MORRIS WILLIAM (1834-1896)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le Printemps, W. Morris

Le Printemps, W. Morris
Crédits : W. Morris/ Bridgeman Images

photographie

L'Automne, W. Morris

L'Automne, W. Morris
Crédits : W. Morris/ Bridgeman Images

photographie


Tout à tour dessinateur, poète, romancier, traducteur, peintre, théoricien, et finalement acteur notable du mouvement socialiste anglais, William Morris fonda le mouvement Arts and Crafts en Angleterre grâce à ses créations dans divers arts décoratifs (mobilier, textile, vitrail, papier peint), bouleversant l'esthétique de l'époque victorienne et contribuant à nous introduire dans l'ère du design.

Le Printemps, W. Morris

Le Printemps, W. Morris

photographie

William Morris, «Le Printemps», vitrail de la salle à manger de Cragside House, Northumberland, vers 1873. 

Crédits : W. Morris/ Bridgeman Images

Afficher

L'Automne, W. Morris

L'Automne, W. Morris

photographie

William Morris, «L'Automne», vitrail de la salle à manger de Cragside House, Northumberland, vers 1873. 

Crédits : W. Morris/ Bridgeman Images

Afficher

L' influence de l'art médiéval

William Morris naît le 24 mars 1834 à Walthamstow, petit village de l'Essex situé non loin de Londres, dans une famille bourgeoise. En 1853, il entre au Exeter College de l'université d'Oxford. Il y rencontre Edward Jones, futur peintre et dessinateur qui prendra le nom de Burne-Jones. Profondément touchés par le mouvement d'Oxford au sein de l'Église anglicane, les deux amis semblent se diriger vers une carrière ecclésiastique. Mais le jeune Morris va être fortement influencé par les écrits du critique d'art John Ruskin sur les fondements sociaux et moraux de l'architecture (notamment « La Nature du gothique », chapitre extrait des Pierres de Venise) rédigés en réaction contre l'art sclérosé de la Royal Academy et prônant un renouveau esthétique à l'image de celui qui marque l'époque gothique. Diplômé en 1856, Morris entre alors dans le cabinet de l'architecte néo-gothisant G. E. Street, à Oxford. La même année, il finance les douze premiers numéros mensuels du Oxford and Cambridge Magazine, dans lequel paraissent nombre des poèmes qui, deux ans plus tard, seront réimprimés dans son premier ouvrage publié, Defence of Guenevere and Other Poems.

Les visites que William Morris entreprend avec Street et Burne-Jones en Belgique et dans le nord de la France, où il admire pour la première fois les peintures réalisées au xv

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MORRIS WILLIAM (1834-1896)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Architecture

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 7 819 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Renaissance hellénique et néo-gothique : les « revivals » victoriens »  : […] la première fois à une véritable prise en compte des problèmes sociaux face aux problèmes esthétiques. C'est William Morris (1834-1896) qui devait mettre en forme cette nouvelle philosophie de l'art. Pour lui, l'art ne serait sauvé de son anéantissement par la machine que si l'artiste redevenait artisan et en même temps l'artisan artiste. Ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-architecture/#i_1209

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et société

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 5 774 mots

Dans le chapitre « Architecture et « question sociale » au XIXe siècle »  : […] ses théories vont influencer le fondateur du mouvement des Arts and Crafts, Williams Morris (1834-1896). Tout au long de sa carrière, ce dernier tentera de renouer avec une pratique artisanale de l'architecture et des arts décoratifs – artisanale, mais en prise sur les vraies aspirations de l'homme moderne, selon lui. En dépit de ses ambiguïtés, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-architecture-et-societe/#i_1209

ART COLONIAL

  • Écrit par 
  • Véronique GERARD-POWELL, 
  • Alexis SORNIN
  •  • 8 402 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Expositions et collections d'art indien à l'étranger »  : […] indiens, est le résultat des expertises conjuguées de J. L. Kipling, de C. Purdon Clarke et de George Birdwood. Elle sert également de prétexte à William Morris pour rédiger une lettre ouverte en faveur de la préservation des arts indiens qu'il juge menacés, comme les nombreux autres signataires, par les techniques et les savoirs importés d'Europe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-colonial/#i_1209

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 796 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « La défense de l'artisanat »  : […] de certains visiteurs : tant de laideurs étalées avec fierté par leurs producteurs ! William Morris (1834-1896) engage alors le combat en faveur de l'amélioration du cadre de vie : il s'agit de ne rien avoir chez soi qui ne soit beau et utile. Il fonde sa propre firme en 1861, Morris, Marshall, Faulkner and Co. Les premiers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-nouveau/#i_1209

BEAUTÉ, MORALE ET VOLUPTÉ DANS L'ANGLETERRE D'OSCAR WILDE (exposition)

  • Écrit par 
  • Marie-Claude CHAUDONNERET
  •  • 1 030 mots
  •  • 1 média

de l'histoire de l'Aesthetic Movement. Dans un premier temps le mouvement est limité à un cercle restreint d'artistes et de poètes. William Morris, la figure centrale de l'Aesthetic Movement et l'un des pères du mouvement dans le domaine des arts décoratifs, prône la nécessité du Beau jusque dans les objets de la vie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beaute-morale-et-volupte-dans-l-angleterre-d-oscar-wilde-exposition/#i_1209

CYCLE ARTHURIEN DANS LA FANTASY

  • Écrit par 
  • Anne BESSON
  •  • 2 481 mots

Dans le chapitre « Renaissance victorienne »  : […] La Dame de Shalott, les Poems puis les Idylles du roi (1859-1885), faisant de lui un idéal politique et moral. William Morris, pionnier de la fantasy littéraire et artiste membre du groupe des préraphaélites, consacre également un recueil de poèmes aux figures arthuriennes (The Defence of […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycle-arthurien-dans-la-fantasy/#i_1209

FANTASY

  • Écrit par 
  • Anne BESSON
  •  • 2 825 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Enfants et adultes »  : […] remplace la science. Il s'agit de construire là encore des « mondes secondaires », reliés ou non au nôtre, en proposant des alternatives plus ou moins reculées dans le passé. William Morris, talentueux artiste à l'impressionnante polyvalence, grand représentant du revival médiéval à la fin du xixe siècle anglais, fut également un romancier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fantasy/#i_1209

JARDINS - De la révolution industrielle à nos jours

  • Écrit par 
  • Hervé BRUNON, 
  • Monique MOSSER
  •  • 5 662 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les esthétiques « fin de siècle » »  : […] d'un artisanat remontant au Moyen Âge, le théoricien et designer William Morris prône un retour aux techniques et aux matériaux traditionnels, ainsi qu'au riche répertoire vernaculaire des campagnes. Le bien-être des individus réclame une prise en compte globale de leur cadre de vie et le jardin doit y jouer un rôle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-de-la-revolution-industrielle-a-nos-jours/#i_1209

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 564 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Tirages limités et production de masse »  : […] Dans toute réflexion sur l'art du livre, la pensée de William Morris (plus que les livres qu'il a créés) est capitale, elle est le prologue obligé de tout inventaire des tendances du livre actuel. Les contradictions dans lesquelles Morris s'est enfermé sont éclairantes. Ses convictions socialistes s'expriment par son mot d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre/#i_1209

MACKINTOSH CHARLES RENNIE (1868-1928)

  • Écrit par 
  • Robert L. DELEVOY
  •  • 665 mots
  •  • 3 médias

On a fort justement relevé un net parallélisme entre l'originalité et l'étendue des discours plastiques tenus à Barcelone par Gaudí et à Glasgow par Mackintosh. C'est, déjà, incorporer deux poétiques, radicalement différentes, au même schème historique. Mais peut-être n'a-t-on pas suffisamment souligné à quel point leur message a été diversement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-rennie-mackintosh/#i_1209

MOBILIER

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 4 416 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le XXe siècle »  : […] qu'on appelle l'Art nouveau. L'Angleterre lance le mouvement avec William Morris, qui tire de l'étude du gothique une nostalgie de l'œuvre originale et retrouve une source d'inspiration dans la nature. En Angleterre, l'école de Glasgow avec Mackmurdo et Mackintosh, en France le mouvement Art nouveau (Grasset, Gaillard) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mobilier/#i_1209

PAPIERS PEINTS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SEGUIN
  •  • 1 187 mots

Dès la seconde moitié du xive siècle, en Europe, la technique de la gravure sur bois, en relief, permet de décorer des toiles ou du papier. Au xve siècle, on sait fabriquer des papiers peints de couleur unie, ou ornés de gravures […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/papiers-peints/#i_1209

PONTI GIÒ (1891-1979)

  • Écrit par 
  • Jean-Étienne GRISLAIN
  •  • 678 mots
  •  • 1 média

L'activité d'architecte de Giò Ponti est liée au caractère de capitale industrielle de Milan, la grande métropole du nord de l'Italie, dont il est originaire. Sa carrière englobe les deux périodes cruciales de l'histoire de l'Italie contemporaine : la dictature de Mussolini et le renouveau économique de l'après-guerre. Ponti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gio-ponti/#i_1209

PRÉRAPHAÉLITES

  • Écrit par 
  • Mary Gardner BENNETT
  •  • 3 785 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La phase finale »  : […] Ce sont ces œuvres qui servent de référence aux premières productions de disciples plus jeunes comme William Morris (1834-1896) et Edward Burne-Jones, qui se joignent à Rossetti pour exécuter les décorations manquées de l'Oxford Union en 1857 et pour constituer, en 1861, la Morris Firm (société de décoration et d'arts graphiques), qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preraphaelites/#i_1209

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 270 mots
  •  • 67 médias

Dans le chapitre « La vie de l'esprit »  : […] houlette de Dante Gabriel Rossetti, John Everett Millais, Edward Burne-Jones, William Holman Hunt, Ford Maddox Brown, à des modes de représentation prémoderne au service de grands thèmes mythiques, bibliques et aussi sociaux. C'est une partie du grand élan esthétique rêvé par le critique John Ruskin et par le poète-artiste-industriel William Morris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_1209

TAPIS MODERNES ET CONTEMPORAINS

  • Écrit par 
  • Valérie GLOMET, 
  • Michèle HENG
  •  • 4 844 mots

Dans le chapitre « De l'éclectisme à l'Art nouveau (1851-1900) »  : […] intellectuelle anglaise, dont John Ruskin fut le maître à penser, devant un art ostentatoire et « mensonger ». Le rôle de William Morris fut déterminant dans l'évolution des arts décoratifs : sa volonté d'authenticité, sa réflexion sur le lien nécessaire entre le beau et l'utile l'amenèrent à revoir l'intégralité de la conception du décor : ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tapis-modernes-et-contemporains/#i_1209

TAPISSERIE

  • Écrit par 
  • Pascal-François BERTRAND
  •  • 7 992 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le xixe siècle : les prémices du renouveau »  : […] et Cie établis à Malines. En Angleterre, William Morris proposa à l'Église et à quelques riches amateurs des tapisseries exécutées dans la manufacture qu'il avait fondée à Merton Abbey. En Scandinavie et en Allemagne, des associations fortement attachées aux traditions de l'artisanat populaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tapisserie/#i_1209

TYPOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 589 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ère industrielle et l'Art nouveau »  : […] au renouveau de la tradition artisanale dans les métiers du livre et la typographie. William Morris (1834-1896) fonde l'imprimerie Kelmscott Press qui réalise des ouvrages de haute tenue, composés avec des caractères qu'il dessine : le Golden, inspiré du Jenson, et les types gothiques Troy et Chaucer. Le Private Press […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/typographie/#i_1209

URBANISME - Théories et réalisations

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY
  •  • 9 915 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le pré-urbanisme culturaliste »  : […] xixe siècle, par des socialistes esthètes, J. Ruskin et W. Morris. Il appartient spécifiquement à l'Angleterre, où les conséquences négatives de la révolution industrielle sur la vie matérielle et culturelle avaient été précocement analysées, dénoncées et opposées aux valeurs pré-industrielles par une tradition de pensée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/urbanisme-theories-et-realisations/#i_1209

VICTORIENNE ÉPOQUE

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT, 
  • Roland MARX
  •  • 10 872 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Roman »  : […] de la science-fiction, Erewhon (1872). Le socialisme communisant nous offre l'antithèse : le roman rétrospectif moyenâgeux de William Morris, Nouvelles de nulle part (News from Nowhere, 1891). L'exotisme est une inspiration centrale chez Stevenson ; exploité par l'art du génial conteur qu'est Kipling, il se met au service […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epoque-victorienne/#i_1209

WEBB PHILIP (1831-1915)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 339 mots

Webb approfondit sa formation dans le cabinet de l'architecte George Edmund Street à Oxford, où il rencontre William Morris qui devient un ami proche. En 1861, ils fondent ensemble la célèbre agence Morris, Marshall, Faulkner and Co., puis, en 1877, la Society for the Protection of Ancient Buildings. La première commande de Philip Webb, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philip-webb/#i_1209

OSCAR WILDE, L'IMPERTINENT ABSOLU (exposition)

  • Écrit par 
  • Françoise COBLENCE
  •  • 1 085 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le critique d’art »  : […] la modernité n’empêche donc pas la fidélité aux préraphaélites et aux sujets mythologiques. Wilde se liera aussi avec William Morris, à l’origine avec Ruskin du mouvement Arts and Crafts. Il pourrait avoir trouvé en Morris, grand lecteur de Marx, une source d’inspiration à son traité de 1891, L’Âme de l’homme sous le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oscar-wilde-l-impertinent-absolu/#i_1209

YEATS WILLIAM BUTLER (1865-1939)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 2 579 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Visions et évasions »  : […] À Londres il rencontre Oscar Wilde et William Morris, dont il tracera des portraits remarquables dans Le Frémissement du voile (Autobiographies II). Il compose son premier long poème narratif, Les Errances d'Oisin (The Wanderings of Oisin, 1889 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-butler-yeats/#i_1209

Voir aussi

Pour citer l’article

Philip Prichard HENDERSON, « MORRIS WILLIAM - (1834-1896) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-morris/