fait lyrique »  : […] Tout ce qui précède, c'est-à-dire les arguments des objectivistes antilyriques, doit être pris en très sérieuse considération. Cela prouve d'abord qu'il n'est pas vrai que toute musique soit lyrique ; ensuite, c'est un avertissement pour éviter de tomber dans les excès du sentimentalisme béotien, et pour porter attention aux qualités propres de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme-musical/#i_2797

MAAG PETER (1919-2001)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 005 mots

Pour donner vie à la musique de Mozart, il faut trouver un idéal dosage de précision et de grâce, d'humour et de tendresse, de sensualité et de pudeur. Elle n'est pas très longue la liste des chefs d'orchestre – Thomas Beecham, Bruno Walter, Karl Ristenpart, George Szell, Josef Krips, Ferenc Fricsay, Claudio Abbado – qui y sont parvenus. Le Suisse Peter Maag, dont la réputation s'est étendue au mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-maag/#i_2797

MANNHEIM ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 2 235 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vie musicale à Mannheim »  : […] Karl Theodor, qui accède au pouvoir en 1743, est un amateur d'art, et particulièrement de musique. Des artistes de tous pays vont venir à sa cour, attirés par son orchestre et son théâtre. Très attaché à la culture française, le prince cherche à imiter l'esprit parisien, surtout dans les domaines littéraire et philosophique, comme c'est le cas dans beaucoup de cours allemandes de l'époque. La nomi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-mannheim/#i_2797

MÉLODRAME, musique

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 473 mots

Dans la tragédie grecque, le mélodrame (de mélos , chant, et drama , acte) désigne le dialogue chanté entre le coryphée et un personnage. Le mot reparaît à la fin du xviii e  siècle pour désigner un genre musical nouveau, non plus un dialogue chanté mais « un genre de drame dans lequel les paroles et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melodrame-musique/#i_2797

MENUET

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 385 mots

Au xvii e siècle, d'après S. Brossard, danse populaire poitevine à pas « menus », d'où son nom, et peut-être variété de branle. Citée par Guillaume du Manoir ( Mariage de la musique et de la danse ) en 1664, elle est alors une danse de cour, puis sera danse de ville et de théâtre (et danse de salon à la fin du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/menuet/#i_2797

MOZART LEOPOLD (1719-1787)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 462 mots
  •  • 1 média

Compositeur et théoricien allemand né à Augsbourg, Leopold Mozart est d'abord passé à la postérité comme le père de Wolfgang Amadeus, à la fois pour le rôle de maître et de mentor qu'il joua pour lui dans sa jeunesse et pour les différends qui les opposèrent plus tard. Au collège des jésuites de sa ville natale, il reçoit une solide formation humaniste et, sur le plan musical, de violoniste et d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-mozart/#i_2797

MYSLIVEČEK JOSEF (1737-1781)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 479 mots

Son langage place Josef Mysliveček parmi les compositeurs les plus importants de la période préclassique. S'il connaît rapidement la gloire grâce à ses opéras – une trentaine, créés à Milan, Parme, Naples, Turin, Venise, Florence, Bologne, Rome –, c'est par ses œuvres symphoniques et sa musique de chambre qu'il exercera l'influence la plus notable. Mysliveček a rencontré Mozart deux fois (en jui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-myslivecek/#i_2797

OPÉRA - Histoire, de Peri à Puccini

  • Écrit par 
  • Jean-Vincent RICHARD
  •  • 9 136 mots
  •  • 32 médias

Dans le chapitre « Mozart, ou tout l'opéra du monde »  : […] S'il est déraisonnable de concentrer en quelques lignes l'ampleur de la réforme de Gluck, c'est presque folie de vouloir résumer Mozart. D'un point de vue formel, Mozart ne peut en aucune manière être présenté comme un penseur de l'opéra, parce qu'il ne s'est laissé enfermer dans aucun genre : il les possédait tous. Parce qu'il porta en son temps toute la musique du monde dans son esprit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-histoire-de-peri-a-puccini/#i_2797

OPÉRA DE MUNICH

  • Écrit par 
  • Laurent BARTHEL
  •  • 948 mots

Capitale de la Bavière, Munich s'enorgueillit de l'une des plus anciennes traditions lyriques d'Europe. L'histoire de l'opéra y commence dès 1653-1654, avec une exécution de L'Arpa festante de Giovanni Battista Maccioni, donnée à l'occasion de fiançailles princières, puis la transformation d'un ancien entrepôt de la Salvatorplatz en salle à l'italienne, premier exemple de th […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-de-munich/#i_2797

PERCUSSION, musique

  • Écrit par 
  • Jean GAUTHIER, 
  • Sylvio GUALDA, 
  • Paul MÉFANO
  •  • 5 618 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Évolution de la percussion dans l'orchestre occidental »  : […] Certains solistes professionnels de l' improvisation en chant grégorien, au début du Moyen Âge, utilisaient quelques instruments à percussion tels que sistres, tambourins, par exemple, pour accompagner leurs mélodies ; il en est de même pour les trouvères et les troubadours. Toutefois, aux débuts de l'orchestre classique au xvii e  siècle, les com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/percussion-musique/#i_2797

PIANO

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 4 365 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « La littérature pour piano »  : […] La plupart des compositeurs se sont tournés vers le piano, cet instrument privilégié, en faisant appel à ses ressources les plus variées, de la musique de chambre au concerto, du récital à l'accompagnement, sans oublier la musique à deux pianos ou pour piano à quatre mains. Sa richesse polyphonique lui permet de recréer un univers harmonique auquel peu d'instruments peuvent accéder. Le piano étan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piano/#i_2797

PIRES MARIA-JOÃO (1944- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 760 mots

La nature qui a doté Maria-João Pires de petites mains lui a refusé les extases de la haute virtuosité et l'ivresse des exploits athlétiques. Elle a, en revanche, ouvert à la pianiste portugaise les portes étroites de l'univers mozartien et lui a permis de trouver sa place parmi les poètes du clavier. Maria-João Pires naît le 23 juillet 1944 à Lisbonne. Dès l'âge de sept ans, elle se produit en pu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maria-joao-pires/#i_2797

POPP LUCIA (1939-1993)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 582 mots

La voix de soprano coloratura de Lucia Popp ainsi que sa pureté stylistique ont marqué le rôle de la Reine de la nuit ( La Flûte enchantée ), dont elle fut l'une des titulaires les plus importantes à l'Opéra de Vienne. Née à Uhoršká Veš, près de Bratislava (Slovaquie), elle entreprend des études médicales tout en travaillant le chant avec Anna Prosenč-Hřusková à l'Académie de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucia-popp/#i_2797

RAEBURN CHRISTOPHER (1928-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 642 mots

Le producteur britannique de disques classiques Christopher Raeburn contribuera, avec les producteurs John Culshaw, Erik Smith et Ray Minshull, et avec l'ingénieur du son James Lock, à façonner le « son Decca ». Christopher Walter Raeburn naît à Londres, le 31 juillet 1928. Il étudie l'histoire au Worcester College d'Oxford (1948-1951), intègre en 1954 la Decca Record Company comme assistant musi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christopher-raeburn/#i_2797

REQUIEM

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 1 312 mots
  •  • 1 média

Dans la liturgie romaine, le propre des différentes messes porte le nom des premiers mots de l'introït : la messe des funérailles s'appelle ainsi proprement « messe Requiem  ». C'est à l'importance prise par cette cérémonie, en particulier pour des raisons de protocole royal ou princier, autant qu'à l'attirance du thème, à la richesse, à la beauté et à la variété des textes l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/requiem/#i_2797

ROCOCO

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • François H. DOWLEY, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 053 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le rococo sensible : les fils de Bach »  : […] L'exaspération du décor (R. Donington distingue les ornements prébaroques, baroques et préclassiques, ces derniers correspondant à l'esprit rococo) fut combattue par les fils de Bach, lesquels, tout en étant bien de leur siècle en s'opposant à leur père, insistent non seulement sur l'expressivité nouvelle mais aussi sur la forme de l'œuvre et sur la densité de la pensée musicale. Si Carl Philipp E […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rococo/#i_2797

ROLFE JOHNSON ANTHONY (1940-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 835 mots

Le ténor britannique Anthony Rolfe Johnson a mis sa voix ainsi que ses remarquables dons d'acteur au service d'ouvrages lyriques allant de Bach et Haendel – « [il] fut d'abord, surtout et pour jamais LE ténor handélien » (Ivan A. Alexandre) – à Britten, en passant par Mozart. Né le 5 novembre 1940, à Tackley (Oxfordshire), Anthony Rolfe Johnson opte d'abord pour le métier de fermier, dans le West […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthony-rolfe-johnson/#i_2797

SADIE STANLEY (1930-2005)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 730 mots

Champion de la diffusion du savoir en matière musicale, le Britannique Stanley Sadie faisait partie de ces encyclopédistes de la musique auxquels on doit les grandes sommes de référence de notre époque. Directeur éditorial du New Grove Dictionary of Music and Musicians , il a donné à ce vénérable ouvrage – dont la première édition, due à sir George Grove, parut entre 1879 et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stanley-sadie/#i_2797

SALIERI ANTONIO (1750-1825)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 441 mots

Compositeur italien né à Legnato Veneto (près de Vérone) mais ayant passé la quasi-totalité de sa vie à Vienne. Salieri arrive dans la capitale autrichienne en 1766 en compagnie de Florian Gassmann, qui lui enseigne la composition et le contrepoint, et y présente dès 1770 son premier opéra bouffe, Le Donne letterate . Nommé compositeur de la cour et maître de chapelle de l'Op […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-salieri/#i_2797

SCHIKANEDER EMANUEL (1751-1812)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 361 mots

Acteur, chanteur, dramaturge et directeur de théâtre allemand, Emanuel Schikaneder (de son vrai nom Johann Joseph Schikaneder) naît le 1 er  septembre 1751 à Straubing, en Bavière. Il est avant tout connu pour être le librettiste de La Flûte enchantée de Mozart. Il débute sa carrière en tant qu'acteur dans une petite compagnie itinérante qui présente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emanuel-schikaneder/#i_2797

SCHOBERT JOHANN (1740 env.-1767)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 468 mots

Compositeur aux origines incertaines (il naît sans doute en Silésie à une date inconnue), Schobert arrive à Paris vers 1760 après avoir enseigné quelque temps la musique à Strasbourg et avoir occupé un poste d'organiste à Versailles. En 1761, il entre au service du prince de Conti comme maître de musique et claveciniste de chambre. Les portes des salons s'ouvrent devant lui. Mais sa destinée sera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-schobert/#i_2797

SCHWARZKOPF ELISABETH (1915-2006)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 492 mots
  •  • 4 médias

Une beauté rare, à la fois radieuse et distante, et un port de reine lui promettaient une irrésistible carrière sur les scènes lyriques. La débutante a certes connu les planches, mais, au fil des années, l'opéra a vu ses apparitions se raréfier et son répertoire se concentrer autour de quelques grands rôles de Richard Strauss et de Mozart. La soprano allemande Elisabeth Schwarzkopf doit en partie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elisabeth-schwarzkopf/#i_2797

SIMONEAU LÉOPOLD (1916-2006)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 863 mots

Par la perfection de son style et la finesse de sa sensibilité, le Canadien Léopold Simoneau appartient au cercle très étroit des ténors mozartiens qui ont marqué l'histoire du disque. Il a mené une longue carrière – dont une grande partie s'est déroulée en France – avec autant de goût que d'intelligence. Léopold Simoneau naît le 3 mai 1916 à Saint-Flavien, dans le district de Lotbinière (province […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-simoneau/#i_2797

LE STYLE CLASSIQUE (C. Rosen)

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 1 584 mots

Le style classique, tel que l'envisage Charles Rosen, dans Le Style classique. Haydn, Mozart, Beethoven (Gallimard, 1978, initialement paru aux États-Unis en 1971, sous le titre The Classical Style ), « c'est d'abord un tournant dans l'évolution » de la musique ? cinquante ans de musique o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-style-classique/#i_2797

SÜSSMAYR FRANZ XAVER (1766-1803)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 303 mots

Le nom du chef d'orchestre et compositeur autrichien Franz Xaver Süssmayr est aujourd'hui surtout attaché à l'achèvement du Requiem K 626 de Mozart, ce qui ne doit pas faire oublier que ses œuvres connurent un grand succès en son temps. Né en 1766 à Schwanenstadt, en Haute-Autriche, Franz Xaver Süssmayr (ou Süssmayer) se forme musicalement auprès de son père, puis au lycée d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-xaver-sussmayr/#i_2797

SYMPHONIE

  • Écrit par 
  • Pierre BILLARD
  •  • 3 095 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'orchestre symphonique »  : […] Le développement de l'esprit symphonique avec toutes ses exigences sur le plan de l'exécution est lié au développement des grands orchestres de professionnels, à l'amélioration et surtout à la normalisation de la facture, et à la diffusion dans toute l'Europe des mêmes techniques instrumentales. Dans une certaine mesure, l'histoire de la symphonie – morceau de concert par excellence – se confond a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symphonie/#i_2797

TEMPO

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 3 997 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Évolution du tempo dans la musique européenne »  : […] Dans la musique proportionnelle, il n'y avait pas d'indication de tempo, mais une tradition fixant la valeur des différentes espèces de notes ( integer valor ). Du xiii e  au xvi e  siècle, cette valeur a considérablement varié, ce qui complique fort la détermination du juste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tempo/#i_2797

TRIO

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 682 mots

Au sens le plus général en musique, pièce écrite à trois parties harmoniques réelles, vocales ou instrumentales. À partir de la seconde moitié du xviii e  siècle, pièce écrite pour trois instruments, même si l'un d'eux (piano) comprend plusieurs parties harmoniques. Au Moyen Âge et à la Renaissance, beaucoup de messes polyphoniques (dont une des t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trio/#i_2797

VENT INSTRUMENTS À

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 6 489 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les clarinettes »  : […] Vers 1690, Johann Christoph Denner (1655-1707), facteur d'instruments à Nuremberg, améliorant l'ancien chalumeau français à huit trous, inventa la clarinette (deux clés, bec, pavillon) dont la sonorité rappelait celle de la trompette aiguë d'alors, le clarino. On distingue aujourd'hui trois registres sonores principaux de la clarinette : le chalumeau (grave), le médium et le clairon (aigu). D'aprè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/instruments-a-vent/#i_2797

VIOLON, en bref

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 267 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Œuvres majeures »  : […] Le recueil de 12 sonates opus 5 pour violon et basse continue d'Arcangelo Corelli publié en 1700 va influencer considérablement l'évolution de l'écriture pour le violon. Corelli fixe par ailleurs la forme du concerto grosso, dont va naître le concerto de soliste. Peu après, Vivaldi développe une virtuosité extrême dans ses concertos pour violons et cordes, parmi lesquels les célèbres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violon-en-bref/#i_2797

VIOTTI GIOVANNI BATTISTA (1755-1824)

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 313 mots

Élève de Pugnani ; après une tournée des capitales avec son maître (Genève, Berne, Dresde, Berlin, Varsovie, Saint-Pétersbourg, Paris), Viotti se fixe à Paris après l'accueil chaleureux qu'il y reçoit au Concert spirituel. Il entre au service de Marie-Antoinette, mais la Révolution le chasse (1792). Il émigre en Angleterre, puis à Hambourg, en Angleterre de nouveau, où il fonde avec Clementi l'orc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-battista-viotti/#i_2797

WAGENSEIL GEORG CHRISTOPH (1715-1777)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 187 mots

Compositeur autrichien né à Vienne, élève pour la théorie, le clavecin et l'orgue du fameux Johann Joseph Fux, Wagenseil devient compositeur de la cour impériale en 1739, organiste de la chapelle de la veuve de l'empereur Joseph I er en 1741, et maître de musique de la famille impériale en 1745. Lorsque, en 1762, Mozart, âgé de six ans, est présenté à la cour, il joue un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-christoph-wagenseil/#i_2797

WALTER BRUNO (1876-1962)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 2 162 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un mozartien hors du commun »  : […] Le répertoire de Bruno Walter s'était construit essentiellement autour de sa formation lyrique : parti des opéras de Mozart, Beethoven, Weber, Wagner et Richard Strauss, il avait adopté l'œuvre symphonique de ces musiciens, élargissant rapidement son approche à l'ensemble du répertoire romantique. Après l'avoir considéré comme un musicien rococo, il a découvert en Mozart « le Shakespeare de l'opé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bruno-walter/#i_2797

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Victor HOCQUARD, « MOZART WOLFGANG AMADEUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wolfgang-amadeus-mozart/

haut de page

Encyclopædia Universalis - Contact - Mentions légales - Consentement RGPD

Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis

©2019 Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.