RUBINSTEIN ARTHUR (1887-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il est donné à quelques-uns de personnifier la musique face à ceux qui ne l'approchent guère. Herbert von Karajan et Arthur Rubinstein étaient de ceux-là, même si les raisons de ce rayonnement sont très différentes pour chacun d'eux.

Arthur Rubinstein

Arthur Rubinstein

photographie

Le pianiste américain d'origine polonaise Arthur Rubinstein (1887-1982) en répétition à Londres, en novembre 1957. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

L'amour de la vie

Rarement, pianiste aura exercé séduction plus irrésistible qu'Arthur Rubinstein sur un aussi vaste public. Connaît-on beaucoup d'artistes qui, venant assister à un concert, se font ovationner dès leur entrée dans la salle, comme s'ils saluaient entre deux bis sur l'estrade ? L'image même du bonheur de vivre ne peut manquer d'exercer cette fascination universelle. Le sourire rassurant d'Arthur Rubinstein plane au-dessus de deux guerres mondiales, de la grande crise de 1929, des persécutions raciales, des misères physiques de la vieillesse (il avait presque perdu la vue). Avec ce plaisir de jouer évident et cette haine instinctive du travail, il incarne la victoire du don sur l'effort, le triomphe de la jeunesse quand viennent les cheveux blancs, l'inébranlable confiance dans les promesses de l'avenir malgré les difficultés du moment. Tel nous le montre le film – L'Amour de la vie (1975) – que lui ont consacré François Reichenbach et Bernard Gavoty. Débordant d'une stupéfiante vitalité, et cela jusqu'au dernier jour, cet éloge vivant de la paresse savait conquérir les plus réticents par un humour devenu légendaire. Ne confiait-il pas, au cours d'une journée hommage que lui consacrait France-Musique, avec cette célèbre voix rocailleuse : « Je ne suis pas le plus grand [...] je suis le plus vieux ! »

Arthur (ou Artur) Rubinstein naît à Łódź le 28 janvier 1887 dans une famille de juifs polonais. L'adversité n'épargne pas sa jeunesse. Son père, marchand de tissus, est ruiné ; il assiste à la brutale répression qu'exercent les Russes contre son peuple et sa religion. Mais, déjà, s'étend sur lui l'aile protectrice de la musique. Enfant prodigieusement doué, il donne son premier récital à cinq ans. À Varsovie, il travaille avec Aleksandr Różycki et pe [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RUBINSTEIN ARTHUR (1887-1982)  » est également traité dans :

PIANO

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 4 369 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'interprétation pianistique »  : […] , Wilhelm Backhaus (1884-1969), Edwin Fischer (1886-1960) et Arthur Rubinstein (1886-1982), une page semble tournée. Schnabel et Backhaus donnent à l'œuvre de Beethoven une dimension nouvelle par une approche globale ; Rubinstein modernise l'héritage de Paderewski ; Fischer affirme une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piano/#i_89827

SZYMANOWSKI KAROL (1882-1937)

  • Écrit par 
  • Michel PAZDRO
  •  • 2 905 mots

Dans le chapitre « La Pologne indépendante »  : […] ne suscitent aucun intérêt, et le compositeur décide de voyager à nouveau : il part pour Londres où il retrouve Arthur Rubinstein et Paul Kochanski, puis tous trois se rendent aux États-Unis. L'accueil y est très chaleureux, tant à New York qu'à Boston, villes où Pierre Monteux dirige deux fois la Deuxième Symphonie avec l'Orchestre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karol-szymanowski/#i_89827

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « RUBINSTEIN ARTHUR - (1887-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-rubinstein/