BACH CARL PHILIPP EMANUEL (1714-1788)

Le deuxième des quatre fils musiciens de Jean-Sébastien Bach, Carl Philipp Emanuel, naît à Weimar, mais n'a pas dix ans lorsque sa famille s'installe à Leipzig. Il y est externe à l'école Saint-Thomas, mais il reconnaîtra volontiers n'avoir eu comme professeur, en matière de musique, que son père. À dix-sept ans, il grave lui-même son premier menuet. Après de sérieuses études juridiques à Leipzig et à Francfort-sur-l'Oder, il entre en 1738 comme claveciniste dans l'orchestre du prince héritier de Prusse. Lorsqu'en 1740 celui-ci monte sur le trône sous le nom de Frédéric II, Carl Philipp Emanuel reste à son service : c'est lui qui accompagne le premier solo de flûte exécuté par le roi. Nommé claveciniste de chambre en 1741, avec un traitement assez modeste, il se révèle rapidement comme un maître de la musique instrumentale, en particulier du clavier. À ce titre, il marquera profondément son époque. En 1742, ses six Sonates prussiennes sont dédiées à Frédéric II ; en 1744 paraissent ses six Sonates wurtembergeoises, et en 1760 ses Sonates avec reprises variées dédiées à la princesse Amélie, sœur du roi. En 1753 et en 1762, respectivement, sont éditées les deux parties de son Essai sur la véritable manière de jouer des instruments à clavier (Versuch über die wahre Art das Klavier zu spielen), ouvrage fondamental pour la connaissance du style du xviiie siècle. Étouffé malgré ses succès par l'atmosphère provinciale et conservatrice de la vie musicale berlinoise (dominée par le flûtiste Quantz et par les frères Graun, dont l'historien de la musique Charles Burney dira qu'on jurait plus par eux que par Luther et Calvin), il fréquente d'autant plus volontiers des écrivains comme Lessing ou Gleim, ainsi que les salons de Sara Levy, grand-tante de Felix Mendelssohn. En 1747, son père lui a rendu une dernière visite demeurée célèbre, puisqu'elle a été à l'origine de L'Offrande musicale. En 1750, il brigue en vain sa succession à Leipzig. En 1753, une nouvelle tentative en dir [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  BACH CARL PHILIPP EMANUEL (1714-1788)  » est également traité dans :

BACH JEAN-SÉBASTIEN

  • Écrit par 
  • Luc-André MARCEL
  •  • 7 119 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'homme de foi »  : […] n'avait nul besoin d'une église (sinon pour lui assurer ses légitimes revenus). Son fils Carl Philipp Emanuel, le Bach de Berlin, ne cachait pas que le travail des fameuses cantates était une obligation en vue du pain quotidien. Son père, en toute loyauté, eût pu dire la même chose. Il est vrai que cette couleur du temps, cette grisaille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-sebastien-bach/#i_5087

CLAVECIN

  • Écrit par 
  • Josiane BRAN-RICCI, 
  • Robert VEYRON-LACROIX
  •  • 4 761 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « En Allemagne : Bach »  : […] concerto. Parmi ses vingt enfants, plusieurs furent compositeurs. L'un d'eux, Carl Philipp Emanuel (1714-1788), le « Bach de Berlin », a connu une gloire certaine, il est de ceux qui ont le plus contribué à établir les formes définitives de la sonate et de la symphonie. Il composa 52 concertos, 89 sonates […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clavecin/#i_5087

CLAVICORDE

  • Écrit par 
  • Josiane BRAN-RICCI
  •  • 931 mots

Témoin le plus ancien des instruments à cordes et à clavier. L'origine du clavicorde remonte au monocorde médiéval, lui-même inspiré des théories de l'Antiquité, qui permettait d'étudier les divisions de la corde vibrante et de calculer les intervalles des échelles musicales. On situe vers le xiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clavicorde/#i_5087

EMPFINDSAMKEIT, musique

  • Écrit par 
  • Sophie COMET
  •  • 753 mots

de rythme et de tempo, de dynamique et d'agogique, les lignes chaotiques, l'impression d'improvisation – mais l'impression seulement : les reprises des Sechs Sonaten für Clavier mit veränderten Reprisen (Six Sonates pour clavier avec reprises variées, 1760) de Carl Philipp Emanuel Bach sont écrites par le compositeur et non laissées à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empfindsamkeit-musique/#i_5087

Fantaisie et fugue en ut mineur, BACH (Carl Philipp Emannuel)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 554 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Maître de la musique instrumentale, Carl Philipp Emanuel Bach, deuxième fils de Jean-Sébastien Bach, donne avec son Essai sur la véritable manière de jouer des instruments à clavier (deux volumes : 1753, 1762) un traité qui va durablement influencer l'évolution de la musique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fantaisie-et-fugue-en-ut-mineur-bach-carl-philipp-emannuel/#i_5087

HAYDN JOSEPH

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 3 025 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un moment dans l'évolution »  : […] sévère des maîtres du début du siècle une libération de la forme, soumise volontairement à l'inspiration. C. P. E. Bach écrit des musiques à programme, tel un trio dont le texte d'introduction explique que la musique y traduit une situation sentimentale précise. Les fantaisies, les polonaises fleurissent, le côté expressif des tonalités, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-haydn/#i_5087

MANNHEIM ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 2 235 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'apport des « Mannheimer » »  : […] l'Europe musicale du xviiie siècle, particulièrement fort en Allemagne où C. P. E. Bach en était le meilleur représentant, et qui proposait comme idéal en musique l'expression des sentiments et des mouvements de l'âme. Certes les contrastes de nuances, de timbres et de tonalités des compositeurs de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-mannheim/#i_5087

PIANO

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 4 369 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La littérature pour piano »  : […] du xviiie siècle s'adresse indifféremment au clavecin ou au pianoforte. Carl Philipp Emanuel Bach est peut-être le premier à faire une distinction, dans son Double Concerto pour clavecin et pianoforte (1778). Son traité Versuch über die wahre Art das Klavier zu spielen (1753 ; Essai sur la vraie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piano/#i_5087

ROCOCO

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • François H. DOWLEY, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 058 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le rococo sensible : les fils de Bach »  : […] Si Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788), successeur de Telemann à Hambourg, délaisse le style galant, au rococo trop mièvre, il est l'un des maîtres, en avance sur son temps, de l'ère de l'Empfindsamkeit et il représente en quelque sorte autant le préclassicisme en matière de forme que le préromantisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rococo/#i_5087

SONATE

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 3 548 mots

Dans le chapitre « La sonate dite d'école »  : […] du genre, c'est-à-dire les fils de Bach (et, tout particulièrement, Johann Christian et Carl Philipp Emanuel) et les musiciens de l'école de Mannheim. On considérera ici la forme la plus académique, c'est-à-dire la sonate en trois mouvements, le quatrième – un menuet ou un scherzo – s'intercalant entre le mouvement lent et le final, obéissant ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sonate/#i_5087

Pour citer l’article

Marc VIGNAL, « BACH CARL PHILIPP EMANUEL - (1714-1788) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-philipp-emanuel-bach/