MORRIS WILLIAM (1834-1896)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tout à tour dessinateur, poète, romancier, traducteur, peintre, théoricien, et finalement acteur notable du mouvement socialiste anglais, William Morris fonda le mouvement Arts and Crafts en Angleterre grâce à ses créations dans divers arts décoratifs (mobilier, textile, vitrail, papier peint), bouleversant l'esthétique de l'époque victorienne et contribuant à nous introduire dans l'ère du design.

Le Printemps, W. Morris

Photographie : Le Printemps, W. Morris

Photographie

William Morris, «Le Printemps», vitrail de la salle à manger de Cragside House, Northumberland, vers 1873. 

Crédits : W. Morris/ Bridgeman Images

Afficher

L'Automne, W. Morris

Photographie : L'Automne, W. Morris

Photographie

William Morris, «L'Automne», vitrail de la salle à manger de Cragside House, Northumberland, vers 1873. 

Crédits : W. Morris/ Bridgeman Images

Afficher

L' influence de l'art médiéval

William Morris naît le 24 mars 1834 à Walthamstow, petit village de l'Essex situé non loin de Londres, dans une famille bourgeoise. En 1853, il entre au Exeter College de l'université d'Oxford. Il y rencontre Edward Jones, futur peintre et dessinateur qui prendra le nom de Burne-Jones. Profondément touchés par le mouvement d'Oxford au sein de l'Église anglicane, les deux amis semblent se diriger vers une carrière ecclésiastique. Mais le jeune Morris va être fortement influencé par les écrits du critique d'art John Ruskin sur les fondements sociaux et moraux de l'architecture (notamment « La Nature du gothique », chapitre extrait des Pierres de Venise) rédigés en réaction contre l'art sclérosé de la Royal Academy et prônant un renouveau esthétique à l'image de celui qui marque l'époque gothique. Diplômé en 1856, Morris entre alors dans le cabinet de l'architecte néo-gothisant G. E. Street, à Oxford. La même année, il finance les douze premiers numéros mensuels du Oxford and Cambridge Magazine, dans lequel paraissent nombre des poèmes qui, deux ans plus tard, seront réimprimés dans son premier ouvrage publié, Defence of Guenevere and Other Poems.

Les visites que William Morris entreprend avec Street et Burne-Jones en Belgique et dans le nord de la France, où il admire pour la première fois les peintures réalisées au xve siècle par Hans Memling, Jan [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Le Printemps, W. Morris

Le Printemps, W. Morris
Crédits : W. Morris/ Bridgeman Images

photographie

L'Automne, W. Morris

L'Automne, W. Morris
Crédits : W. Morris/ Bridgeman Images

photographie


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MORRIS WILLIAM (1834-1896)  » est également traité dans :

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 789 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « La défense de l'artisanat »  : […] Les défenseurs de l'artisanat poursuivaient un but social et esthétique. Ils s'élevaient contre l'asservissement de l'homme à la machine qui ôtait toute dignité au travail, et érigeaient en modèle le système de production des guildes médiévales. La première exposition universelle à Londres, en 1851, outragea le sens de la beauté de certains visiteurs : tant de laideurs étalées avec fierté par le […] Lire la suite

ART COLONIAL

  • Écrit par 
  • Véronique GERARD-POWELL, 
  • Alexis SORNIN
  •  • 8 402 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Expositions et collections d'art indien à l'étranger »  : […] Les expositions universelles en Europe (Londres en 1851 et 1862 ; Paris en 1855, 1867, 1878) comme aux États-Unis (Chicago en 1893) permettent de réunir les produits coloniaux de l'artisanat traditionnel et de l'industrie naissante, mais aussi de répondre à une curiosité esthétique et intellectuelle pour l'héritage historique indien. Ainsi, à Paris en 1878, l'exposition qui n'inclut pas moins de d […] Lire la suite

JARDINS - De la révolution industrielle à nos jours

  • Écrit par 
  • Hervé BRUNON, 
  • Monique MOSSER
  •  • 5 661 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les esthétiques « fin de siècle » »  : […] Les années 1880 correspondent, dans toute l'Europe, à une profonde remise en cause des modèles économiques et politiques dominants. De nombreux groupes d'intellectuels et d'artistes critiquent alors le triomphe d'une industrie broyant les individus et détruisant la nature, particulièrement en Angleterre. Figure emblématique du mouvement Arts and Crafts, dont John Ruskin se fait le héraut et qui c […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et société

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 5 774 mots

Dans le chapitre « Architecture et « question sociale » au XIXe siècle »  : […] Frappées par l'ampleur des transformations engendrées par la Révolution française, puis par les bouleversements dont s'accompagne l'industrialisation, les élites du xix e siècle sont amenées à s'interroger sur la nature du lien social et sur son évolution. Celui-ci semble menacé à la fois par l'individualisme qui s'est substitué aux réseaux de solidarité traditionnels et par l'émergence d'une cl […] Lire la suite

TAPIS MODERNES ET CONTEMPORAINS

  • Écrit par 
  • Valérie GLOMET, 
  • Michèle HENG
  •  • 4 844 mots

Dans le chapitre « De l'éclectisme à l'Art nouveau (1851-1900) »  : […] Sous le second Empire, le goût du décor opulent se révéla une aubaine pour les industries d'art. Les tapis devaient couvrir l'intégralité du sol dans un souci qui mêlait le confort et l'ostentation. Les fabriques de la Marche, Aubusson et Felletin (Creuse) connurent un âge d'or tant pour les tapis noués que pour les tapis ras. Les maquettes, souvent anonymes, montrent que les dessinateurs attaché […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Architecture

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 7 812 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Renaissance hellénique et néo-gothique : les « revivals » victoriens »  : […] Reprenant certaines analyses de ce que l'on appelle l'historicisme ou l'éclectisme, N. Pevsner a écrit qu'« en Angleterre au début du xix e  siècle, le bal travesti de l'architecture battait son plein ». Mais prendre ainsi position sur l'ensemble de la production d'une époque, n'est-ce pas substituer à l'analyse historique un jugement de valeur a priori reposant à la fois sur un idéal évolutionnis […] Lire la suite

PRÉRAPHAÉLITES

  • Écrit par 
  • Mary Gardner BENNETT
  •  • 3 782 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La phase finale »  : […] Grâce à son étonnante habileté d'exécution et à sa maîtrise du dessin, Millais s'est révélé capable, sous l'influence stimulante de Hunt et de Rossetti, de s'approprier ce sens de l'intensité qui est au cœur du préraphaélisme. Mais, privé de leur impulsion et avide de stabilité après son mariage avec Effie Gray (ex-Ruskin) en 1855, son intérêt pour le mouvement préraphaélite diminue, sa technique […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 66 médias

Dans le chapitre « La vie de l'esprit »  : […] La religion continue d'apparaître comme un bon ciment de la société. En 1851, le seul recensement de la pratique jamais tenté au monde a démontré la déchristianisation d'une moitié de la population, parfois des trois quarts dans les centres industriels et les grandes villes. D'énormes efforts, constructions d'églises et de temples, évangélisation en plein air, dont la nouvelle Armée du salut créé […] Lire la suite

TAPISSERIE

  • Écrit par 
  • Pascal-François BERTRAND
  •  • 7 989 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le xixe siècle : les prémices du renouveau »  : […] La nouvelle répartition des fortunes et la crise que traversaient les métiers d'art depuis la tourmente révolutionnaire française entraînèrent la fermeture de la plupart des ateliers en Europe. Une modeste production se maintint en France, car Napoléon avait eu pour dessein de faire de la tapisserie le principal ornement des maisons impériales, à laquelle il faut ajouter la fabrication de garnitur […] Lire la suite

TYPOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 588 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ère industrielle et l'Art nouveau »  : […] À partir de 1840, la révolution industrielle suscite l'expansion de la presse écrite et la profusion des travaux de ville. La conception du Clarendon par Robert Besley (1794-1876), vers 1845, ouvre la voie à la création de types spécialement destinés à la lecture des quotidiens dans des conditions d'impression moins rigoureuses que celles du livre. Toutefois, de nombreux éditeurs et imprimeurs, l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philip Prichard HENDERSON, « MORRIS WILLIAM - (1834-1896) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/william-morris/